Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[Parution] Le Hobbit - nouvelle traduction de Daniel Lauzon - 2012
je pense que je n'aurais rien dit, mais puisque je suis mis en cause ("même si c'est sous le patronage de (saint) Vincent Ferré (n'y voir aucune attaque personnelle, hein...)".

bien, si je résume : une 4e personne, donnant son point de vue, désapprouve ces changements onomastiques. mais sans avoir lu le texte:

>j'ai peur que cette nouvelle traduction ait préféré l'explicitation ou la proximité avec l'original, à la mélodie de la langue
>je n'ai pas encore lu la nouvelle traduction
>Allez, j'arrête de critiquer, je vais d'abord aller lire le texte

cette même personne donne des conseils très professionnels :
>Mais si on n'y arrive pas, on s'abstient... On garde Mirkwood qui sonne bien. Ou alors on colle à l'original.

et prend des exemples probants :

>Dernière Maison Simple
>Fondcombe : [en réalité, Ledoux conserve "Rivendell" ET utilise "Combe Fendue", dans le même livre]

par charité, je ne commente pas la lecture
>lécudechesne, ça fait un peu "Les culs de chêne".

cette même personne propose des analogies d'une rigueur impressionnante - ou l'on apprend qu'une interprétation musicale est la même chose qu'une traduction publiée :
>Mais depuis quand parle-t-on de traductions "officielles" d'oeuvres littéraires ? Sous quel régime ? Y a-t-il des versions "officielles" des cantates de Bach ?

avant de friser le point godwin avec une déformation des propos qu'elle commente :
> désintégrer, ou la... piloriser ?
>Bon, et bien, bonne rigueur alors. En espérant que rigueur ne soit pas synonyme d'intégrisme.

(il ne manque plus que le couplet habituel sur "la pensée unique", l'establishment, etc.)

quand je vois le niveau des attaques contre cette traduction, je me dis que vraiment, elle doit être encore meilleure que je ne le pensais.

mais, bien sûr, "n'y voir aucune attaque personnelle, hein..."
(surtout que j'ai peu de temps pour venir lire sur le forum ; donc autant éviter de me répondre sur la liberté d'expression, la pensée unique, le fait qu'on aurait dû voter sur chaque nom, etc. mieux vaudrait lire le texte !)

vincent ferré
(qui trouve parfois que travailler sur Proust est tellement plus reposant)
Répondre
Cico, je crois que nous avons en fait un point de vue que tu ne peux pas forcément percevoir.

En fait, il n'est pas question d'éradiquer la version de Ledoux, déjà parce qu'on a tous grandit avec, ensuite parce que ce serait idiot.

D'expérience, il s'avère que nous rencontrons des problématiques qu'un lecteur qui ne lit que Le Hobbit et ne s'intéresse pas aux études sur le sujet ne peut pas connaître.

Lorsqu'on travaille sur Tolkien, on se rend vite compte que les traductions françaises sont un obstacle, d'abord parce qu'elles ne sont pas cohérentes entre elles, ensuite parce que parfois il manque des paragraphes. Or, si le travail de Daniel Lauzon continue sur les futures traductions, alors on gagnera en cohérence et en fidélité, il est donc utile que nous en profitions et les noms "mal traduits" ne serait alors qu'un moindre obstacle.

Par exemple, si je parle de Bard et que j'utilise le texte de Ledoux, je vais passer à côté d'un paragraphe qu'il n'a pas traduit.
Si je travaille sur les Intendants/Surintendants du Gondor, j'utilise quel terme ? Les deux sont dans le Seigneur des Anneaux.
Lorsque quelqu'un produit un recueil d'études comme L'Arc et le Heaume, il est plus pratique que les participants travaillent tous sur la même base et ne multiplient pas les références, pour avoir une cohérence d'ensemble d'autant plus si l'une des références devient plus difficile à trouver.

Tout cela, c'est quelque chose que tu ne vivras pas si tu lis seulement Le Hobbit, alors que pour les essayistes, c'est une problématique qui peut nous pousser à discuter pendant des heures pour trouver le meilleur compromis. Or là, nous allons probablement en direction d'un compromis plus satisfaisant si les traductions continuent.

En tout les cas, il ne s'agit pas d'effacer le passé, et l'on ne peut pas non plus s'y limiter, il nous faut faire avec le passé mais aussi évoluer avec le présent et le futur et nous adapter en conséquence en cherchant les meilleurs compromis.

Enfin, doucement sur les accusations d'intégrisme, qui l'est le plus, celui qui cherche accepter une nouvelle version ou celui qui préfère la refuser et rester sur l'ancienne ? Ceci est juste pour te faire remarquer le caractère paradoxal de cette accusation hâtive. Sans rancune Wink

Au plaisir de te relire, surtout après ta découverte de cette nouvelle version Razz
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
Avec un peu de recul, je pense que Daniel Lauzon a forcément eu plus de "facilités" pour traduire The Hobbit que Francis Ledoux. Tout comme nous, Daniel baigne dans le Tolkien depuis des années, et forcément, il comprend plus le sens des phrases et des sous-entendu de Tolkien sur ses autres écrits (je pense par exemple au passage où il faut la différence entre les hauts elfes qui sont allés en Faërie, par rapport aux Sylvains), que Ledoux qui ne pouvait connaitre ces faits.

Donc... forcément, l'ensemble devient plus cohérent. Après, c'est une question de licence artistique et légale.

(puis je m'y fais à Grand'Peur. Faut croire que j'ai gardé une partie de mon âme d'enfant).
Répondre
(01.12.2012, 10:02)Meneldur a écrit : D'ailleurs, un conte de fées qu'on a du mal à comprendre quand on se le fait lire à l'âge de six ans, est-ce encore bien un conte de fées ?

"Ecoutez bien, ne toussez pas et essayez de comprendre un peu. C’est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau, c’est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c’est ce que vous ne trouvez pas amusant qui est le plus drôle."
P. Claudel

Après, effectivement, les enfants, on n'a qu'à les mettre devant Oui-Oui, c'est de leur age...

(01.12.2012, 17:16)Zelphalya a écrit : Enfin, doucement sur les accusations d'intégrisme, qui l'est le plus, celui qui cherche accepter une nouvelle version ou celui qui préfère la refuser et rester sur l'ancienne ? Ceci est juste pour te faire remarquer le caractère paradoxal de cette accusation hâtive. Sans rancune Wink

Bien sûr. En aucun cas perdre le sourire. Tout cela n'est que discussion Smile
Je ne sais pas si je suis intégriste... J'aime plutôt bien Bessac, j'ai hâte de lire les chansons... J'ai juste du mal à comprendre que vous ne tiquiez pas plus sur certaines traductions.
Allez, bises. Et promis, je reviendrai après une lecture complète (après Noël) Wink
Répondre
Je vais vous donner un avis simple, subjectif et qui tient plus du ressenti: j'aime certains nouveaux termes (Bessac), j'en trouve d'autres absurdes (Grand'Peur) même si dans certains cas ils collent bien l'idée que j'ai d'un conte pour enfant (encore une fois Grand'Peur)

Je trouve que la nouvelle traduction donne un côté beaucoup plus enfantin à l'ensemble, certainement car les termes sont plus explicites, plus "traduits" si je puis dire et si vous voyez où je veux en venir.

Par contre deux choses me dérangent: cette impression qu'effectivement maintenant il y a une nouvelle traduction qui supplante totalement les anciennes et le fait que cette impression soit renforcée ici, sur ce forum, par la défense acharnée des "anciens" Tolkiendili, comme si tout esprit de critique et d'analyse allant à l'encontre de cette nouvelle traduction avait disparu, chose pourtant répandue habituellement.
Répondre
J'avoue que jusqu'ici ne se présente pas trop le cas de personne arrivant en donnant un point de vue complètement acquis à la traduction de Lauzon, en dehors des nôtres Razz

En ce qui me concerne, je suis tellement contente d'avoir enfin une alternative à la traduction, pas si mauvaise dans l'ensemble, mais souvent approximative, erronée, voire absente de Ledoux (avec toutes les problématiques qui en ont découlées - vous n'imaginez pas les prises de têtes je crois Razz) et à l'éventualité que cette démarche de retraduction continue sur cette lancée et nous permette d'avoir un ensemble cohérent, que je me sens un peu comme quand les fans des films apprenaient que Jackson allait adapter Le Hobbit Mr. Green

Après, la version audio a finie de me convaincre sur l'effet conte pour enfant. J'ai vraiment envie que les gens l'essayent.
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
(01.12.2012, 23:42)Zelphalya a écrit : Après, la version audio a finie de me convaincre sur l'effet conte pour enfant. J'ai vraiment envie que les gens l'essayent.

C'est prévu, c'est prévu... il faut juste que je trouve le temps de l'acheter et de l'écouter Mr. Green
Répondre
(01.12.2012, 23:28)Gaffophone a écrit : Par contre deux choses me dérangent: cette impression qu'effectivement maintenant il y a une nouvelle traduction qui supplante totalement les anciennes et le fait que cette impression soit renforcée ici, sur ce forum, par la défense acharnée des "anciens" Tolkiendili, comme si tout esprit de critique et d'analyse allant à l'encontre de cette nouvelle traduction avait disparu, chose pourtant répandue habituellement.

Je ne suis que de loin les échanges et c'est aussi l'impression que j'ai. Les gens ont le droit d'aimer, de ne pas aimer ou d'être mitigés sur une traduction. Mais ce fuseau ressemble à un champ de bataille où on a l'impression que Tolkiendil choisit très clairement un camp et écarte toutes les critiques comme nulles et non avenues. Au même titre qu'on peut critiquer certains choix de Ledoux, je suis sûre qu'on peut en critiquer certains de Lauzon. Je ne suis pas traductrice mais toute traduction peut avoir ses limites, non ?

Je suis contente des dernières réponses de Zelphalya car elles explicitent justement plus en détail les raisons qu'ont certains Tolkiendili de préférer la traduction de Daniel Lauzon. J'aimerais juste qu'on ne dénigre pas les gens qui préfèrent l'autre.
Répondre
Je dénigre juste ceux qui rejette la nouvelle trad en bloc sans lui donner sa chance sous prétexte de quelques noms Mr. Green
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
(01.12.2012, 23:28)Gaffophone a écrit : Par contre deux choses me dérangent: cette impression qu'effectivement maintenant il y a une nouvelle traduction qui supplante totalement les anciennes et le fait que cette impression soit renforcée ici, sur ce forum, par la défense acharnée des "anciens" Tolkiendili, comme si tout esprit de critique et d'analyse allant à l'encontre de cette nouvelle traduction avait disparu, chose pourtant répandue habituellement.

J'espère que cette impression se dissipera progressivement. J'avais déjà donné à plusieurs reprises mon impression, je ne voyais donc pas l'intérêt de me répéter — chose que je fais déjà suffisamment en interne, en l'occurrence.

Pour ma part, la nomenclature adoptée par Lauzon est globalement supérieure à celle de Bilbo le Hobbit, puisqu'on n'oscille pas entre la VO et une VF maladroite (du style Combe Fendue). Elle est même préférable à celle du Seigneur des Anneaux, puisque Lauzon respecte mieux (mais pas parfaitement) les indications de Tolkien. Toutefois, il y a plusieurs points sur lesquels la nomenclature de Ledoux garde l'avantage face à celle de Lauzon. Par exemple :
- Fendeval -> un choix plus proche du sens que Fondcombe ; à l'oreille, je trouve cependant que Fondcombe est un peu meilleur, même s'il est lui-même un cran en-dessous de Rivendell
- Montagnes de Brume -> cas inverse : sonne mieux que Monts Brumeux, mais s'éloigne de l'original (je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un contresens : on trouve ce genre de métonymie dans la topographie française)
- Grand'Peur : l'aberration absolue (et heureusement unique) de la version de Lauzon, puisque ce n'est même pas une traduction de Mirkwood. Je trouve que c'est une « traduction » qui dispute la palme de l'absurdité au fameux « Golfe de la Lune » de la carte du SdA, là où la VO a Gulf of Lhûn. Inutile de dire que la solution de Ledoux, Forêt Noire, bien qu'elle soit un peu trop prosaïque, est infiniment préférable. C'est le seul terme dont j'espère vraiment qu'il sera changé dans les rééditions futures.

À côté de ça, il y a des idées assez géniales :
- Bessac est une formidable traduction de Baggins, bien plus euphonique que Sacquet
- Le Val est une très bonne traduction de Dale (qui aurait dû être traduit par Ledoux)
- La Sauvagerie est un mot français tout ce qu'il y a de plus authentique qui correspond exactement à The Wild

Bref, cette traduction est un progrès notable par rapport à l'ancienne, même si évidemment, on peut la critiquer sur tel ou tel point — essentiellement du détail, me semble-t-il toutefois.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
(02.12.2012, 13:37)Elendil a écrit : - Fendeval -> un choix plus proche du sens que Fondcombe ; à l'oreille, je trouve cependant que Fondcombe est un peu meilleur, même s'il est lui-même un cran en-dessous de Rivendell
Pourtant, on retrouve les mêmes sonorités, qui sont bien plus proches à l'oreille de Rivendell : les V, D et L, même si disposés dans un sens différent dans Fendeval : D, V et L. Un peu comme les B, S et G/C de Baggins dans Bessac.
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
Je te l'accorde bien volontiers. Mon opinion sur ce nom dépend des jours. :p Des fois, je le trouve meilleur que Fondcombe et pas loin de valoir Rivendell, d'autres fois je le mets un peu en dessous. Autant je peux atteindre une opinion claire sur une question de signification toponymique, autant l'aspect esthétique défie volontiers l'analyse.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
Encore un avis : http://lespenseesdecuchu.blogspot.fr/201...final.html
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
Pas tout à fait d'accord avec une bonne partie de son argumentaire, mais je dois reconnaître que « vagir » me paraît préférable à la périphrase employée par Lauzon.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
moi bizarrement cela me correspond tout à fait !
Répondre
On a pas lu le même livre Mr. Green
Il parle de Fendval et de Thomas, alors que c'est Fendeval et Tom. Où a-t-il lu Thomas ?
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
Je suis content de voir que le ton des échanges a quelque peu baissé !

Je comprends qu'une nouvelle traduction de Tolkien, qui prend ses distances avec l'ancienne (je ne suis pas du tout d'accord avec le blogueur qui dit ne pas voir trop de différences), suscite des réactions passionnées. Mais tout de même, il n'y a pas de quoi déchirer sa chemise.

Je ne suis pas en bonne position pour participer au débat, mais je pense que les explications que j'ai fournies ont pu apporter un éclairage utile. Évidemment, si j'exprime mon désaccord avec certaines opinions, il y en aura toujours pour m'accuser de ne pas accepter la critique. C'est pourquoi, depuis quelque temps, je m'abstiens de commenter.

Je vous avouerai qu'il peut être frustrant de me faire vilipender par un autre fan qui admet qu'il n'a pas lu mon texte. Si on a un parti pris pour l'ancienne traduction, que ce soit par nostalgie ou pour toute autre raison, c'est très bien. À mon sens, ce n'est pas une raison pour condamner un texte qu'on n'a pas lu. J'ai reçu beaucoup de critiques et beaucoup de bons mots aussi. Des commentaires encore très préliminaires, assez peu fouillés, de part et d'autre. Avec le temps, on se fera une meilleure idée de cette traduction, puisqu'elle continuera à être lue. Nul besoin, donc, de trancher tout de suite avec des jugements péremptoires.

J'aimerais bien aussi qu'on se garde de me prêter des intentions. Je ne veux pas "imposer" quoi que ce soit à quiconque ; je n'ai pas choisi de changer pour changer, par caprice, pour vous contrarier, ou pour marquer mon territoire... J'ai lu quelque chose de semblable plus haut ; mais c'était peut-être sur un autre forum. Je trouve que c'est une réaction normale. Les lecteurs se sentent bousculés ; le texte leur appartient déjà, en un sens. Mais voilà, les deux traductions cohabitent, et l'une n'est pas là pour annihiler la seconde. Le temps, probablement, décidera. Ne soyons pas trop hâtifs, comme dirait l'autre.

Et halte aux théories de la conspiration. Si Tolkiendil choisit de reprendre la nomenclature, ce n'est pas parce que nous sommes "de mèche"... C'est une décision éditoriale qui ne regarde que Tolkiendil. Ce sont des tolkiennistes érudits et ils savent très bien ce qu'ils font ! Et si on "écarte" certains jugements ici, c'est peut-être parce qu'ils sont très mal renseignés.

En ce sens, je comprends aussi la réaction exaspérée de Vincent. Vous savez, si "Dernière Maison Simple" avait été plus correct, je l'aurais gardé, ou quelque chose de semblable. Les raisons du changement sont élémentaires. Last Homely House signifie : la dernière maison "hospitalière" à l'ouest des montagnes, avant les régions "sauvages", inhospitalières. Ça n'évoque pas la simplicité rustique du foyer, le Home Sweet Home! Ledoux est nettement dans l'erreur et l'amour inconditionnel qu'on peut avoir pour ses traductions n'y change rien. J'ai envie de dire : aveuglement volontaire, soit, c'est votre choix... Mais là, dire que je ne fais pas attention à la mélodie de la langue... rien que pour ça... c'est un peu fort. Exprimer ses préférences, c'est très bien. Mais un peu d'humilité, s'il vous plaît.

Tout ça pour dire que, parmi toute cette surenchère onomastique, je n'ai pas vu (encore) beaucoup de jugements et d'analyses rationnels qui nous renseigneraient sur les qualités de la nouvelle traduction, et ENCORE MOINS de l'ancienne. Nous restons dans le superficiel. Et l'émotif, bien sûr (knee-jerk reactions, disent les Américains). Assistons-nous à une nouvelle Querelle des Bouffons, pour reprendre la métaphore musicale ? J'espère bien que non.

Amicalement,
Daniel

p.s. "Vagir" pour traduire "to squeak" ? Scouic, scouic... Non merci. J'ai traduit ce verbe de multiples façons selon le contexte. J'avoue que je n'ai pas trouvé de solution satisfaisante.

p.p.s. "Thomas", "Fendval", "Bilbon Pessac" : en effet, Zelph, je découvre dans les critiques des choses que je n'ai jamais écrites. Un peu plus de rigueur serait appréciée de la part des critiques. Je n'ai rien contre les blogues, la liberté d'expression, etc., mais je prends avec sérieux et rigueur ce qui est écrit avec sérieux et rigueur. (Le reste, c'est de l'humeur. Wink )
Répondre
(03.12.2012, 08:20)Daniel Lauzon a écrit : p.s. "Vagir" pour traduire "to squeak" ? Scouic, scouic... Non merci. J'ai traduit ce verbe de multiples façons selon le contexte. J'avoue que je n'ai pas trouvé de solution satisfaisante.

J'avoue que « vagir » traduirait mieux squeal, par exemple. D'un autre côté, c'est vrai que les périphrases ont tendance à m'ennuyer, vu qu'elles détruisent assez facilement le rythme de la phrase — et que le français exacerbe facilement cette tendance, avec sa profusion de déterminants et de conjonctions.

Je ne prétends pas qu'il soit nécessairement facile de trouver mieux, surtout sur une traduction de plusieurs centaines de pages, où les problèmes de cet ordre doivent proliférer, vu la richesse du vocabulaire de Tolkien. Toutefois, entre « piailler », « glapir », « piauler » et leurs nombreux synonymes, on devrait pouvoir trouver quelque chose qui convienne.

(03.12.2012, 08:20)Daniel Lauzon a écrit : p.p.s. "Thomas", "Fendval", "Bilbon Pessac" : en effet, Zelph, je découvre dans les critiques des choses que je n'ai jamais écrites. Un peu plus de rigueur serait appréciée de la part des critiques.

Là, je suis entièrement d'accord avec toi. Comme je l'ai dit par ailleurs, ce genre d'erreurs de lecture m'évoque beaucoup trop les premiers détracteurs de Tolkien, incapables de respecter l'orthographe des personnages du livre et peu désireux de remettre en question leurs présupposés. (On peut citer le « Gandalph » d'Edmund Wilson, qui est un peu l'archétype du genre ; sa critique est en ligne sur JRRVF.)
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
(03.12.2012, 09:01)Elendil a écrit : c'est vrai que les périphrases ont tendance à m'ennuyer, vu qu'elles détruisent assez facilement le rythme de la phrase — et que le français exacerbe facilement cette tendance, avec sa profusion de déterminants et de conjonctions.

Bien d'accord. Mais les cris d'animaux à tout moment (pour "squeak"), je ne trouvais pas cela approprié. Il y a bien "un glapissement de peur" (p. 292) pour "a frightened squeak". Wink

D.
Répondre
Encore une coquille dans Le Hobbit annoté, p. 290 :

Citation :Il est vrai que vous avons été appréhendés à tort [...]
The gods forgot they made me, so I forget them too
I listen to the shadows, I play among their graves
Répondre
Bonsoir, amateur des écrits de Tolkien depuis de nombreuses années, je n'ai pas pu m'empêcher de sauter sur cette nouvelle occasion/traduction.

Clairement, l’expérience d'avec d'autres textes de l'auteur a permis d'en faire une très adaptée au ton et à l'esprit du texte original. J'en remercie Ms Lauzon et Ferré ainsi que ceux y ayant participé.

Ce n'est pas que je "renie" la traduction de Ledoux avec laquelle j'ai grandi (je suppose, peut-être faussement, que cela a été le cas aussi bien pour le traducteur) ou que je lui "dénie" (dans le cadre assez réduit de ma bibliothèque) toute légitimité. Au contraire, je pense que les avoir côte-à-côte permet d'avoir une plus grande profondeur et la compréhension, et une plus grande flexibilité dans la lecture.

Le style plus ampoulé de Ledoux (malgré de nombreuses scories) se prête aussi bien (mais d'une autre manière) que la traduction plus naturelle (plus "champêtre" peut-être?) que la nouvelle à l'Aller et un Retour de M. Bessac.

Il me semble que les amateurs de Tolkien bénéficieront ainsi d'un lexique de noms mélangeant le meilleur des deux (Je ne vois pas vraiment ce qui empêchera Bilbon Bessac d'aller dans la Forêt Noire, c'est en tout cas la façon dont je me le représente).

J'aurais quelques questions concernant des choix dans la traduction :

-Pour les surnoms. M. Lauzon a fait remarquer que les noms français comportent rarement des liaisons de type "Ecu-De-Chêne". Cela se tient : après tout l'une des plus grandes dynasties médievales est bien nommée "Plantagenêt", qui fait bien rustique (sans parler du fameux "Guifred le Velu").

Mais comme Écu de chêne est ici un surnom plutôt qu'un nom héréditaire, et que généralement l'usage est d'utiliser le déterminant à part, qu'est ce qui a motivé la fusion en "Lécudechesne"?

-Sur la dernière maison "simple". Je suppose (peut-être encore faussement) qu'ici "simple" à le sens ancien de "honnête" : Fondcombe/Fendeval étant la dernière maison honnête, digne de confiance avant de franchir les Monts voire même la Forêt, Beorn étant un hôte d'un genre assez particulier (disons que l'on s'attend moins à trouver une tête de gobelin empalée devant la demeure d'Elrond). Ce sens était-il considéré comme trop archaïque pour être adapté au Hobbit?

-Le nom "Arkenstone" en "Pierre Arcane" me déroute un peu. Si, comme je le suppose (encore une fois me direz vous) le rapprochement entre "la pierre précieuse" des nains et "les éclats de lumière" des elfes est voulue (ainsi que la fascination maladive qu'elle semble exercer sur ceux-ci), l'utilisation d'"arcane" ne l'affaiblit-elle pas?

Des points de détail, qui n'affaiblissent pas une traduction demandée depuis plusieurs années. Encore merci.
Répondre
(29.12.2012, 03:29)Catilina a écrit : Il me semble que les amateurs de Tolkien bénéficieront ainsi d'un lexique de noms mélangeant le meilleur des deux (Je ne vois pas vraiment ce qui empêchera Bilbon Bessac d'aller dans la Forêt Noire, c'est en tout cas la façon dont je me le représente).
Bilbo Wink

J'aurais quelques questions concernant des choix dans la traduction :

Citation :-Sur la dernière maison "simple". Je suppose (peut-être encore faussement) qu'ici "simple" à le sens ancien de "honnête" : Fondcombe/Fendeval étant la dernière maison honnête, digne de confiance avant de franchir les Monts voire même la Forêt, Beorn étant un hôte d'un genre assez particulier (disons que l'on s'attend moins à trouver une tête de gobelin empalée devant la demeure d'Elrond). Ce sens était-il considéré comme trop archaïque pour être adapté au Hobbit?
Tu n'es pas loin de la signification que Lauzon a choisi, à savoir la dernière maison hospitalière.
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
(29.12.2012, 12:35)Druss a écrit : Bilbo Wink

Damned. Je dois être trop habitué à cette francisation Smile

Ceci dit la transformation du -o en -on ne me choque pas. Des noms germaniques comme Frodo donnent "naturellement" Frodon en français.
"Ferme de Frodo" -> Frodonis Villa -> Fronville -> Froville

(29.12.2012, 12:35)Druss a écrit : Tu n'es pas loin de la signification que Lauzon a choisi, à savoir la dernière maison hospitalière.

Je me suis mal exprimé, est-ce que le mot "simple" était ici trop archaique, et la traduction en "hospitalière" s'imposait-elle pour une plus grande compréhension? (J'ai dans l'idée que oui, mais il est possible qu'il s'agisse d'une différence entre les deux sens)
Répondre
(29.12.2012, 03:29)Catilina a écrit : Mais comme Écu de chêne est ici un surnom plutôt qu'un nom héréditaire, et que généralement l'usage est d'utiliser le déterminant à part, qu'est ce qui a motivé la fusion en "Lécudechesne"?
Je dois dire que je me sens sur la même longueur d'onde que toi.
Thorin Ecu-de-Chêne ou Thorin Lécudechesne ? A mes oreilles, l'imaginaire auquel ces noms me renvoient est assez différent ; le premier fait écho à l'onomastique chevaleresque, l'autre au monde de l'artisanat médiéval. Alors, puisqu'il est question d'un fils de Roi qui veut restaurer son Royaume perdu, je préfère les consonances chevaleresques. ("C'était un noble Nain, issu d'une Maison illustre" L'expédition d'Erebor)
Ce point rejoint donc les discussions sur les traductions de noms (qui semble être le principal point de discorde autour de cette nouvelle traduction)
Répondre
(29.12.2012, 13:06)Catilina a écrit :
(29.12.2012, 12:35)Druss a écrit : Tu n'es pas loin de la signification que Lauzon a choisi, à savoir la dernière maison hospitalière.

Je me suis mal exprimé, est-ce que le mot "simple" était ici trop archaique, et la traduction en "hospitalière" s'imposait-elle pour une plus grande compréhension? (J'ai dans l'idée que oui, mais il est possible qu'il s'agisse d'une différence entre les deux sens)

Homely est traduisible par simple, accueillant. Seulement, à mon avis, traduire par simple n'a pas la connotation recherchée en français. Pour nous, français, simple a un caractère qui se rapporte à la complexité plus qu'au caractère accueillant ou non (pas sûr d'être clair, là Neutral ). Ceci doit être mis en parallèle avec le fait qu'une fois passé Fendeval, les gens entrent dans la Sauvagerie. En gros, lorsque je lis Dernière Maison Simple, je n'ai pas le sentiment qu'après elle, on s'engage dans un monde périlleux, tandis qu'Hospitalière met clairement le doigt sur ce point.
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
Je suis assez d'accord avec le raisonnement de Druss. "Simple" donne l'impression qu'elle est "modeste", comme s'il ne s'agissait que d'une petite maisonnée.
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
Donc ca serait moins à cause d'une différence de sens que d'un choix de vocabulaire plus accessible.

C'est vrai que les archaïsmes collent bien mieux avec le style Ledoux qu'avec Lauzon.

Citation :A mes oreilles, l'imaginaire auquel ces noms me renvoient est assez différent ; le premier fait écho à l'onomastique chevaleresque, l'autre au monde de l'artisanat médiéval.

C'est plus la forme qui me dérange que le fond. On ne compte plus les noms de dynasties à moitié (ou plus qu'à moitié) rustiques : Plantagenêt, Capet (petite cape), Trencavel (Tranchebien), Medici (médecins), Sforza (Lefort), etc.

Mais disons que je verrais plus un "Lécudechesne" comme nom d'une maison que comme surnom, par convention (si convention il y a, surtout par rapport à ce qui colle au travail de l'auteur)
Répondre
(29.12.2012, 15:03)Catilina a écrit : C'est plus la forme qui me dérange que le fond. On ne compte plus les noms de dynasties à moitié (ou plus qu'à moitié) rustiques : Plantagenêt, Capet (petite cape), Trencavel (Tranchebien), Medici (médecins), Sforza (Lefort), etc.

Tout à fait d'accord avec ta remarque ; Lécudechesne fait maisonnée plus que surnom.

Pour le reste, c'est en fait l'article fusionné qui me dérange ; on peut reprendre tes exemples ou d'autres comme Henri Beauclerc (tous sans article) voire à Pierre le Vénérable (avec un article non fusionné).
Du coup, si ce sont les tirets qui gênaient (car peu français), on aurait pu s'en passer sans rien dénaturer (Thorin Ecu de Chêne comme Richard Coeur de Lion, voire Thorin Ecudechêne tout attaché).
Répondre
Marianne parle de la nouvelle traduction :
http://www.marianne.net/%C2%A0Le-Hobbit%...25464.html
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
Juste un petit mot pour dire que j'ai adoré les Enfants de Hurin, que l'équipe Ferré doit bien y être pour quelque chose et qu'il me tarde de lire "Le Hobbit" nouvelle traduction.

Le film étant immontrable aux enfants (un comble), il va falloir que Bilo Bessac vienne chaque soir les visiter.
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  [Parution] Nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux 2014-2016 Druss 499 308 961 22.09.2022, 00:23
Dernier message: Zelphalya
  [Parution] L'Encyclopédie du Hobbit Hyarion 178 200 490 16.09.2022, 21:24
Dernier message: Elendil
  [Parution] Nouvelle traduction du Silmarillion par Daniel Lauzon Druss 76 23 815 01.09.2022, 22:19
Dernier message: Zelphalya
  [Parution VO] Nouvelle édition de the Lord of the Rings illustrée par Tolkien Druss 24 5 426 01.09.2022, 11:51
Dernier message: lempeo
  [Parution VO] Nouvelle édition de the Silmarillion illustrée par Tolkien Druss 9 984 29.07.2022, 17:28
Dernier message: Zelphalya
  [Parution] Nouvelle édition de Peintures et aquarelles de J.R.R. Tolkien Druss 13 3 200 19.07.2022, 14:50
Dernier message: Druss
  [Parution VO] Audiobooks Hobbit et LR lus par Andy Serkis Druss 1 960 07.07.2021, 11:32
Dernier message: Druss
  [Parution] Cahier de croquis du Hobbit - Alan Lee Druss 19 9 557 28.05.2021, 11:37
Dernier message: Druss
  [Parution VF] Beowulf: traduction et commentaire de J.R.R. Tolkien Druss 70 85 833 15.12.2019, 13:26
Dernier message: Druss
  Histoire de la traduction du Hobbit en français Zelphalya 39 20 001 13.10.2019, 11:13
Dernier message: Druss

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)