Note de ce sujet :
  • Moyenne : 4 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Les noms de Morgoth
#1
Thumbs Down 
Meneldur étant en train de nous traduire le dernier article d'Ardalambion en date « Un nom pour le Seigneur Sombre », qui traite des noms de Sauron, je me disais qu'il serait tout aussi intéressant d'en faire autant pour le Morgoth, qui dispose d'une panoplie encore plus large.

D'autant que je viens de m'apercevoir de Fauskanger n'avait pas analysé du tout ce nom dans son étude de l'adûnaïque. Ci-joint mes réflexions à ce propos :

Mulkhêr « Melkor » (SD, p. 359-364, 367-368) ; Mulkher en p. 358 et Arûn-Mulkêr « Melkor-Roi » en p. 367. Faut-il rapprocher la forme -khêr du q. heru « maître », dérivé de KHER- « diriger, gouverner » (LRW, p. 364), que l'on retrouve également dans Tar-Herunúmen (voir le nom Ar-Adûnakhôr), ou du suffixe -kor « se dresser » dans le q. Melkor (q. pr. mbelekōro) « Celui qui se dresse en Puissance », cf. WJ, p. 402 ? La première partie du nom, mul-, pourrait alors faire référence à la force, si les noms quenya et adûnaïque ont la même signification. A remplacé la forme Kherû (SD, p. 376).

Toute contribution sur les formes du quendien primitif, du quenya, du sindarin ou de l'adûnaïque (et des autres langues, si j'en oublie) sont les bienvenues. Même un listing serait déjà utile.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#2
En quenya : Alkar « le Radieux » dans La Route perdue (V.74 note 16). Formes archaïques de Morgoth employées par Fëanor : Moringotto, Moriñgotho (X.194, 294). Forme archaïque de Melkor : *mbelekōro (XI.402).

En gnomique : Belcha (<< Belca) à l'époque des Contes Perdus (I.260, lié au quenya velka « flamme »), puis Moeleg à l'époque de la Quenta (IV.167).

En vieil anglais : Tolkien offre trois noms dans les papiers associés à la traduction de la Quenta en vieil anglais : Mánfréa « seigneur du mal » (mán « evil, wickedness » + fréa « ruler, lord ») ; Bolgen « colérique » (wrathful) ; Malscor, probablement lié au nom malscrung « confondant, ensorcelant », à rapprocher du nom anglo-saxon de Sauron dans les papiers d'Edwin Lowdham : se Malsca (IX.317). L'épithète Bauglir devient Bróga « terreur » (terror). On trouve aussi Orgel « orgueil » (pride) et Sweart-ós « Dieu Sombre » (Dark God, Black God) dans la traduction des Annales du Valinor (IV.283).

En latin : Diabolus (L.190) Mr. Green
The gods forgot they made me, so I forget them too
I listen to the shadows, I play among their graves
Répondre
#3
(07.11.2009, 13:54)Meneldur a écrit : En gnomique : Belcha (<< Belca) à l'époque des Contes Perdus (I.260, lié au quenya velka « flamme »)

Parma Eldalamberon
11 p. 22 :

Belcha also called Uduvrin, Geluim, Angainos. (Hell-lord, Ice, Iron-god.) Lord of utter heat and cold, of violence and evil. also Flanthog. (Q Melko.) (etymology - Q velka, a flame. also Q blectha. √melek-, mbelek, belek ?)

Cf. aussi de manière assez intéressante les entrées de la racine VḶKḶ (PE12:101) :

vilkin bitter, evil.
valke (i) edge, sharp blade.
valkea cutting, sharp.
vilkin It cuts. (valke.
valka cruel, bitter.
valkane torture.
valkarauke = Balrog. pl. valkarauki.
Répondre
#4
Pour Bauglir, cf. les Étymologies, racine MBAW- : « N baug tyrannique, cruel, oppressant ; bauglo oppresser ; bauglir tyran, oppresseur » (V.372).

Dans ces mêmes Étymologies, Melko est donné sous la racine MIL-IK (V.373), avec d'autres termes liés au désir (lust) ou à l'envie (greed). PE 17 approche de l'étymologie donnée dans Le Silmarillion avec « Melkor (Melkóre) = mbelek-óre "s'élevant en puissance" », dérivé de la racine BEL, MBEL-, qui offre également l'équivalent sindarin Belegûr, Belchur (p. 115).

Pour Morgoth, les Étymologies donnent le noldorin coth « inimitié, ennemi » (KOT-) (V.365), mais précisent qu'il s'agit peut-être plutôt de gost « terreur, effroi » (GOS-, GOTH-) (V.359). La Liste de noms des années 30 explique le nom comme formé par le nom orquin Goth « seigneur ou maître » avec le préfixe mor « sombre, noir » (V.406).
The gods forgot they made me, so I forget them too
I listen to the shadows, I play among their graves
Répondre
#5
Le dictionnaire d'adunaïque de Carl et Patrick nous donne également la forme Melekō/Mēlekō ‘Tyran' (IX:398-9/401-4/411n.5) et nous rappelle ce passage (IX:376) :

Citation :This opening paragraph has been very roughtly rewritten on DA I nearly to its form in DA II, but for 'the Lord Arûn' the name was 'the Lord Kherū'.
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
Thumbs Down Les Noms des Nains Elendil 28 38 613 20.05.2013, 01:57
Dernier message: Foradan
  Signification des noms propres Hadhod 29 20 819 19.02.2012, 09:16
Dernier message: Elendil
  Les noms chez les Elfes Meneldur 9 8 564 07.08.2007, 06:44
Dernier message: Lomelinde
  Question de noms propres ... Anglin 7 7 816 19.05.2007, 03:48
Dernier message: Elendil
  A propos des noms existants? Faris 9 8 180 02.09.2006, 16:54
Dernier message: Faris
  Pluriel quenya des noms en -i aravanessë 5 5 984 03.05.2005, 20:54
Dernier message: aravanessë

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)