Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Thibaud Mercier: La charge des Rohirrim
#31
Squall-Estel a écrit :Pardon d'avoir été un peu long Smile
Tu appelles ça long ?? Wink

Le forum est fait pour les longs discours tant que la longueur ne perd pas le lecteur.

Et je trouve que d'avoir l'explication sur ce point, c'est très intéressant. Car même si on essaye de comprendre ce que veut dire un auteur à travers son oeuvre, je trouve qu'il est d'autant plus intéressant d'avoir son explication claire et précise. Smile
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#32
Quand j'étais petit, en première, notre prof nous faisait analyser un poème et on n'arrivait pas à croire qu'on pensait à des trucs aussi compliqué quand on écrivait des vers.
Je dois avouer qu'on avait tort et que c'était le prof qui avait raison Confused Même si il y a une part d'inconscient dans ce genre de travail. Inconsciemment, en relisant son premier jet, on se rend compte "qu'il y a quelque chose qui cloche", et on essaye quelque chose d'autre; jusqu'à ce que l'on trouve que "ça fait mieux"; avec la pratique (et la lecture de beaucoup de poèmes) on arrive à comprendre quels sont les défauts qu'on retrouve souvent et qui sont facilement corrigeables (genre les e muets qui traînent, les prononciations douteuses, puis les répétitions anarchiques de "Et," ; ou encore les mots un peu plats (par exemple "doux" ou "beau" ou "être" qui ne sont guère originaux..); et on découvre aussi avec l'habitude des mots très pratique en poésie; pour cela, la lecture de beaucoup de poèmes (pour moi, ca a été les Fleurs du Mal) permet de se familiariser avec ces mots, même avec des bouts de phrases ou des formulations qui font bien.
Le plus dur finalement, c'est de faire quelque chose d'original, et de réussir à écrire des vers qui soient lisibles tout en étant personnels.
Répondre
#33
De faire de la belle poésie qui se tient en fait Smile
Répondre
#34
en gros, oui Very Happy

C'est comme pour de l'improvisation au piano: la plupart du temps on ressort des "enchaînement" connus, il faut connaître la technique (doigtés, accords, harmonies, etc...) pour pouvoir l'utiliser sans même y penser... et cependant ce n'est pas tout à fait suffisant, il faut également avoir l'inspiration et savoir la retranscrire. Dur, dur d'avoir les deux en même temps Confused
Répondre
#35
La suite du récit de la bataille du Pellennor, avec l'entrée en Scène de la fameuse Eowyn, et d'un jeune premier Very Happy

Un voile de Douleur et de Nuit est tombé...

...Et l'Ombre s'ébrouant exhale des Ténèbres.
Elle agite ses grandes ailes,
De sa gueule jaillit un cri rauque et funèbre,
Une plainte dure et cruelle.
Ses griffes sur le sol, d'un geste malhabile
Lacèrent la terre et les corps,
Et l'oiseau monstrueux, gluant ptérodactyle,
Titube, comme enivrée de Mort.

Mais un Ange brillant tout d'un coup s'est dressé.

Le fidèle Dernhelm à la voix claire et belle
Se tient devant son souverain;
Des larmes sur ses joues doucement étincèlent
Et perlent à ses yeux d'airain.

Le capitaine Noir croit en sa destinée:
Aucun homme ici-bas ne pourra le tuer.

Et un étrange rire éclate brusquement:
Tombe le heaume du secret,
Et le visage blond d'Eowyn de Rohan
Devant le Nazgûl apparait!

... Les yeux rouges de Feu fixent les yeux d'acier...

...L'oiseau-serpent se love et ses crocs fendent l'air,
Mais d'un geste éclatant la vierge guerrière
Esquive, et son épée d'une frappe rapide
Tranche le cou tendu de la bête morbide,
Qui s'effondre comme une masse.
Du naufrage s'élève avec un cri de haine
Le Seigneur des Nazgûl: sa rage se déchaîne,
Sa masse d'armes vole, et un coup meurtrier
S'abat sur Eowyn; son bras, son bouclier,
Se brisent comme de la glace.

Mais quel est cet éclat de lumière d'or
Qui jaillit brusquement au milieu des corps?
Le jeune Meriadoc, l'écuyer hobbitla
Qui dans l'armée avait accompagné le Roi,
Le jeune Meriadoc surmontant son horreur
Au secours d'Eowyn se jette avec fureur,
Et la poigne fragile qui la tient fermement
Rassemble son courage et, d'un vif mouvement
Plante la vive dague au niveau du tendon.
Et tombe le Nazgûl, et hurle le démon:
Eowyn rassemblant ses forces vacillantes
Enfonce son épée dans l'Ombre trébuchante,
Et comme un ouragan de ténèbres vaincues,
Comme une explosion de sombres flammes nues,
Avec un dernier cri jaillissant vers les cieux
Le Seigneur des Nazgûl disparait de leurs yeux,
Et jusqu'à Barad-dûr son hurlement de Mort
Résonne comme un sombre cor.
Répondre
#36
Esquive, et son épée d'une frappe rapide
Frappe le cou tendu de la bête morbide,

Je trouve dommage la répétition, elle fait butter, elle devrait pourtant donner un "coup" une rapidité mais je n'arrive pas à la ressentir.

Nazgûl
Holbytla au singulier, Holbytlan au pluriel (t'as pas ton A&H ? Wink )
Barad-dûr
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#37
Zelphalya a écrit :Esquive, et son épée d'une frappe rapide
Frappe le cou tendu de la bête morbide,
Nazgûl
Holbytla au singulier, Holbytlan au pluriel (t'as pas ton A&H ? Wink )
Barad-dûr

Correction 1:
Esquive, et son épée d'une frappe rapide
Tranche le cou tendu de la bête morbide
(c'était ce qu'il y avait marqué sur mon brouillonSmile)

Corrrection 2:

Le jeune Meriadoc, l'ecuyer hobbitla
Qui dans l'armée avait accompagné le Roi,
Le jeune Meriadoc surmontant son horreur
Au secours d'Eowyn se jette avec fureur:

(Ca ce n'était pas ce qu'il y avait marqué sur mon brouillon Mr. Green)

Correction 3: ok

Merci de tes remarques !
Répondre
#38
Il faudrait établir une version définitive, revue et corrigée de ce poème, je pense qu'il le mérite !
Répondre
#39
Etant donné que je préfèrerais retoucher le passage avec Eowyn (si j'en ai le temps) je proposerais ceci en version définitive:

La dernière charge de Théoden

Des étoiles de sang dans la nuit ont surgi :
Les feux d'alarme du Gondor ;
Répondant à l'appel, les Rohirrim ont pris
Les armes contre le Mordor.

Des échos de tambours dans la Nuit ont chanté ;
Guidée par les hommes sauvages,
Dans la forêts passant, l'Armée a emprunté
Des chemins de l'ancien âge.

Les sabots du Rohan dans la Nuit sont passés,
L'Angoisse dans l'âme et le coeur,
L'Ombre planant sur eux comme un souffle glacé
Brassant des sanglots et des pleurs...

_Et Theoden le Grand des collines du Nord
Contemple le champ de bataille,
La monstrueuse gloire des armées du Mordor
Meuglant ainsi que du bétail.

L'effroyable puissance dans la Nuit exultant
Semble accabler Eorlingas ;
Dans les ombres courbé, il chancelle un instant
Près de retourner sur ses pas.

_Mais un éclair soudain déchire les ténèbres :
Minas Tirith éblouissante
Se dresse, incendiée, blanche Flèche funèbre,
Agonisante et belle mais debout! mais vivante !

Debout Eorlingas ! Et gronde le tonnerre,
Et chante le coq insouciant,
Et hurle Theoden d'une voix forte et claire
Comme un ressort se redressant !

Plus forte que l'orage au pied du Pelennor,
Plus belle que mille ouragans,
Plus mouvante que l'eau, la tempête des cors
Déchaîne son flot éclatant !

_Agile, impétueux, cheval blanc sur fond vert,
Porté par la fureur et le vent de la guerre
Filant comme la foudre et comme elle frappant
Au secours du Gondor s'avance le Rohan...
Carnage ! Gloire et chants ! Terreur et épouvante !
Quel est ce feu soudain, cette flamme puissante,
Cette force qui va planant sur la colline
Et qui sur son passage tue, massacre et décime ?
Le Roi des Rohirrim sur le blanc Nivacrin
Brille tel un Soleil apportant le Matin :
Les ténèbres brûlées gémissent et s'enfuient
Comme au chant de l'aurore est balayée la nuit,
Et, joyeux combattants, sabots de la Colère,
Les Rohirrim frappant de leurs lances de fer
Percent les rangs serrés du Mordor gémissant ;
Et tout d'un coup l'Armée d'Eorl éclate en chants.

L'éclair inattendu a secoué l'orage.

Orques et Suderons tels des fétus de paille
Sont pris au dépourvu sur leur champ de bataille
Balayés tout un coup par cette déferlante
D'hommes et de chevaux ; par cette aube puissante
Qui a percé soudain le manteau de ténèbres ;
Puis par ce chant beau et funèbre.

Pour l'obscur Ennemi c'est un sombre présage.

Mais l'être terrifiant qui conduit l'Armée Noire
A de l'expérience et un vaste savoir ;
Ce nouvel adversaire, il saura le briser
Car jamais aucun homme ne pourra le tuer.
Le Seigneur des Nazgúl retourne sur ses pas
Pour reprendre en main le combat.

Au bord du Pelennor la bataille fait rage...

...Le Roi des Rohirrim galope sur la plaine
Cherchant des monstres à tuer ;
Au loin, deux yeux perçants l'observent avec haine,
Voyant la bannière isolée,
Le chef des cavaliers ennemis se prépare
A lancer une contre-attaque ;
D'un cri strident, il fait brandir son étendard
Serpent Noir sur fond écarlate...
Et la cavalerie s'agite et se déploie
Ainsi qu'une vivante toile,
Et mille cimeterres brillent avec éclat
Comme un scintillement d'étoiles.

Théoden d'un regard aperçoit la menace
Et fait virvolter son coursier,
"N'attendons pas l'assaut ! Debout Eorlingas!"
Hurle-t-il a ses cavaliers !
Et Rohan de nouveau déploie ses grandes ailes
Prenant un glorieux envol,
La bannière du Roi resplendit dans le ciel
Avec une vitesse folle !

Filant l'une vers l'autre, les deux cavaleries
Galopent, enivrées de fureur infinie,
Suderons tels l'orage, Rohirrim tels l'éclair !
Dans le vent tourbillonnent cheveux comme crinières,
Et dans chaque poitrine au souffle incandescent
Un coeur cogne, rythmé par le martèlement
Des sabots... Lance au poing, sabre et épée au clair,
Serpent noir sur fond rouge, cheval blanc sur fond vert,
Mordor et Rohirrim avec rage s'affrontent !
Grand fut le choc de leur rencontre.

Les suderons étaient bien supérieurs en nombre,
Mais la furie des Rohirrim
Désarçonna bientôt les cavaliers de l'ombre ;
Leur hardiesse fut sublime !
Et au milieu de tous, au sommet de sa gloire
Combattait Theoden le Grand ;
Comme un dieu de jadis il brillait dans le noir
Et chantait tout en massacrant !
Il abattit lui-même leur sanglant étendard.
_Alors, tournant bride et fuyant,
Tous ceux des cavaliers restants du Serpent Noir
Disparurent en gémissant.

_Mais qu'est ce vent soudain étouffant de ténèbres ?
Quel est ce souffle froid sur la plaine funèbre ?
Horreur ! Quel est ce cri perçant comme une lame,
Cette voix démoniaque qui lacère les âmes,
Ce sifflement mordant ainsi que du venin ?
Toute étoile est noyée, toute flamme s'éteint !
O douleur, O douleur ! Manteau de désespoir !
L'aurore est balayée par un vent de Nuit noire...
Le Roi des Rohirrim se dresse dans la Nuit :
"Debout Eorlingas !"... Mais tout espoir a fui,
La terreur est trop grande et l'Ombre trop glacée,
Les chevaux fous de peur, les hommes terrifiés,
Tous gémissent et tombent ; et le blanc Nivacrin
Dans sa folie chutant a scellé le Destin
De Theoden tombé au milieu de sa gloire
Vaincu par l'Epouvante Noire.


J'ai effectué deux ou trois retouches de ponctuation et corrigé deux ou trois fautes d'inattention qui restaient. As-tu reçu mon MP?
Répondre
#40
Franchement, j'ai jamais rien vu de plus BEAU (même selon Kant). Perso, les poésies épiques sont mes préférées et dans celui-ci tu arrives sublimement à manier les sentiments du lecteur (Milles excuses de t'avoir mal jugé, je craignais que Baudelaire n'ait eu des effets néfastes sur ton artMr. Green je sais je t'embête avec ça) Quant à publier tes oeuvres, je suis prêt à être ton premier client et à en parler à tous mes amis dès leur parution! Et je ne plaisante pas Very Happy
Répondre
#41
J'aime bien les critiques constructives de ce genre...Rolling Eyes
Répondre
#42
patience! je te sors la vraie critique dès que je peux.

(ne pas prendre compte de ce message: je ne suis pas arrivé à justifier par le biais d'une critique assez élaborée mon opinion. Je dirai tout simplement que ce poème est beau de par la maîtrise du rythme et des ressentis du lecteur. Quant à toi cher Samwise, tu peux lever les yeux trois fois plus haut, je ne peux rien te reprocher)
Répondre
#43
C'est peut-être étrange, mais la dernière partie publiée de l'épopée (avec Eowyn) me rappelle furieusement une scène de la tragédie grecque d'Andromaque. Wink

Joli travail en perspective ! Et un rythme exaltant !

Citation :l'ecuyer hobbitla
écuyer non ?

Elros
Répondre
#44
effectivement, correction effectuée.

Andromaque? La comparaison est flatteuse, merci Smile
Répondre
#45
Corriger Éorlingas en Eorlingas. D'ailleurs cette erreur se répète dans l'encyclopédie avec les pages Éorl le Jeune et Serment d'Éorl. Confused
Répondre
#46
Et elle est déjà corrigée dans la prochaine version.

Parlant d'orthographe, je n'ai pas mon A&H sous la main, hobbitla est correct ? ce n'est pas plutôt holbytla ?
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#47
holbytla, pl. holbytlan [v.a. hol ‘trou, creux’ + v.a. bytla, bylda ‘bâtisseur, constructeur’] terme employé par les Rohirrim pour désigner les Semi-Hommes, sensé être l’étymon du terme Hobbit(s), s. Perian, pl. géné. Periannath. [RC p. 2 ; SdA III-7 p. 600]
Répondre
#48
Correction effectuée dans le post principal. Mais quand tu dis "corriger Éorlingas en Eorlingas", c'est Éorlingas ou Eorlingas qui est correct ? Parce que, ne sachant faire que des E et non des É, jusqu'ici, je n'avais mis que des Eorlingas Confused
Répondre
#49
Eorlingas.
On a Éowyn, Éomer mais Eorl sans accent.

ALT 0201 = É
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  ~ La charge du Taureau Mugissant ~ * Daeron 1 1 146 25.09.2017, 21:51
Dernier message: Isabelle Morgil
  Thibaud Mercier (libre inspiration) : Berceuse Rohirrim Squall-Estel 6 6 835 03.04.2007, 20:55
Dernier message: Elros Tar-Minyatur
  Thibaud Mercier (libre inspiration) : Invocations Squall-Estel 5 5 849 02.12.2006, 11:43
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre interprétation): Nocturne Squall-Estel 7 8 187 10.11.2006, 23:46
Dernier message: Zelphalya
  Thibaud Mercier (libre inspiration): Tout doucement Squall-Estel 7 6 360 18.08.2006, 13:12
Dernier message: Elros Tar-Minyatur
  Thibaud Mercier: Le Silmarillion Squall-Estel 17 11 743 11.12.2005, 22:44
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration): Invitation au voyage. Squall-Estel 5 6 537 12.10.2005, 18:41
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration) "à Galadriel" Squall-Estel 4 5 674 16.09.2005, 17:17
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration): La Quête Squall-Estel 8 7 443 05.09.2005, 20:24
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration): la Compagnie Grise Squall-Estel 13 9 691 26.06.2005, 18:46
Dernier message: May

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)