Note de ce sujet :
  • Moyenne : 3.67 (6 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[Adaptations] Le Hobbit : Un Voyage inattendu (2012) de P. Jackson
Exact, d'ailleurs dans le livre on ne peut pas dire qu'elle soit utile, au point qu'à ma première lecture il y a des années elle m'était totalement passée inaperçue.
Après utile ou pas ça reste une scène pour exploiter le potentiel d'effets spéciaux de paysage comme dans beaucoup de films à grand spectacle, le premier exemple qui me vient à l'esprit sont les montagnes flottantes de Avatar.

Sinon, je pense que ça aura fait cette impression à plus d'un, je trouve que cette scène est un hommage/remake à la scène du SDA 1 sur le Caradhras, sauf que c'est des avalanches de pierre et pas de glace.
Répondre
(20.12.2012, 10:25)Re-Van a écrit : Sinon, je pense que ça aura fait cette impression à plus d'un, je trouve que cette scène est un hommage/remake à la scène du SDA 1 sur le Caradhras, sauf que c'est des avalanches de pierre et pas de glace.

Mr. Green Pour information, c'est à peu près une scène sur deux qui est une copie d'une des scènes du SdA.

Concernant la scène des géants, ce combat est une personnification de l'orage intense qui a lieu lorsque la compagnie traverse les montagnes. Rien ne permet d'affirmer qu'il s'agit bien de géants, cela pourrait tout aussi bien être une interprétation de l'imagination de Bilbo sous l'effet de la peur, mais ça restera un mystère comme Bombadil.
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
Si je puis me permettre de mettre un tout petit peu les pieds dans le plat... J'aurais aimé une critique extrêmement détaillée de la part des personnes qui n'ont pas aimé.

Chacun a le droit d'apprécier la façon dont PJ voit telle ou telle contrée : Les champs de maïs dans la Comté -si, si, rappelez-vous, lorsqu'on ne voit que la faux du père Magotte- et le Rohan brun comme la Mongolie ou de bush version Afrikaner, moi ça m'a choqué, mais qui suis-je pour dire que mon imaginaire vaut mieux que celui d'un autre, sachant que la seule personne capable de trancher serait Tolkien lui-même ?

Reste donc trois aunes qui me paraissent légitimes : (1) les infidélités objectives à l'oeuvre (coupures dans le texte de Bilbo), (2) le talent de réalisateur/acteur/metteur en scène, (3) la pertinence du FX et de certains choix artistiques.

(1) Les infidélités. Il y en a, mais relativement cloisonnées. Essentiellement les tirailleurs gobelins sur Warg, la création d'Azog comme Nemesis à Thorin, Radagast, ses lapins, sa vie son oeuvre. Certaines infidélités sont "cohérentes" : rappeler l'Histoire de la Maison de Durin et la guerre des Nains et des Orques (même si avilie), déplacer de quelques semaines le Conseil Blanc (à mon avis, le Voyage Inattendu sera plus "fidèle" que la Désolation -si vous regardez bien le trailer, on y voit Gandalf échanger des chiquenaudes avec un autre mage, je sens venir gros les deux mages bleus comme ennemis du Conseil Blanc). Infidélités aussi pour forcer la note afin de permettre d'identifier tous les Nains grâce, parfois, à des artifices grotesques (la lame dans la tête de l'un, le sonotone de l'autre...). une uatre infidélité incroyable, qui m'a choqué directement mais critique que je n'ai jamais vu reprise ni ici ni ailleurs : Bilbo lui-même !!! Tant qu'il détient l'Anneau, "Bilbo est un Elfe", c'est-à-dire qu'il ne vieillit pas du tout -mieux que Berlusconi ! Alors que Ian Holmes (cancer oblige) n'a pas pu reprendre le rôle de "Bilbo jeune" alors que normalement..
Au final, les coupures sont donc plutôt anecdotiques. Quant à l'argument SDA = trois tomes = 3 films contre Bilbo = 300 pages = 3 films => Mercantilisme... bien sûr mercantilisme, mais par contre mesure Tolkien "au poids" me gène, et le SDA est plus contemplatif et plus descriptif que Bilbo, qui lui regorge d'action... donc je ne suis pas si choqué que cela.

(2) Le talent de réalisateur et d'acteurs. Déjà, ça va mieux sans Elijah Wood et Orlando Bloom. Fili et Kili qui sortent de Brice de Nice, ça coince. Thorïn qui est un surfeur sur le retour avec une dose de larmoyitude, ça coince aussi. Bilbo est pas mal, je n'ai pourtant pas l'avis très favorable de certains. Disons qu'au niveau des acteurs... ça passe. Pas énorme, un peu qualité téléfilm, mais ça passe. C'est un peu "plus belle la vie des Nains" mais ça passe. Si, si. Bon, faut se forcer mais ça vaut au moins autant que le jeu des actrices botoxées sans émotions d'aujourd'hui.
Pour le réalisateur... je n'ai pas forcément le même avis que lui sur les Elfes, pas la même vision que lui de certaines scènes mais il est dans la continuité des SDA. Pour moi, notamment du fait des FX, il est même plus à son aise.

(3) Les effets spéciaux. Parfois c'est vraiment trop : une dégringolade de 500m et les Nains intacts... je veux bien que les Nains soient robustes mais là ça frise l'absurde. Sinon, il y a les géants (plutôt belle scène, "fluff") mais il faudra qu'on m'explique comment ceux qui sont dans les genoux ne sont pas broyés tout simplement.
D'une façon générale, d'une qualité logiquement meilleure que dans le SDA, mention spéciale à Gollum. A mon sens, pas trop d'usage insolite, même si les FX sont parfois un palliatif au jeu d'acteur...

Qu'en dites-vous ?

Que vos barbes poussent toujours plus longues,

Thorïn Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Que vos barbes poussent toujours plus longues


Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Répondre
A partir de ça "les infidélités objectives" tout le reste devient biaisé.

Il faut être réaliste, personne n'est capable d'évaluer objectivement, il y aura nécessairement une part de subjectivité, alors soyons honnête en admettant qu'il s'agit là de notre ressenti et qu'on ne peut pas être tous d'accord car c'est de toute façon en premier lieu une affaire de goût.
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
La seule chose qui puisse être objectivé, c'est le recoupement froid de ce qu'il y a dans le livre et de ce qu'il y a dans le film. Du moment où un élément est en plus ou en moins, c'est un fait objectif. Reste à savoir si ce qu'il y a en plus ou en moins correspond à une réplique ou un bouton de manchette d'une part ou, d'autre part, de chapitres entiers (Bombadil...).

Après, la place du ressenti correspond aux deux critères suivants (2) et (3).

Que votre barbe pousse toujours plus longue

Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Que vos barbes poussent toujours plus longues


Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Répondre
Il serait dans doute plus court de parler des fidélités au texte non ?
- ok ok je m'en vais ...-
"Mais arrêtez-moi quand vous en aurez assez! La langue des Nains va toujours, quand ils parlent de leur oeuvre."
Répondre
Petite note sur une infidélité mineure au texte, mais caractéristique de la méthode Jackson, vu que changer cet élément n'apporte absolument rien à l'histoire. Dans l'énigme sur les œufs, le narrateur du livre commente le fait que Gollum remonta à une époque de sa vie où il apprenait à sa grand-mère à gober des œufs :

Tolkien a écrit :But suddenly Gollum remembered thieving from nests long ago, and sitting under the river bank teaching his grandmother, teaching his grandmother to suck — "Eggses!" he hissed.

À noter que l'expression « enseigner à sa grand-mère à gober les œufs » est un équivalent anglais à « apprendre à un vieux singe à faire des grimaces ».

Dans le film, Jackson inverse la proposition : c'est la grand-mère de Gollum qui lui apprend à les gober. On perd donc l'allusion humoristique sans que l'intrigue en soit plus avancée pour autant. Pourquoi un tel changement ? Mystère.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
Ceci dit vu que la scène des énigmes est de loin la plus fidèle au Hobbit ...
"Mais arrêtez-moi quand vous en aurez assez! La langue des Nains va toujours, quand ils parlent de leur oeuvre."
Répondre
Je ne veux pas être répétitif, mais j'aurais aimé une réponse exhaustive : je crains qu'en définitive ce ne soit pas si infidèle que cela, mais que le critère qui vous bloque ne relève pas de la stricte "fidélité" mais un ensemble d'autres paramètres (le jeu d'acteur ou des choix de réalisation, voire des choix découlant d'obligations d'adaptation livre=>film). J'ai eu l'impression que le Hobbit-film est plus fidèle que le SdA-film aux livres respectifs.
Je n'ai pas d'actions chez Jackson, mais nous pouvons nous livrer à une étude exhaustive du film, éventuellement vous comme procureurs et moi (et d'autres s'ils le désirent) comme avocat(s) de façon à bien faire la part des choses. Cela peut demander du temps mais, avec de la bonne volonté, ça peut être instructif. Smile

Dans le cas que vous souleviez, ce peut être aussi une erreur de traduction, la difficulté d'appuyer un jeu de mots en anglais sur un équivalent français, ou la volonté du traducteur de ne pas laisser croire aux bilingues qu'il se serait pris les pieds dans une expression anglaise.
Que vos barbes poussent toujours plus longues


Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Répondre
Personnellement, j'estime que je perdrais mon temps à analyser ce film en détail, puisque ça ne correspond que de très loin à l'histoire de Bilbo dans le livre. Et je me suis rendu compte que la vision de Jackson m'intéressait beaucoup moins que celle de Tolkien — même si je ne considère pas les romans de Tolkien comme des textes parfaits ou indépassables.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
Il est clair qu'on a imposé un souffle ''épic'' a l'histoire du livre, pour que le tout puisse concorder d'avantage avec la trilogie LOTR. De ce fait, il est clair que sa ne correspond plus telement a The Hobbit écrit par J.R.R Tolkien. On peu très bien le ressentir dans des scènes comme celle des Trolls, alors que Bilbo ne tente plus de se faire valoire comme un voleur professionel en s'emparant de porte-monais du troll et lorsque la compagnie de Nains fait un entrer dramatique et offre un combat féroce et sans relache digne de l'épic.

@Elendil

quote:

''même si je ne considère pas les romans de Tolkien comme des textes parfaits ou indépassables.''

Je ne pense pas qu'aucun auteur a ce jour ai écrit des textes ''parfait'' y compris Tolkien. Toutefois, je crois que les textes du Hobbit et de LOTR peuvent etre considerer ''indépassables''. Ils ont jusqu'a maintenant traverser des générations et sont toujours et je crois qu'ils vont continuer d'être, des références et classiques de la littérature.
Répondre
De mon point de vue, être une référence ou un classique en littérature ne rend, en aucun cas, un écrivain et son oeuvre "indépassables", et J.R.R. Tolkien ne saurait faire exception à cet égard.

Tolkien est un écrivain du XXe siècle, né en 1892 et mort en 1973. Il a écrit de la fiction dans un certain contexte, avec des préférences et des choix qui lui étaient propres et qui n'ont pas vocation, précisément, à être indépassables en matière de création littéraire.

La fantasy est-elle donc condamnée à copier servilement un Tolkien supposé être "indépassable" comme tant d'auteurs le font depuis Terry Brooks vers la fin des années 1970 ? J'espère bien que non. Tolkien est un modèle, mais il est loin d'être unique à cet égard et, en fait, je ne vois pas pourquoi il serait indépassable malgré l'importance de sa postérité en terme d'influence. Je pense même, à vrai dire, que Tolkien aurait été probablement déçu de voir qu'après lui tant d'écrivains ont été, jusqu'à nos jours, incapables de proposer autre chose qu'une imitation de ce qu'il a créé en son temps.

Tolkien, malgré tous ses efforts, n'a pas pu terminer son oeuvre. L'histoire littéraire, par rapport à ce qu'il y a apporté, ne saurait donc s'arrêter avec sa contribution, fut-elle majeure. Smith de Grand Wootton peut d'ailleurs être lu comme un témoignage du fait que Tolkien avait bien conscience que les choses, en matière d'exploration de la Faërie, n'avaient pas vocation à s'interrompre avec lui.

Bref, l'histoire continue. Elle doit continuer, même, fusse autrement. Et c'est tant mieux.

Cordialement, Wink

Hyarion.
All night long they spake and all night said these words only : "Dirty Chu-bu," "Dirty Sheemish." "Dirty Chu-bu," "Dirty Sheemish," all night long.
(Lord Dunsany, Chu-Bu and Sheemish)
Répondre
@ Elendil : Dans ton dernier message, tu soutiens que ce film n'est que "de très loin" du Tolkien.
Tout d'abord, je pense qu'il faut distinguer ce que tu appelles "du Tolkien", c'est-à-dire en partie "comment je me suis imaginé les Terres du Milieu en lisant Tolkien", qui ne vaut intrinsèquement pas mieux que la façon dont l'équipe du film s'est imaginée les Terres du Milieu. On retombe sur ma remarque du champ de maïs dans la Comté, qui m'avait choqué : nous pouvons augurer que notre imaginaire d'Européen doit être plus proche de ce que Tolkien avait en tête en écrivant que ce que des transpositions de Kiwis.

Si tu fais l'effort du détail de ce qui diverge du livre au film, tu verras que trois cas de figure se présentent :

-La levée d'incongruité : Bilbo qui veut voler le lare-feuille d'un Troll... franchement, personne n'aurait compris. Tout ce qu'un porte-feuille sous-tend est en contradiction avec la logique des Terres du Milieu développées par la suite. On entre dans ce que tu me demandais à propos de ce que Tolkien regrettait d'avoir écris (et édité). Dans ces incongruités, se retrouve (à mon sens) le fait que la Compagnie parte sans armes. Personnellement, je ne vois pas de problèmes majeurs à ces "libertés" : Bilbo n'avait pas vocation à être une oeuvre majeure dans l'esprit de Tolkien, qui désespérait déjà de voir son (alors) proto-Silmarilion publié. Ce genre de bévues est moins présent dans le SdA, que Tolkien a travaillé plus longuement et dans le cadre d'un monde plus abouti.

-Des tentatives d'explication. Introduire Radagast le Brun (et ses lièvres) permet de décrire Mirkwood et une altération du monde "accélérée". C'est assez justifié dans une vision holistique des évènements mais cela n'est pas exempt d'incongruités. Le Conseil Blanc qui se tient chez Elrond en même temps que le dîner de la Compagnie, pourquoi pas. On sait tous ici que c'est faux, mais cela a l'avantage d'être mentionné; la chute de Smaug tient presque de l'épi-phénomène tactique face à l'attaque stratégique sur Dol Guldur. D'autant plus que cela repose l'ambiance de création du monde autour de Bilbo : la Paix Vigilante ressemble beaucoup à la fin de l'Entre-deux-guerres. Les critiques cinéma ont considéré qu'il s'agissait de caméo, personnellement je trouve leur point de vue moins valide que celui de PJ, car cela montre qu'ils n'ont pas une culture "tolkiennienne" bien solide, alors que justement ils se campent sur des positions de donneurs de leçon... Par contre, je redoute la suite car on y doit Gandalf se battre au bâton avec un homme barbu : d'ici que ce soit les mages bleus ou, pire, Thraïn ou Sauron lui-même...
Après, cela n'a pas empêché Jackson de se prendre les pieds dans le tapis à quelques reprises (comment un traîneau de lièvres arrive t'il à passer les Monts Brumeux ? Comment se fait-il que Radagast soit à tourner autour de Fondcombe sans être au Conseil, pour une fois qu'il est loin de Rhosgobel ?) ni quelques évocations grossières : voir les Araignées qui s'éloignent avec leur gros popotin tout propre mollement en pleine lumière dans la forêt m'a fait penser à des poneys vus de dos, alors qu'en restant dans le mystère il aurait pu créer de la peur du fait de l'inconnu.

-De franches libertés : D'un point de vue narratif, je ne vois pas ce que cela apporte mais ces excroissances sont là : l'attaques des Wargs (en pleine journée et à proximité de Fondcombe !... :/ ), donc l'interception par la patrouille d'Elrond, Elrond en armure... Lui qui est toujours présenté comme un érudit, il déboule à la charge sur des Nains en vadrouille chez lui. C'est à la fois inutile, impropre et humiliant. La seule once d'utilité pourrait être de souligner combien les Nains sont devenus quantité négligeables et combien Thorin doit être humilié par la situation. Mais cela me semble bien davantage être le fantasme jacksonnien sur les Elfes, forcément "blond-platinement" stratosphériques (j'attends de voir les gardes Elfes ronds comme une queue de pelle tellement saouls que les Nains en arrivent à s'évader). Passons sur la relation de vassalité invraisemblable Erebor-Thranduil, même si cela a l'avantage d'introduire Thranduil (voilà bien un personnage prometteur ! je l'attends avec impatience pour la suite !). Pour ce qui est d'éviter d'expliquer l'inimitié entre les Nains et les Elfes, je laisserai le dernier mot à Gandalf qui disait en substance chez Elrond (SdA) que si les querelles entre les Nains et les Elfes devaient être vidées, autant lever tout de suite la réunion. Dans la même veine, le personnage d'Azog : montrer un fils Orque éploré devant la dépouille de son père aurait permis du fluff facile.

Donc, à mon sens, la vision kiwie de Bilbo semble à peu près complète, et de fait bien plus fidèle au livre que le SdA-film : contrairement au SdA-film où les "manques" étaient légion et même en version longue (Magotte, la maison au Pays de Bouc, Bombadil, les Galgals, l'attaque des Wargs en Houssaye, la cérémonie des dons en Lorien, le discours de Gimli sur le Kheled-Zâram, Gollum à l'assaut d'un flet, la scène sur le fleuve avec le même Gollum quand Aragorn et Frodon essaient de le prendre au piège...), là, "tout y est" -même parfois jusqu'au trop ostentatoire, comme la scène des boutons que Bilbo perd au ralenti en se glissant derrière Gollum, quand bien même ces objets soient utilisés par la suite pour déterminer qui il est vraiment.
Le problème est davantage dans les rajouts, outre ceux qui sont explicables (Conseil Blanc), comme l'attaque des Orques montés, ou des scènes qui n'en finissent pas comme l'évasion de Gobelineville.

En résumé, pour moi il n'y a pas d'infidélités énormes au livre, mais davantage un traitement artistique discutable, dû à mon sens à la part qu'on pris les FX sur lesquels PJ s'est tellement reposé qu'il en a oublié de tirer le meilleur de lui-même et de ses acteurs.

Pour répondre sur le caractère impérissable de l'oeuvre de Tolkien : il a formé un nouveau rameau à la littérature mondiale. Oeuvre humaine, elle est perfectible. Mais n'oublions ni Descartes ni Hegel : l'Homme n'est pas fils de Dieu par son intelligence, qui est limitée, mais par volonté, qui est illimité ; et avoir un destin, c'est avoir conscience de soi comme d'un ennemi. je me plais à croire que Tolkien a toujours eu un aiguillon qui le poussait à avancer, et il a formé sa légende, ce qui implique l'inconfort et l'épuisement.

C'est l'insatisfait qui se rapproche de la perfection qui, elle, n'est pas de ce monde.
Que vos barbes poussent toujours plus longues


Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Répondre
Quand quelqu'un te dit qu'il n'a pas envie, il n'a pas envie, cesse d'insister, c'est vain et lourd. Je ne comprends pas cet acharnement à vouloir convaincre quelqu'un qui n'a de toute façon pas envie d'être convaincue, ne gache pas ton énergie inutilement, discute avec ceux qui veulent en discuter Smile. Moi pour l'instant je suis en vacances à fêter noël, donc on se retrouve dans quelques jours à un moment plus propice Wink
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Tout d'abord, je pense qu'il faut distinguer ce que tu appelles "du Tolkien", c'est-à-dire en partie "comment je me suis imaginé les Terres du Milieu en lisant Tolkien", qui ne vaut intrinsèquement pas mieux que la façon dont l'équipe du film s'est imaginée les Terres du Milieu.

Je parle bien de ce que Tolkien explique, décrit et détaille explicitement, que ce soit dans les textes publiés de son vivant ou les autres. Par opposition avec la façon dont je visualise la Terre du Milieu — dont je ne fais pas étalage ici et qui m'est effectivement personnelle.

(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : On retombe sur ma remarque du champ de maïs dans la Comté, qui m'avait choqué : nous pouvons augurer que notre imaginaire d'Européen doit être plus proche de ce que Tolkien avait en tête en écrivant que ce que des transpositions de Kiwis.

Ça n'est même pas une question d'imaginaire, mais de connaissances historiques, littéraires et linguistiques. Tolkien explique que le Nord-Ouest de la Terre du Milieu correspond au Nord-Ouest de l'Europe dans un passé imaginaire anté-historique. Par définition, cela exclut le maïs — sauf si Tolkien avait explicitement décidé de l'y introduire. Et en anglais britannique, le maïs se dit maize, non corn...

(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Tout ce qu'un porte-feuille sous-tend est en contradiction avec la logique des Terres du Milieu développées par la suite.

Là, on est dans le jugement de valeur. Le tien. :p Ce porte-feuille n'est pas plus contradictoire avec cette logique que le récit de l'invention du golf ou le parapluie de Lobelia (qui figure dans le SdA, et même à la fin du SdA, incidemment).

(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Dans ces incongruités, se retrouve (à mon sens) le fait que la Compagnie parte sans armes.

Même commentaire. La révision du Hobbit, entamée en 1960 et jamais menée à bien, destinée à aligner ce texte avec le style du SdA, ne change rien à l'absence d'armement des Nains, pour autant que je me souvienne. Il semble bien que Tolkien ait choisi de représenter les Nains de Thorin & Cie comme des commerçants plutôt que des guerriers. Une vision assurément plus influencée par les contes de fées que par Donjons & Dragons, mais c'est plutôt logique...

Cela rejoint incidemment un commentaire plutôt bien vu de la part de Jackson : le fait qu'assez peu de Nains de la compagnie de Thorin aient jamais participé à un vrai combat. Si on considère que peu d'occasions de guerroyer s'étaient présentées entre la bataille d'Azanulbizar et celle des Cinq Armées et qu'on admet qu'aucun Nain plus jeune que Dain (remarqué pour sa jeunesse) n'était présent à Azanulbizar, les seuls Nains du groupe à avoir une expérience dans ce domaine auraient été Thorin et Balin.

(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Ce genre de bévues est moins présent dans le SdA, que Tolkien a travaillé plus longuement et dans le cadre d'un monde plus abouti.

Encore une fois, c'est oublier les révisions du texte postérieures à la publication du SdA, notamment celles de 1966, qui furent bel et bien publiées.

(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Lui qui est toujours présenté comme un érudit, il déboule à la charge sur des Nains en vadrouille chez lui. C'est à la fois inutile, impropre et humiliant.

Sans oublier que c'est tout à fait contradictoire avec ce que dit Tolkien des guérisseurs elfes dans « Laws and Customs among the Eldar » (MR, p. 213–214) :

Tolkien a écrit :On the other hand many elven-men were great healers and skilled in the lore of living bodies, though such men abstained from hunting, and went not to war until the last need.

(24.12.2012, 16:05)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Le problème est davantage dans les rajouts, outre ceux qui sont explicables (Conseil Blanc), comme l'attaque des Orques montés, ou des scènes qui n'en finissent pas comme l'évasion de Gobelineville.

Comme un certain nombre de gens ici, c'étaient déjà les rajouts qui étaient le plus gênants pour moi dans la première trilogie jacksonienne.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
Zelphalya, chacun son avis, mais le sujet de ce fuseau étant l'adaptation de PJ sur Bilbo, et c'est un peu logique que ce fuseau en parle. Personne n'est obligé d'en discuter, et j'essaie de faire le tri entre le bon grain et l'ivraie du film afin d'en trouver une logique. Déformation professionnelle, sûrement ! Wink

Pour le côté Terres du Milieu = Nord-Ouest de l'Europe, nous sommes bien d'accord (voir d'ailleurs http://lalaith.vpsurf.de/Tolkien/Grid.html).
Malheureusement, "corn" est un peu utilisé à toutes les sauces par les non-britanniques, et faire rentrer le maïs dans "corn" est en fait assez fréquent.

Jugement de valeur pour jugement de valeur, un Hobbit qui manipule un parapluie peut être assez logique quand il y a juste à côté un moulin et du thé. Un Troll avec son portefeuille (ou un parapluie) reste incongru dans le monde de Tolkien (à l'inverse, armé d'un club, à la limite... Wink ) -reste la possibilité que ce ne soit pas le sien Wink . Il n'y a pas de mal à souligner que Bilbo n'était pas, dans l'esprit de Tolkien, une oeuvre vouée à l'impérissable (c'est très sensible dans ses lettres...), et que de toute façon il chercha jusqu'à sa mort à travailler sur son monde, qui est donc "inachevé". Mais par bien des aspects même la version des 60s ne fut jamais menée à bien du fait de divergences importantes entre SdA et Bilbo -en défaveur de Bilbo, donc...
Que vos barbes poussent toujours plus longues


Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Répondre
(26.12.2012, 16:04)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Zelphalya, chacun son avis, mais le sujet de ce fuseau étant l'adaptation de PJ sur Bilbo, et c'est un peu logique que ce fuseau en parle. Personne n'est obligé d'en discuter, et j'essaie de faire le tri entre le bon grain et l'ivraie du film afin d'en trouver une logique. Déformation professionnelle, sûrement ! Wink
Ce que je veux dire par là c'est qu'il ne faut pas s'acharner à répéter plusieurs fois la même chose à une seule personne qui n'a pas envie d'être convaincue, et donner aussi le temps aux autres de répondre. Sinon ça manque d'intérêt et ça donne pas envie aux autres de participer vu qu'on leur en laisse pas le temps Smile
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
Ah les nains !
Toujours la nuque roide Smile
a.k.a Mairon
Répondre
Pas que la nuque ... Ok je sors Wink
"Mais arrêtez-moi quand vous en aurez assez! La langue des Nains va toujours, quand ils parlent de leur oeuvre."
Répondre
Mais LOL !
a.k.a Mairon
Répondre
La peste soit de la nuque roide des Elfes Wink Attention, on va tous devenir aveugles à ce jeu-là ! Wink
Que vos barbes poussent toujours plus longues


Thorïn II Ecu-de-Chêne
Roi Sous la Montagne
Répondre
Merci de revenir au sujet principal du fuseau, à savoir vos avis sur l'adaptation Wink
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
Je l'ai (enfin) vu hier. J'ai trouvé ça long et vide. Le début est d'une longueur particulièrement pénible. Thorin est décevant aussi bien au niveau de l'acteur qui l'interprète que son allure générale. Les scènes de batailles sont trop présentes à tel point qu'elles s'enchaînent quasiment sans pause parfois.
Le passage avec Gollum est le plus réussi à mon goût. La réduction du Conseil Blanc à 4 membres n'est pas désagréable et la scène ne dure ainsi pas des plombes, je n'ai pas trouvé ça gênant. L'évocation du Nécromancien est loupée avec l'emploi inadapté de "Magie Noire" à tour de bras.
C'est triste à dire mais au milieu de ce fatras je n'ai même pas haussé un sourcil à la première apparition de Radagast...
Moi, j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.
Répondre
Blasé le Beren Mr. Green
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
Mr. Green http://danstonchat.com/14122.html
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
(26.12.2012, 18:39)Zelphalya a écrit :
(26.12.2012, 16:04)Thorin II Ecu-de-Chêne a écrit : Zelphalya, chacun son avis, mais le sujet de ce fuseau étant l'adaptation de PJ sur Bilbo, et c'est un peu logique que ce fuseau en parle. Personne n'est obligé d'en discuter, et j'essaie de faire le tri entre le bon grain et l'ivraie du film afin d'en trouver une logique. Déformation professionnelle, sûrement ! Wink
Ce que je veux dire par là c'est qu'il ne faut pas s'acharner à répéter plusieurs fois la même chose à une seule personne qui n'a pas envie d'être convaincue,

Oui , +1 je dirai. Qu'on aime ou qu'on aime pas, il est toujours difficile même en argumentant de convaincre.

C'est la même chose pour moi, à ceci prêt que c'est l'inverse. J'ai adoré le film du début à la fin et l'ai trouvé super, et quelque soit les analyse argumentées, ceux qui n'ont pas aimé ne sauront (Sauron ! Lol le jeu de mot... ok je sors Laughing ) pas me convaincre qu'il est nul Mr. Green.
Répondre
PTDR !!

non mais vrmt Razz Tolkien a tout copié de J.K. Rowling et il va tout expliquer dans des commentaires audio du le DVD ... l'homme est mort depuis 40 ans !!
Il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose sous le ciel
Répondre
(28.12.2012, 18:37)Arwen a écrit : l'homme est mort depuis 40 ans !!

Pas tout à fait 40 ans, si je puis me permettre, ne précipitons pas les choses et ne basculons pas trop vitre dans la décennie suivante Mr. Green

Pour le DVD, on peut être déjà persuadé que Recyclor Jackson fera comme en 2001-2003 : il fera parler le mort Rolling Eyes

I.
Répondre
(28.12.2012, 18:45)ISENGAR a écrit :
(28.12.2012, 18:37)Arwen a écrit : l'homme est mort depuis 40 ans !!

Pas tout à fait 40 ans, si je puis me permettre, ne précipitons pas les choses et ne basculons pas trop vitre dans la décennie suivante Mr. Green

Pour le DVD, on peut être déjà persuadé que Recyclor Jackson fera comme en 2001-2003 : il fera parler le mort Rolling Eyes

I.

ok 39 ans et 3 mois Mr. Green

heuu... comment ça? faire parler le mort?!
Il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose sous le ciel
Répondre
"c'est exactement comme ça que Tolkien voyait les choses", "c'est ce que Tolkien aurait voulu", etc...
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  [Adaptations] The Hunt for Gollum (2009) de Chris Bouchard [Avis] Kirinki 49 82 568 10.05.2024, 13:33
Dernier message: Druss
  [Adaptations] Les films d’animations de Bakshi, de Rankin & Bass et de Khazanov Lennie 8 14 612 26.10.2022, 10:17
Dernier message: Druss
  [Adaptations] La Trilogie du Seigneur des Anneaux (2001-2002-2003) de P. Jackson Fullmetal 90 129 010 30.07.2021, 19:32
Dernier message: Zelphalya
  Audio-description de scènes de l'adaptation cinématographique de Peter Jackson Zelphalya 1 3 525 08.10.2019, 22:01
Dernier message: Dwayn
  Recherche architecturale sur l'Univers de tolkien et les films de P. Jackson dr4wer 6 15 638 08.09.2019, 19:37
Dernier message: latos
  [Adaptations] Le Hobbit : La Bataille des cinq armées (2014) de P.Jackson Lennie 56 81 819 14.01.2015, 01:20
Dernier message: Miura-Fingolfin
  [Adaptations] Le Hobbit : La Désolation de Smaug (2013) de P.Jackson Re-Van 225 338 101 07.11.2014, 01:58
Dernier message: Re-Van
  [Adaptations] The Hobbit/Хоббит (1985) de Inconnu (CCCP/URSS) Re-Van 3 8 711 29.03.2014, 01:14
Dernier message: Sevrance
  [Adaptations] The Hobbit (2014) de Johan Zandbergen Elendil 3 11 078 09.09.2013, 22:21
Dernier message: Sevrance
  [Adaptations] Born of Hope (2009) de Kate Madison Kamuro 36 52 285 07.09.2013, 22:13
Dernier message: Sevrance

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 10 visiteur(s)