Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Enigme fil rouge d'un roman à dix francs...
#91
Bonne Année à tous !

Publication du chapitre 11, Odyssée Express. Un chapitre qui prend un peu le contrepied du précédent : il est plus bref, et un peu plus... disons, "intérieur". En espérant qu'il vous plaise Wink

http://squall-estel.space-blogs.com/.
Répondre
#92
Coucou, c'est encore moi...

Publication du chapitre 12, Thalassothérapie. On commence à approcher de la fin de la seconde partie...

http://squall-estel.space-blogs.com/.
Répondre
#93
Tu devrais plutôt te créer une mailing, parce que là on s'éloigne un peu trop du sujet du forum et ça devient répétitif ces posts Sad
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#94
Je comprends parfaitement, j'hésitais à le faire. Tolkien n'apparaît effectivement qu'en filigramme du roman... qui ne se déroule pas dans un univers de Fantasy. Pour ne pas insister trop lourdement dans le hors-sujet, je ne tiendrai informé que les tolkiendili qui le souhaiteront, et me le feront savoir en me le communiquant par MP.

Toutes mes amitiés, chère Zelphalya Wink Je regrette de n'avoir pas plus le temps actuellement de me replonger dans l'univers Tolkiendil Sad
Répondre
#95
J'espère que tu arriveras à retrouver le temps un jour Wink
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#96
Eh bien, après bientôt trois ans, je viens de terminer la rédaction du passage dans lequel nos héros résolvent cette Enigme Fil Rouge. Ce passage concernant directement le Sieur Tolkien, je le poste ici-même.
J'ai momentanément interrompu la publication des chapitres on-line, le temps de terminer complètement la rédaction. Ce qui devrait me prendre une ou deux semaines au plus !

Voici donc le passage qui fut à l'origine de ce post ! Je pense qu'il intéressera les tolkiendil Wink

Amitiés,

ThM S-E

L’albinos marcha jusqu’à l’Echiquier reconstitué. Quand il prit la parole – il semblait un peu savourer que tout le monde soit à nouveau pendu à ses lèvres –, ce fut d’une voix inhabituellement émue.

– Elles sont toutes là. Le jeu au grand complet. Des personnages, des monstres, des tours… et un arbre doré. Quelle diversité extraordinaire… chaque pièce est unique, extrêmement détaillée, expressive… prête à s’éveiller. On dirait qu’elles sortent tout droit d’un univers de légende. Pourquoi, à votre avis, les Lempikatine ont-ils tenu à ce point à ce raffinement, ce réalisme, cet individualisme ? Et à cet ésotérisme étrange dans cette énigme…

Il énonça, d’une voix un peu chantante :

« Trois gardiens
Sept perdus
Neuf, le Capitaine
Un Seigneur
Un esclave
Une épée de Roi
Un porteur
Et deux Tours s'affrontant. »

ETHAN- Quand Lupin disait que ce n’était pas très clair, c’était un doux euphémisme. Une énigme fondée sur un échiquier et conçues par de géniaux scientifiques, j’ai pensé, beaucoup ont pensé, que ce ne pouvait être qu’un problème alambiqué nécessitant des trésors de logique. Ce poème à la noix ne pouvait alors évoquer que la démarche nécessaire pour développer une partie, et la position finale – deux tours s’affrontant – paraissait faire référence à une situation finale, indiquant les pièces à considérer pour déchiffrer le « message ».
Mais j’ai beau être un relativement bon joueur d’échecs, et un connaisseur en la matière, je n’arrivais à rien. Cid non plus, après plusieurs dizaines d’années d’études approfondies sur le sujet. J’ai alors cherché à connaître le mieux les Lempikatine, pour essayer de les comprendre, d’essayer d’imaginer le genre d’énigmes qu’ils seraient plus à même de concevoir. Et, depuis la mort de Lupin, depuis que j’ai eu accès à ses archives personnelles, j’ai découvert un élément qui m’a vivement intéressé.
En 1938, lors d’un colloque scientifique organisé à Oxford, où ils étaient des invités d’honneur, les Lempikatine ont rencontré un certain John Ronald Reuel Tolkien, alors détenteur d’une chaire de langue ancienne.
MORGOTH- Hein ?

Morgoth était totalement stupéfait, et un brin indigné. Il semblait croire qu’Ethan se payait leur tête – et il n’était pas le seul.

GAELLE- Tolkien ? L’écrivain du Seigneur des Anneaux ?
CLAUSEN- C’est une plaisanterie ?
MORGOTH- Qu’est-ce qu’un scribouillard pour gosses a à voir là-dedans ?
ETHAN- Frank Clausen, par pitié, n’aggravez pas votre cas. Vous êtes peut-être un expert en la manière de manipuler et d’assassiner, mais en ce qui concerne vos opinions littéraires, je vous conseille de ne vous en servir que comme laxatif. D’avance, merci. Donc, les Lempikatine ont rencontré le Grand Tolkien. A l’époque où j’ai appris ce fait, je n’avais pas encore compris ce qui avait amené Liam Durangot à se passionner à ce point pour l’univers Tolkiennien. Figurez-vous qu’il a même été rencontré le Maître dans les années soixante.

(Vous n’allez peut-être ne pas le croire, mais ce ne fut pas une partie de plaisir. Ce vieil excentrique était notoirement francophobe, et il m’a fallu endosser l’identité d’un autre fanatique de Tolkien – à savoir William Blackhorse, dont je fis par ailleurs la connaissance à cette époque-là – pour pouvoir discuter avec lui. Le jour où j’ai tenté de m’introduire en douce chez lui pour, disons, solliciter une audience, il m’a poursuivi avec une hache à travers son jardin. Je vous le jure ! Passons…)

ETHAN- Lupin avait en effet été assez abasourdi de découvrir, parmi les monceaux de paperasse qui avaient été saisis et conservés par les soviétiques, des documents particulièrement incongrus ; il s’agissait d’un résumé sommaire, en Russe, du fameux chef-d’œuvre de Tolkien, le Seigneur des Anneaux. Avouez qu’il y avait de quoi être surpris… le Seigneur des Anneaux n’ayant été publié que dans les années cinquante. Ce résumé décrivait rapidement la trame indicative du roman, avec d’ailleurs un certain, mais détaillait beaucoup plus les personnages principaux. Intrigué, Lupin s’est alors largement intéressé à Tolkien, et allait de surprise en surprise. Car si Tolkien avait commencé à travailler sur le Seigneur des Anneaux en 1938, la rédaction a été très lente et s’est largement étalée ; l’histoire initiale évoluant, changeant, bifurquant ostensiblement, au gré, selon toutes les apparences, de l’inspiration de son génial inventeur. Et pourtant, en 1938, Tolkien confiait un résumé correspondant de très près à ce qui sera l’histoire finale aux Lempikatine ! Cela avait de quoi surprendre !!
Et donc, Lupin a rencontré Tolkien, et a eu un très long entretien avec lui, entretien qu’il a retranscrit dans ses notes relatives à ses recherches sur l’Echiquier. Tolkien n’a pas seulement rencontré les Lempikatine, il s’est étroitement lié d’amitié avec Sacha. Il avait beau être étranger – ce qui d’ordinaire inspirait une globale méfiance au Maître – il était passionné par l’étude des langues anciennes…Tolkien lui avait alors présenté l’univers qu’il avait inventé pour donner corps à son travail sur les langues anciennes, et notamment Le Seigneur des Anneaux, dont il avait presque fini de tracer les grandes lignes, mais qu’il n’avait pas encore rédigé. Sacha Lempikatine fut fasciné. Il retranscrit la synopsis (celui-là même sur lequel Lupin tomba plus tard) et proposa à Tolkien, en échange de plusieurs ouvrages rarissimes sur des langues slaves et germaniques, de retarder la publication du Seigneur des Anneaux.
Vous le savez probablement, le Maître Tolkien était assez… farfelu. Il accepta. Amusé par les cachotteries et pris par son travail, il feignit tâtonnements et lenteur dans la rédaction, en exposant ses difficultés avec forces détails à ses amis.
Puis la Guerre arriva. Sacha Lempikatine retourna en Angleterre, et fit une visite-éclair à Tolkien. Il lui offrit une pièce d’échecs – un cavalier blanc – et le supplia de ne pas publier son œuvre avant que la guerre ne soit terminée. Impressionné, tant par la pièce que l’importance que le russe semblait attacher à son livre, Tolkien promit. Il devait tenir cette promesse.

Ethan s’interrompit, et parut satisfait de constater que tout le monde avait bu ses paroles. Gaëlle était abasourdie.

GAELLE- Ca veut dire que les Lempikatine ont construit leur énigme… autour du Seigneur des Anneaux ?!
ETHAN- Exactement ! N’est-ce pas magnifique ? Quelle poésie ! Alors que tous ceux qui cherchaient à décrypter l’énigme de l’Echiquier ont abordé le problème sous l’angle de la froide logique échiquéenne – qu’on attribuerait volontiers à des esprits aussi brillants qu’eux – les Lempikatine ont tout construit autour d’un univers de légendes et de rêves. Et tout le monde est tombé dans le panneau – tout le monde ! Tous se sont focalisés sur leurs travaux, leurs études, leurs constructions et leurs expériences ; pourquoi se serait-on intéressé à un obscur projet de roman d’aventure et de féérie ? Seul Liam Durangot a remarqué ces pages-là, parmi les papiers des Lempikatine. Pourtant vous aviez tout passé au peigne fin !
JOHAN- C’est pour cela qu’il s’est passionné pour Tolkien…

Tout le monde se retourna vers lui.

JOHAN- Tous les soirs, il nous racontait les histoires de l’univers de Tolkien, à mon grand frère et à moi. Il nous en parlait des heures entières. Je ne les ai jamais oubliées.

Il y eut un silence.

ETHAN- Tu prends le relai ? Après tout, c’est toi qui as trouvé la suite.

Johan acquiesça. Ses yeux cessèrent de fixer Morgoth pour se perdre dans le vague.

JOHAN- Quand Ethan m’a raconté ce qu’il avait découvert… j’ai pensé à la chevalière de Liam, la bague qu’il portait tout le temps.

Il désigna le rubis qu’il portait à la main.

JOHAN- Il l’appelait Narya, l’Anneau du Feu, en référence à Tolkien. Et il l’avait trouvé avec les trois premières pièces d’échecs… elle avait appartenu à Sacha Lempikatine. Quand Ethan m’a dit que les Lempikatine avaient construit l’Echiquier autour du Seigneur des Anneaux, je me suis demandé si ça ne pouvait pas VRAIMENT être Narya.

Il tourna son regard vers Gaëlle, et sortit de l’une de ses poches une bague en argent, sertie d’un diamant. Il s’approcha de Gaëlle et la lui donna.

JOHAN- Cette bague était cachée dans l’étui du violon, avec la Dame Blanche. Elle représente Nenya, l’Anneau de l’Eau. Elle appartenait à ta grand-mère. En toute logique, Dimitri Lempikatine devait avoir Vilya, l’Anneau de l’Air, serti d’un Saphir.

Morgoth plongea instinctivement la main dans sa poche, et parut surpris. Ethan esquissa un sourire et ouvrit la main. Les deux bagues scintillaient sur sa paume.

ETHAN- Pardonnez-moi. Je me suis permis de vous en délester. C’est donc celui-là, Vilya ? Splendide. Tu me diras, l’autre n’est pas mal non plus. Tiens, vieux.

Johan saisit la bague et la contempla longuement, avant de poursuivre :

JOHAN- C’est alors que j’ai fait le rapprochement entre le texte de l’énigme et le poème des Anneaux :

« Trois anneaux pour les Rois Elfes sous le ciel,
Sept pour les Seigneurs Nains dans leurs demeures de pierre,
Neuf pour les Hommes mortels destinés au trépas,
Un pour le Seigneur ténébreux sur son sombre trône,
Dans le pays de Mordor où s’étendent les Ombres.
Un Anneau pour les gouverner tous, un Anneau pour les trouver,
Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier
Au pays de Mordor où s’étendent les ombres. »

JOHAN- Trois, Sept, Neuf, Un, Un, Un, Un… ça correspondait au texte de l’énigme. Les Trois Gardiens des Anneaux des Elfes étaient, dans l’ordre de leur révélation, la Dame Blanche de Lorien, Elrond, Seigneur de Fondcombe, et Gandalf, surnommé aussi le Cavalier Blanc… les pièces incarnaient les personnages.
GAELLE- J’ai compris ! Et… les autres ?
JOHAN- Les Sept Anneaux des Nains sont perdus ; ils n’apparaissent pas au sens physique du terme dans le Seigneur des Anneaux. Des Neufs Anneaux des hommes, on s’intéresse au Capitaine, le Cavalier Noir ; puis ensuite viennent les porteurs de l’Anneau. Sauron, le Seigneur de l’Anneau, c’est le Roi Noir ; Sméagol « Gollum », le découvreur et l’esclave de l’Anneau, le petit pion noir décharné, ici ; L’Epée de Roi fait assez clairement à Narsil, celle qui prit l’Anneau du doigt de Sauron ; c’est le Fou Blanc des Kerlosk, Aragorn, le Rôdeur ; quand au porteur, il s’agit de Frodon, le petit pion blanc qui serre ostensiblement le poing contre sa poitrine.

Gaëlle jugea inutile de dire qu’elle ne connaissait pas le quart des personnages qui venaient d’être évoqués, mais crut bon de demander :

GAELLE- Et les Deux Tours ?
JOHAN- J’ai vérifié dans les papiers des Lempikatine. Les Deux Tours sont désignées comme étant Orthanc et Minas Morgul, soient les deux tours noires. Dans leur ordre d’apparition.
MORGOTH- Mais… à quoi ça nous avance ?
ETHAN (narquois)- « nous » ?

Johan ne répondit pas, et sortit un papier et un crayon de sa poche. Il prit les pièces qu’il venait de dénombrer une à une, notant soigneusement, pour chaque pièce, la lettre et les deux chiffres inscrits sur le socle. Cela lui prit une bonne minute, au bout de laquelle il afficha un étrange sourire.

– Les lettres forment un mot : « Lothlorien ». La forêt d’Or.

Le sourire d’Ethan s’élargit.

ETHAN- Ce qui signifie que ton raisonnement était juste !
PASCAL- Et la suite de chiffres ?
JOHAN- … Il n’y a pas que des chiffres : 54, 37, 12, la lettre ‘N’, un point, 051, 30, 10, la lettre ‘E’, et un dernier point.

Il tendit son papier à Pascal, dont le visage s’éclaira.

JOHAN- Tu y comprends quelque chose ?
PASCAL- C’est une latitude et une longitude.
ETHAN- Enfin quelque chose d’un peu technique ! Et de concret.

Il y eut un silence. Au moment où il commençait à être suffisamment long et pesant pour paraître solennel, Bettina le rompit :

– Bon, bah, voilà une bonne chose de faite.
Répondre
#97
Manuscrit terminé et envoyé à divers petits éditeurs, au cas où... voici un lien ou vous pouvez le commander :

[Image: banniere-v-3745.jpeg]


Malheureusement, il coûte un peu plus que dix francs... mais c'est qu'il est gros Smile
Répondre
#98
Pour ceux qui avaient manifesté de l'intérêt pour le Journal de Lohengrin, héros de Baldur's Gate, il a été publié sur http://www.squall-estel-lohengrin.space-blogs.com/ ; il est téléchargeable en pdf sur le glorieux forum des Aratars (un autre Temple pour les amateurs de Tolkien, d'ailleurs) sur http://forum.aratars.org/ftopic1884.php

Voilà !
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Une campagne utilisant le cadre proposé par le roman The Lost Road SegurBill 15 6 726 15.10.2017, 23:09
Dernier message: SegurBill
  Enigme Elunaë 1 4 282 01.04.2007, 16:20
Dernier message: Belgarion
  Enigme de math LegolasDu92 15 11 211 26.02.2007, 18:26
Dernier message: LegolasDu92
  Enigme prise de tête Noir seigneur 11 11 615 01.11.2006, 11:28
Dernier message: Noir seigneur
Smile [Jeux Forum] Enigme - Je suis né... - Les Énigmes Partie VII (bis) Anarion 17 14 353 05.11.2005, 13:27
Dernier message: Merry
Smile [Jeux Forum] Petite énigme... - Les Énigmes Partie VI (bis) Gandalf le Blanc 19 14 138 12.06.2004, 02:10
Dernier message: Gandalf le Blanc
Smile [Jeux Forum] Enigme - Les Énigmes Partie III (bis) Tyldor 12 8 889 23.02.2003, 12:32
Dernier message: [-Nenya-]

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)