Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
La malédiction du Carrock
#31
.oOo.
Les heures passent dans le saint des saints, qui rappellent au jeune homme les gestes de son clan, lui instillent ce que les siècles d’épreuves et de combats ont appris à sa lignée. Les murs ocre s’animent lentement de silhouettes qu’y dessinent les flammes. Des formes semblent y naître au hasard du relief pariétal et se mouvoir lorsque le jeune homme les fixe. La tête lui tourne un peu.

Sur les parois s’amorce la légende des siècles. Dans les bourrasques du Grand Nord se lèvent ses ancêtres lointains. Des esprits Puissants descendent parmi eux, leur accordant les dons divins de l’amour, de la parole et du feu. Cadeaux ô combien grandioses et dangereux, qui peuvent tout accomplir et tout détruire en un instant !

Bema Wealdafréa leur enseigne la Loi de la Forêt.

L’un des Puissants, au cœur sombre et retors, sème ses mensonges dans le cœur des hommes. Et c’est pourquoi l’homme, avec la faculté de choisir ses actes, possède aussi le doute, au contraire des animaux dont l’instinct et l’amitié ne se démentent jamais.

Puis la lumière du soleil et de la lune fait irruption dans le monde !

Puis les elfes reviennent en grande gloire faire la guerre au Puissant Renégat.

La fresque se poursuit, édifiante et grandiose, peignant les temps d’avant la mémoire, de génération en génération.
.oOo.
Répondre
#32
.oOo.
De grands chefs combattent les ténèbres, fidèles au clan et leurs serments d’alliance.

Mais il arrive – hélas ! – qu’un chef du clan manque à sa parole, trompé par les maléfices du Noir Ennemi.

La punition de Bema est alors terrible : le parjure est privé de son libre arbitre, ramené à l’état animal.

C’est ainsi que les chefs de la lignée subissent désormais la malédiction du clan, se changeant en animal lorsque les émotions l’emportent sur leur capacité de décision.

Grumbar se prend la tête entre les mains, ébranlé par ses visions. Voilà ce qu’on lui cachait, voilà ce qui est arrivé à son père, qui a disparu après avoir tué l’un des siens dans sa fureur animale !

Le vertige des années révolues, révélées en un instant, le tient abasourdi. Ainsi le rattrape la malédiction des siens ! Sage s’est montré le Conseil des anciens, et tout le clan, de le tenir à distance ! Les cachoteries, les apartés, les regards gênés, les peurs, l’attitude des adultes et des chefs de village lui reviennent en mémoire.

Alors que s’éteint l’espoir d’une réconciliation avec le clan, Grumbar se fait le serment de demeurer toujours à l’écart, pour jamais ne menacer les siens de son hérédité.
.oOo.
Répondre
#33
.oOo.
Grumbar sort de la caverne, chancelant, un peu nauséeux après les horreurs révélées par les fumigations.
La torche s’est éteinte mais l’aube ne va plus tarder : une pâle lueur commence à poindre devant lui. Le jeune géant titube en s’approchant de l’eau pour se baigner le visage.

– Qu’avons-nous là, compère Roar ?
– Ça sent bizarre, compère Graor ! Pouark ! Mais ça a l’air appétissant !

Grumbar est nu sur la plage de galets, sans arme, à la merci des deux monstres.
– Il faut rincer tout ça, compère Roar !
– Riche idée, compère Graor ! On n’a pas idée de fumer un goret avant de le saigner !

Le jeune homme réfléchit aussi vite que le lui permet son esprit embrumé. Seules leurs pattes sont mouillées, finalement ils se sont décidés à braver l’eau ! Ils ont dû traverser le gué en Aval et remonter la berge Est pour traverser de ce côté !

Grumbar se penche vivement pour ramasser deux pierres.
– Comme c’est mignon ! Ҫa pue mais ça veut vivre !
– Arf Arf Arf Aouille !
Roar vient de se prendre un galet dans l’œil, tandis que Grumbar s’élance vers le gué.
.oOo.
Répondre
#34
.oOo.
Mais il tombe en avant, les deux pattes de Graor dans son dos. Le jeune homme s’arc-boute, se débat, bouillonne mais rien n’y fait : le poids énorme du monstre lui broie les côtes, lui maintient le torse et le visage enfoncés dans la boue et les galets de la berge.
– Vilain petit cochon remuant ! Je le fais tremper un peu, compère !
– Sale forestier ! Laisse-moi la tête ! rugit Compère Roar, en clignant douloureusement son œil poché.

À cet instant, Rouf et Muff surgissent de la grotte et plantent leurs crocs dans ses pattes arrière. Hurlant de douleur, Roar se tourne, mais en vain : les chiens se cramponnent ferme, chacun à sa patte, et se retrouvent encore derrière le monstre !

Avec un ricanement d’hyène, Compère Graor s’en vient à la rescousse, envoyant d’un coup de patte le corps désarticulé de Muff sur les rochers. Le hurlement de douleur du fidèle compagnon brise le cœur de Grumbar, dont l’esprit s’envole, éperdu de haine impuissante.
Rouf lâche prise et se sauve vers la grotte, laissant Compère Roar doublement boiteux et furieux.

Mais un rugissement du fond des âges assourdit les compères.
Le temps que Compère Graor se retourne vers le fleuve, une énorme patte d’ours, armée de griffes terrifiantes, lui fait sauter la tête.
Un ours noir, un ours véritablement géant, se dresse devant Compère Roar, qui finit éviscéré.
.oOo.
Répondre
#35
J'ai toujours un lait sur le feu, mais je viens de relire l'ensemble, m'attardant avec bonheur sur les descriptions de paysage que tu réussis comme personne. Je suis de plus en plus intrigué. Je te suis. Je te te suis toujours.
Bladorthin
"Et puis, bien sûr, je compose quelques chansons. Ils les chantent à l'occasion, uniquement pour me faire plaisir, je pense..." (SdA, II,1)
Chaine Youtube: le Hobbit chanté en français
Répondre
#36
Merci Bladorthin pour ta constance ! Very Happy
.oOo.
Un peu hésitant, avec des geignements pitoyables, Rouf se faufile en boitillant près de Grumbar, penché en larmes sur la dépouille de Muff.
– Je n’ai rien pu faire, Grumbar ! gémit le chien.
– Au contraire, Muff et toi avez tenté l’impossible ! répond l’ours noir dans un grondement de rage impuissante. Tu n’as rien à te reprocher, vieux frère ! Mais dorénavant, appelle-moi par mon vrai nom : Beorn ! Car, Ours et Humain, je sais désormais qui je suis, ce qui pèse sur moi et contre quelles engeances diriger ma haine. Je demeurerai à l’écart mais je protégerai les villages, les gués et le Carrock, et les ennemis du clan de l’ours apprendront à craindre ce nom !
.oOo.
« C’est un change-peau : parfois, c’est un énorme ours noir ; parfois, c’est un homme grand et fort, un colosse aux cheveux noirs avec une barbe touffue. Je ne peux guère vous en dire plus, même si cela devrait suffire. Certains disent que c’est un ours, un descendant des grands ours qui vivaient jadis dans les montagnes avant l’arrivée des géants. D’autres disent que c’est un homme dont les ancêtres vivaient dans cette partie du monde avant l’arrivée de Smaug et des autres dragons, et avant que les gobelins venus du Nord n’envahissent les montagnes. » — Bilbo le Hobbit
.oOo.
Fin !
Répondre
#37
Chute surprenante! C'est malin! Je vais devoir tout relire! Very Happy
Bladorthin
"Et puis, bien sûr, je compose quelques chansons. Ils les chantent à l'occasion, uniquement pour me faire plaisir, je pense..." (SdA, II,1)
Chaine Youtube: le Hobbit chanté en français
Répondre
#38
Cher Chiara,

Désolé pour mon silence et ce message qui vient plus d'un mois après (beaucoup de travail + mon ordinateur qui a rendu l'âme!!!). J'ai été à la première lecture très étonné de la chute où Grumbar se révèle Beorn. J'avoue qu'à mes yeux son intimité avec les chiens contredit sa nature profonde d'ours. Mais ayant pris le temps de relire, je trouve en effet ton récit très bien construit: les indices auraient dû m'aveugler... Mention spéciale au caméo de Radagast, fort apprécié. Mais mon esprit était parti sur ta mythologie personnelle: je m'attendais à voir en Grumbar un simple Berseker, ancêtre de Beorn, et j'espérais revoir Bera -une de tes créations qui m'avait fait forte impression... (Et visiblement je ne suis pas le seul).


En tout cas, merci pour ce récit... En tombant sur un livre de Claude Seignolle récemment, je me suis dit que tu avais de grandes affinités avec lui. Cette phrase est à prendre pour un compliment, et j'espère qu'elle sera appréciée comme telle. Si ce n'est pas le cas, je la retire...
Bladorthin
"Et puis, bien sûr, je compose quelques chansons. Ils les chantent à l'occasion, uniquement pour me faire plaisir, je pense..." (SdA, II,1)
Chaine Youtube: le Hobbit chanté en français
Répondre
#39
Merci Bladorthin !

Je ne connais pas cet auteur. Un coup d'oeil sur Wikipedia m'incite à combler cette lacune rapidement...

Pour ce qui est de l'amitié de l'homme-ours avec les animaux, poneys en particulier, Tolkien ne nous laisse pas le choix : dans Le Hobbit, il parle avec eux comme de vieux compagnons.

Bera pourrait être la grand-mère de Beorn. A voir...
Répondre
#40
Comme Bladorthin, je m'attendais effectivement plutôt à un ancêtre de Beorn. En tout cas, c'est toujours un plaisir de savourer ta belle écriture ! Smile
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 4 visiteur(s)