Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Organisation politique: quelle profondeur, quels emprunts aux structures existantes
#1
Pour une fois que je poste un nouveau fuseau…j’espère ne pas me tromper d’endroit. (En plus, j’ai l’impression que ça va être un pavé…du coup, je simplifie ici mes questions essentielles : est-ce que je ne raconte que des bêtises ? Very Happy Si oui, expliquez…Si non…(ou partiellement), auriez-vous d’autres exemples pouvant illustrer mes dires etc…Et euh, peut-être aussi que je me pose trop de questions alors qu’il n’y absolument rien à dire sur ce sujet donc euh….

Alors voilà, je m'explique: en faisant un peu de rangement dans mes cours, je suis tombée sur mes prises de notes pour une fiche de synthèse sur les « Deux Corps du Roi »…Je dois avouer qu’à l’époque, j’avais un peu bâclé mon travail…n’ayant pas eu le courage (ni le temps) de lire l’ouvrage de Kantorowicz en entier etc…

En quoi cela nous concerne-t-il ?

Au dos de mes prises de notes, j’ai trouvé d’autres notes dans lesquelles je m’interrogeais assez vaguement sur l’idée du corps royal (comme distinct du corps physique du roi, celui spirituel incarnant la royauté et non l’homme en étant le véhicule) chez Tolkien et sur les symboles de transmission de la royauté. Il semble logique que Tolkien emprunte une conception de la royauté toute occidentale (le contraire aurait été étonnant) mais quelles preuves à cela ? On sait son univers riche et profond…jusqu’où cela va-t-il concernant la conception politique, juridique du pouvoir royal ? Comme le dit le titre du topic...quelle organisation politique chez Tolkien, quelle relation au pouvoir royal etc...(Au-delà de cela, on pourrait aussi s’interroger plus largement sur la matérialisation de l’Etat à travers ses réalités sensibles (emblèmes, frontières) et ses représentations mentales (codification du pouvoir politique etc…). Quels Etats tolkienniens en somme. Mais rassurez-vous, je n’en parlerai pas ici Razz)

Hum….je ne suis pas sûre d’être claire. J'avoue que j'ai du mal à l'être pour moi-même. Bon ok, je ne suis PAS claire alors je vais essayer de vulgariser un peu ce que j’entends par double corps du roi etc… (que les puristes kantorowicziens me pardonnent car je suis loin d'être calée) :
Depuis l’Antiquité (où par exemple, selon Plutarque, Alexandre le Grand distinguait les amis d’Alexandre, des amis du Roi) et peut-être encore à présent (songeons à la responsabilité pénal de l’homme et non du président de la République devant la loi. Pour ceux que ça intéresse : article 68 de la Constitution de 58 : on établit une différence entre la personne, le citoyen et son office, être président. En tant que Président, le dirigeant est irresponsable. Néanmoins, si l’on sort du domaine inhérent à « l’exercice de ses fonctions », il redevient en principe un simple citoyen.), nos sociétés occidentales ont opéré une distinction entre la charge et l’homme. Au Moyen-âge, une large dimension spirituelle s’est ajoutée à cela. Les Anglais furent les premiers à théorisé tout cela, au cours d’un procès (Pour ceux que ça pourrait amuser « Il a un Corps naturel, paré et investi de la dignité et de l’état royal ; et il n’a pas un Corps naturel distinct et séparé de l’Office et de la Dignité royale, mais un Corps naturel et un Corps politique ensemble indivisibles, et ces deux Corps sont incorporés en une seule personne, et forment un seul Corps et non plusieurs, c’est-à-dire le Corps incorporé dans le Corps naturel, et e contra le Corps naturel dans le Corps incorporé. De telle sorte que le Corps naturel, par cette conjonction du Corps politique avec lui (lequel Corps politique contient l’Office, le Gouvernement, la Majesté royale) est magnifié, et par cette même consolidation, il contient en lui le Corps politique »).
Pour simplifier donc :
1) Le Roi a un corps politique (non physique) et un corps physique de chair et de sang, mortel qui sont indivisibles, imbriqués l’un dans l’autre au sein d’une même personne.
2) Le Corps politique est supérieur, plus vaste que le Corps naturel et lui survit. (« La transcendance du souverain dans l’immanence du monde, l’immuabilité à l’intérieur du temps ».)

Pour en revenir à notre cher Tolkien (Soulagés ?): En quoi la royauté telle qu’il la décrit s’inscrit-elle dans cette optique ?

Le premier royaume jeté sur mes notes : Le Gondor.
Pour moi, ce serait peut-être la construction politique la plus poussée…ou la plus facile à analyser. Très clairement (cette fois, c’est le pardon des puristes tolkienniens que j’invoque Very Happy), il me semble que la couronne fait office de symbole de transmission de la royauté. Comme ce fut souvent le cas historiquement dans notre monde. On constate que le dernier roi de Gondor (Eärnur) étant porté disparu, la couronne du roi n’est portée à nouveau que par Aragorn. En cela, on pourrait y voir la transmission symbolique du corps spirituel du roi à son nouveau porteur et ce d’autant plus qu’Eärnur plaça lui-même cette couronne sur la tombe de son père.
Le Gondor est néanmoins un cas assez particulier en ce qu’il pose la question de l’absence d’un roi…La royauté n’est pas perçue, du moins officiellement, comme « interrompue ». Il n’existe plus à proprement parler de corps physique du roi…Pourtant, le corps spirituel semble demeurer….
Dans le serment prêté par les Surintendants « maintenir le sceptre et la Loi au nom du Roi, et jusqu’au retour du Roi », on voit apparaître un autre symbole de royauté : le sceptre. La Loi semble quant-à elle plus ou moins indissociable du corps politique du roi.
On remarque la subsistance de ce corps par plusieurs éléments : le serment des Surintendants tout d’abord (qu’il soit plus tard considéré comme un rituel n’atténue en rien ce fait), le fait que les Surintendants n’usent pas eux-mêmes des attributs royaux (couronne, trône, sceptre, bannière…). Il paraît néanmoins intéressant de noter qu’eux-mêmes dispose de symboles inhérents à leur fonction : la baguette blanche et leur bannière. (En parlant de bannière : c’est également un des attributs royaux que va très vite reprendre à son compte Aragorn.) Comme durant de longs siècles en Europe, la présence du Roi est respectée même quand le Roi n’est pas là. La personne royale est sacralisée par ce protocole. Elle est également sacralisée par ses pouvoirs mystiques : en France, le pouvoir de guérir les écrouelles…pour Aragorn et ceux de sa lignée, le pouvoir de guérir (tout court).
En cela, le Gondor s’apparente largement à un de nos royaumes occidentaux médiévaux. Au moins dans le rapport au pouvoir politique. Ce que je veux dire par là…c’est que Tolkien révèle encore ici la profondeur et la force de ses écrits en dressant le portrait d’un Etat qui aurait tout à fait pu être réel. (Je suis toujours pas claire du tout ou vous voyez ce que je veux dire ? …même pas un peu ?)

Deuxième royaume porté sur mes notes : L’Arnor.
Cas peut-être plus difficile. Quels symboles de transmission ? Et surtout…quels symboles jusqu’à Aragorn. A cela s’ajoute d’autres questions comme : quels symboles, pour chaque royaume, durant le morcellement de ce royaume ?
On peut penser aux objets que remet Elrond à Aragorn lors de ses 20 ans : l’anneau de Barahir et les tronçons de Narsil mais serait-ce vraiment exact ? L’anneau de Barahir est certes une preuve de l’ascendance d’Aragorn mais est-il pour autant lié au corps spirituel du Roi ? Quant aux restes de Narsil, leur symbolique fait plus référence aux deux royaumes en même temps qu’à un seul.
Reste donc, comme le dit Elrond « Le Sceptre d’Annúminas » qu’Aragorn doit encore gagner…celui-ci étant pour le coup un symbole explicite de transmission de pouvoir. Ici, j’ai aussi inscrit : Elendilmir mais sans rien préciser. Peut-être qu’on pourrait ajouter les palantiri…

Ensuite : le Rohan. là, j’avoue que je sèche…Quelle sacralisation spécifique ? Il doit bien y avoir une couronne ou un sceptre…Je n’ai rien noté. Peut-être le droit de montrer les Mearas, encore que.

Pour Númenor : le sceptre et la couronne sont également vraisemblables mais je n’ai pas cherché plus que ça.

On pourrait penser que ces caractéristiques sont avant tout valables pour les royaumes humains. Mais après tout, ils ne sont pas les seuls à disposer de couronnes. A ce titre, le départ de Finrod de Nargothrond suggère une vision de la royauté similaire. Pour rappel : Finrod jette sa couronne à terre mais celle-ci est ramassée par un de ses fidèles qui demande qu’elle soit confiée à un régent. Finrod donne alors la couronne à son frère Orodreth : la royauté est bien transmise via la couronne.
Par ailleurs, je ne m'y connais pas trop en nains...pas du tout même mais il y a sûrement de la transcendance de corps politique par là (si j'ose m'exprimer ainsi Mr. Green) via Durin, sa résurrection...Enfin, je ne sais pas.

D’où de nouvelles questions, formulées maladroitement…une fois n’est pas coutume : quelles sont les autres dimensions politiques, évoquées par Tolkien, qui n’entrent pas dans le cadre de cette analyse ?

(A noter que Tolkien a aussi calqué l’organisation politique de la Comté sur un système ayant existé. Ce système avait peut-être cours partout en Grande Bretagne à l’époque de l’occupation romaine…mais sa présence la plus marquée fut au 12e siècle au Pays de Galle, au Nord de l’Angleterre et dans toute l’Ecosse-Iles et Highlands de l’Ouest mis à part. Pour simplifier : à cette époque, le roi résidait dans de grands bourgs, des places-fortes…et sa cour se déplaçait souvent de place en place. Chacun de ces centres devait rassembler les impôts, taxes etc…dues au roi et formait le cœur d’un district. Cette province était donc construite autour de cette ville-centre. En plus de la collecte commune d’impôt, elle disposait de moulins, d’équipements agricoles communs. A l’époque, cette province était souvent appelée Shire en Ecosse (ou Soke en Angleterre là où ces structures existaient encore). La personne en charge de cette province était un officier royal appelé Thane ou Thegn (venant du vieil anglais thegnian=to serve). Il y avait aussi un type de Thane un peu différent : celui ne se contentait pas de représenter le roi et ses intérêts mais devait également administrer les lieux. Ce Thane bien spécial appelé scir-gerefa ou « sherrif » pouvait être trouvé au Nord de l’Angleterre ainsi qu’en Ecosse).

(Prière de tenir compte du fait que j’ai écrit tout ça après une nuit blanche…à l’époque comme aujourd’hui. J’espère avoir té compréhensible dans la mesure du possible.
Petit message personnel : Monsieur Meneldur, si vous vous amusez à corriger mes nombreuses fautes d’orthographe et qu’en plus, vous êtes arrivé jusque là, je vous boude (encore).
)


Donc voilà : Avez-vous survécu ? Qu’en pensez-vous ?
Répondre
#2
Pour ce qui est du corps spirituel du roi du Gondor, je verrais également, en plus de la couronne, l'Arbre Blanc comme symbole. Il meurt à la fin de la lignée et renaît lorsqu'Aragorn revient.

Du côté des Elfes, la question est plus difficile, car à moins d'une mort prématurée, les seigneurs Elfes semblent garder leur trône à vie. C'est notamment le cas des Elfes de Valinor (Ingwë, Finarfin). En Terre du Milieu, la succession de rois n'est dû qu'à la mortalité par les armes et/ou au départ vers l'Ouest à la fin du Premier Age, si je ne m'abuse. Au Second et Troisième Age, on pourrait peut-être assimiler le port d'un des Trois à une espèce de sacralisation (Gil-galad, Cirdan, Elrond et Galadriel)?

Pour les Nains de la lignée de Durin, j'avais également pensé à la résurrection de Durin I, mais ça pose un problème car tous les rois de la lignée ne sont pas considérés comme une nouvelle incarnation de Durin.
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
#3
(23.07.2010, 08:59)Caldea a écrit : Ici, j’ai aussi inscrit : Elendilmir mais sans rien préciser.

Oui, clairement, voir les commentaires d'Aragorn dans les CLI. A contrario, épée d'Elendil et Anneau de Barahir sont des reliques personnelles (héréditaires), pas royales. La preuve, c'est qu'Arvedui confie l'Anneau aux Lossoth pour qu'ils soient récompensés plus tard. Il n'aurait pu faire ça avec un symbole royal.

(23.07.2010, 08:59)Caldea a écrit : Ensuite : le Rohan. là, j’avoue que je sèche…Quelle sacralisation spécifique ? Il doit bien y avoir une couronne ou un sceptre…Je n’ai rien noté. Peut-être le droit de montrer les Mearas, encore que.

Pas sûr qu'il y ait vraiment le même genre de symboles. Je ne connais pas trop la situation des anciens rois germaniques et des symboles de leur pouvoir. Je pense cependant aux Mérovingiens et à la symbolique de leur chevelure, mais ça ne me rappelle rien de tolkienien...

(23.07.2010, 08:59)Caldea a écrit : Pour Númenor : le sceptre et la couronne sont également vraisemblables mais je n’ai pas cherché plus que ça.

Tout est dans les CLI :
Reliques personnelles : Aranrúth (ancienne épée de Thingol), Anneau de Barahir, Dramborleg (hache de Tuor), arc de Bregor

Symbole (apparemment unique) de la royauté : le Sceptre. Il y a une note (dans le SdA ou dans les CLI) indiquant que le symbole principal de la royauté en Arnor était le sceptre, comme à Númenor.

Tout cela est fort intéressant et mériterait une analyse plus poussée.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#4
Je n'avais pas pensé à l'Arbre Blanc, effectivement!

Elendil: à propos de l'usage du Sceptre en Arnor comme à Númenor, je crois qu'il en est bien fait mention dans les Appendices du Seigneur des Anneaux mais je ne retrouve plus le passage...En revanche, ceci me laisse perplexe: "Et tout pareillement au Gondor, un seul Roi succéda à Eärnil. Il se peut que si le sceptre et la couronne eussent été conjoints, alors la dignité royale se serait maintenue et bien des malheurs eussent été évités". Il semble ici que la couronne soit plus spécifiquement attribuée au Gondor, le sceptre faisant référence à l'Arnor.

Je ne me suis pas intéressée à tous les aspects de la chose en vérité. En ce qui concerne la sacralisation du pouvoir royal et l'idée de double corps du roi, il faudrait aussi se pencher sur ce qu'il advient du roi une fois décédé. Comment traite-t-on son corps physique?
Les tertres de Rohan pourraient ainsi répondre à une certaine symbolique.
En France, la manière dont le pouvoir politique était sacralisé a varié suivant les époques mais la question des funérailles fut très importante de 1422 à 1610: on utilisait des effigies funéraires pour représenter le Roi lors de ses funérailles. Ce fut par exemple le cas pour les funérailles de François Ier où on dédoubla ainsi le corps du roi: corps naturel et corps de cire que l'on traite comme le vrai roi...
Rien dans tout cela ne me rappelle une quelconque pratique évoquée par Tolkien. Cependant, le fait que Denethor ait voulu immoler son fils pourrait -en allant chercher un peu loin certes- être considéré comme une tentative de détruire corps physique et politique.
Je me demande aussi s'il est indiqué quelque part si les tombes des Rois du Gondor prenaient la forme de "gisants" ou non car cela a son incidence. On remarque généralement que le nombre de représentations abstraites du roi a tendance à augmenter durant les périodes de troubles...Des tombes de plus en plus élaborées pourraient figurer dans cette liste.
Dans le cadre des représentations, on trouve aussi les statues par exemple. En ce sens, l'Argonath, tout en marquant les anciennes frontières physiques du Gondor en renforcerait peut-être la portée politique.

On pourrait établir un autre parallèle, toujours sur la mort des rois (même s'il est dommage de ne pas avoir d'exemple anglais sous la main): En France, à part pour Louis XV, les compte-rendus s'attachaient à montrer que le Roi avait accepté la mort avec piété et avait même choisi de s'en aller.
Des rois qui n'avaient pas peur de la mort en somme...
Répondre
#5
(23.07.2010, 10:26)Caldea a écrit : Je me demande aussi s'il est indiqué quelque part si les tombes des Rois du Gondor prenaient la forme de "gisants" ou non car cela a son incidence.

« Et on voyait indistinctement de nombreuses rangées de tables, sculptées dans le marbre, sur chacune desquelles gisait une forme endormie, les mains croisées, la tête reposant sur un coussin de pierre. Mais l'une, proche, était large et nue. Sur un signe de Denethor, on y déposa Faramir et son père côte à côte [...] » (Le Seigneur des anneaux, Livre V, chapitre 4, p. 883)

Les rois de Númenor sont carrément « couchés sur des lits en or » dans la vallée de Noirinan (Le Silmarillion, p. 353). Rien sur les rois du Nord, en revanche.
The gods forgot they made me, so I forget them too
I listen to the shadows, I play among their graves
Répondre
#6
Si, si. On sait à quoi ressemble la tombe du dernier prince de Cardolan. Mr. Green
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#7
Je suis en pleine lecture de Enfants de Hurin et il y est question de Brandir qui brise son sceptre...
Répondre
#8
Et les palantíri ? N'était-ce pas un symbole de la royauté au Gondor, puisque seuls les rois puis les intendants pouvaient s'en servir ?
Moi, j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.
Répondre
#9
pas seulement en Gondor, en l'Arnor aussi Wink
Il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose sous le ciel
Répondre
#10
Pour le Rohan, n'est-il pas question d'amener l'héritier sur l'ex-tombe d'Elendil? (à moins que ce ne soit pour l'héritier des Sur-intendants??) Dans ce cas, c'est une sorte de passation du pouvoir.

* Druss pense que ça mériterait un essai, ce sujet Mr. Green
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
#11
(23.07.2010, 22:34)Druss a écrit : * Druss pense que ça mériterait un essai, ce sujet Mr. Green

Druss...je le dis franchement: si tu penses à moi, je n'ai pas le temps pour ce genre de choses. C'est bien pour ça que j'ai posé ces quelques idées ici...ça s'inscrit dans une démarche participative. Wink

Ereinion: cette histoire de sceptre brisée est assez intéressante en effet. Est-ce que tu as l'extrait précis? (Sinon, j'irais voir moi-même...c'est juste que je suis flemmarde Mr. Green )
Répondre
#12
(24.07.2010, 18:25)Caldea a écrit : Ereinion: cette histoire de sceptre brisée est assez intéressante en effet. Est-ce que tu as l'extrait précis? (Sinon, j'irais voir moi-même...c'est juste que je suis flemmarde Mr. Green )

Pas de problème! L'extrait en question se trouve chapitre 16, la venue de Glaurung (p.219-220 de l'édition Christian Bourgois) :

"Voyez donc comme je suis bafoué, et de mes avis il n'est tenu aucun compte! Choisissez-vous un autre chef, car ici même je renonce à ma seigneurie et à mon peuple. Que Turambar devienne votre seigneur en titre puisqu'il s'est déjà attribué tous mes pouvoirs. Que personne, jamais plus, me vienne solliciter pour lui prodiguer conseils ou mes soins!" Et il brisa son sceptre.


Sinon, on peut également mentionner le rôle et la symbolique du trône.
Répondre
#13
Merci pour la citation Ereinion.
Cela va également très clairement dans le même sens: rupture du sceptre qui avait perdu toute sa symbolique. (En fait, je ne vois pas vraiment quoi ajouter tant c'est explicite.)
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
Question Dunedain du Nord : Lieux de résidence, organisation etc à la fin du Troisième-âge ? Ohtar Celebrin 12 5 524 21.09.2022, 10:53
Dernier message: Ohtar Celebrin
  De quelle matière est faite la tour d'Isengard? Sauron 63 66 917 03.07.2017, 19:37
Dernier message: Tikidiki
  A quelle Epoque se situe la venue d'Eriol en Eressea? Sulimo 13 39 990 07.08.2009, 18:29
Dernier message: Lomelinde
  Quelle place ont les jeux sur la terre du milieu ? Aulë 8 13 777 16.09.2008, 16:23
Dernier message: Zelphalya
  Le Mordor, organisation et hiérarchie? SimRack 15 20 208 27.11.2006, 16:48
Dernier message: ISENGAR
  l'organisation sociale des Elfes eldendil 8 10 888 05.09.2006, 18:21
Dernier message: Elylithon
  Traduction --> quels choix préférez vous ? hinilaurë 134 165 524 03.11.2005, 15:21
Dernier message: Samwise
  organisation militaires des peuples de la Terre du Milieu Theomerden 18 23 747 21.06.2005, 06:44
Dernier message: Lomelinde
  Le Seigneur des anneaux: à quelle époque Thibault 65 103 051 23.03.2005, 20:24
Dernier message: May

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)