Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Les bateliers de l'Anduin *
#1
Bonjour à toutes et tous.

Voici un petit jeu : pouvez-vous reconnaître les sites de la terre du milieu, cachés dans les vers de cette chanson des bateliers de l'Anduin ?
Bon OK, souvent les sites sont nommés, mais les autres ?

.oOo.

Larmes bleues de géant, torrents jaillis du flanc,
Fille aux tresses givrées patauge au lac glacé,
Eau dardée du silex, forgée sur les hauts blancs,
Ses rires étincellent aux souffles résinés.
Ridelettes rudes, comptines des galets,
Serpentent aux falaises effondrées de l’adret.

(Refrain) Adieu onde amie, hâle ce jour sans fin.
Naves aux flancs pesants, glissent sur l’Anduin.

Dessous le bois doré sourd morne mélodie,
Miroitement trompeur envoûte les héros.
L'ode plonge en folie ou rimes alanguies.
Rets de tresses blondes couvrent les ors des eaux.
Hors du temps des mortels vogue elfique rivage,
A jamais envoûté par la fée sans visage.

Au roc dressé, lovée une vague fébrile,
Le pic érigé germe en écume des jours,
Leurs boucles enlacées en désordre d’idylle,
L’onde moire tremblante ensemence toujours.
Fauve noir secouant sa torpeur hivernale,
L’écueil fertile saille en l’onde vespérale.

Fade brume d’argent, traîtres sablons gluants,
Nymphe d’air, espoir d’or puise en pure aigue azur
Riche glaise bourbe, nourricier grouillant.
Les ondoyants alvins nichent en la boisure.
De glaise naïade, noble fille aux iris,
Le petit peuple ovule, abrite en sa matrice.

Crépitent les flammes, Onodrim brûle et pleure,
En douce terre brune enfouit sa douleur.
Pousse d’espoir souillée d’odieux cauchemars,
La rivière charrie semences dégoûtées.
Souvenirs embrasés promènent au hasard
D’amples boucles sombres les troncs gris calcinés.

Le cours du septentrion baigne l'auguste
Pied d'airain des hauts rois. Son arrêt sans appel,
Assise du pouvoir, face au flot éternel,
Accueille l'allié, l'adversaire admoneste.
Au souvenir des hommes, leur puissance évanouie,
Fleuve rend son salut, tournoie, ondoie et rit.

Parth Galen engourdie, ondine berceuse,
Le héros avide d’embruns ailés s’élance,
Frissonnantes gouttelettes ravisseuses,
Rauros gronde, rugit, abolit l’indolence.
L’adoré libertin s’échappe au firmament !
Profonde solitude, réveil glace le sang.

Rude Entalluve glisse en sa couche promise,
Entrelace l’épouse enlisée, belle éprise,
Insinue l’unité au sein nu de l’ondée.
Jaillit l’Anduin, puissant fleuve, en majesté,
Parade Cair Andros, étincellent ses rives,
Baigne l’Anorien soleil à la dérive.

Rigoles gazouillent en rires de bambins,
Pieds légers aspergent le cèdre près du bain.
Rivière aïeule pioche en son armoire,
Lavande, laurier, souvenirs entêtants.
Fenêtres du couchant, crépuscule beauvoir,
Richesse glorieuse des petits-enfants.

Lagunes cèlent de Varda les diamants,
Plaintive aile d’argent, svelte coureur d’écume,
Le rêve épuisé s’échoue en amère brume.
Le vieillard attardé sombre en algue aimant,
Scrute par-delà les sillages des étoiles,
Nef glisse livide aux îles boréales
.oOo.

Extrait des contes de l'Oie Saoule
Répondre
#2
Qui est l'auteur de ce texte ?
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#3
(02.10.2016, 14:30)Dαεrοη a écrit : Qui est l'auteur de ce texte ?

Je plaide coupable.
Répondre
#4
C'est très joli en tout cas. Oserais-je discerner une référence au bois doré de la Lothlorien? (strophe juste après le refrain)
Répondre
#5
(02.10.2016, 23:41)Earlindë a écrit : C'est très joli en tout cas. Oserais-je discerner une référence au bois doré de la Lothlorien? (strophe juste après le refrain)
C'est bien ça ! Et les autres couplets ?
Répondre
#6
Y aurait il une référence au Carrock? (strophe en dessous de celui de la Lothlorien) La notion de "roc dressé" m'y fait penser
Répondre
#7
A première vue, on suit la rivière. Pour ne donner qu'un couplet et laisser les autres participer:

Citation :Crépitent les flammes, Onodrim brûle et pleure,
En douce terre brune enfouit sa douleur.
Pousse d’espoir souillée d’odieux cauchemars,
La rivière charrie semences dégoûtées.
Souvenirs embrasés promènent au hasard
D’amples boucles sombres les troncs gris calcinés.

Ce paragraphe fait référence aux Terres Brunes:
- Onodrim = les Ents
- Terre brune
- Pousse = encore une référence aux Ents... Smile

Le couplet suivant, c'est l'Argonath.

Amusant comme poème. Smile
Répondre
#8
(04.09.1974, 18:33)Chiara Cadrich
[/quote' a écrit :
Je plaide coupable.

J'aurais aimé plaider coupable sur un tel texte. Je fais pâle figure avec mes rimaillages dit "de ménestrel" à côté de ça ! Je crois bien que je vais raccrocher mon stylo vu que je suis incapable de sortir de telles strophes.J'ai confondu rapidité et qualité. À moi de privilégier la deuxième au détriment de la première... En espérant que j'y arrive.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#9
(03.10.2016, 22:18)Earlindë a écrit : Y aurait il une référence au Carrock? (strophe en dessous de celui de la Lothlorien) La notion de "roc dressé" m'y fait penser

Absolument Earlinde, et le fauve noir qui hiberne est l'ours.
Répondre
#10
Si je puis me permettre, la aussi tu vas trop vite. Tes "rimaillages" comme tu dis sont très plaisant à lire. A dire vrai, je les apprécie autant, par leurs simplicité et leur rapidité de lecture, que ce long poème, élégant et très réfléchi. Et je ne trouve pas que tes poèmes manquent de qualité. Continue comme tu le fais ou change, selon ton bon vouloir, mais ne te prends pas trop la tête Smile
Répondre
#11
(03.10.2016, 22:56)Caldea a écrit : A première vue, on suit la rivière. Pour ne donner qu'un couplet et laisser les autres participer:

Ce paragraphe fait référence aux Terres Brunes:
- Onodrim = les Ents
- Terre brune
- Pousse = encore une référence aux Ents... Smile

Le couplet suivant, c'est l'Argonath.

Amusant comme poème. Smile

Oui, ce sont bien les Terres Brunes, où les ent-femmes auraient été exterminées jadis.

Et puis l'Argonath majestueux dont les hautes statues marquent l'ancienne frontière.

Daeron,

surtout ne raccroche rien !

Tes couplets sont parfaits pour des chansons, alertes et limpides.

Tu es très agréable à lire, et tes phrases gambadent avec fantaisie.

Ne change rien !
Répondre
#12
Dαεrοη : plus les styles sont différents, plus c'est intéressant. Smile Ce n'est pas que de la technique, c'est un peu de la personnalité de chacun qui transparaît dans un poème.
Pour ce qui est de la qualité vs. rapidité, je pense que les deux se valent. La recherche du bon mot...l'inspiration...les deux sont importants et l'équilibre n'est pas juste à trouver. Trop de technique et on étouffe tout.
Répondre
#13
Je crois que c'est Saint-Ex qui disait : La perfection est atteinte, non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter, mais lorsqu'il n'y a plus rien à retirer.

Cette barge sur l'Anduin me parait encore trop chargée...
Répondre
#14
Mon "ode à l'Anduin" paraît tellement terne à côté de ça.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#15
Pour le poème, après la strophe pour le carrock, une référence aux champs aux iris?

Daeron, vraiment, ne t'inquiètes pas. Tes vers sont très bien. J'ai toujours trouvé compliqué de comparer des poèmes de deux auteurs différents... Il y a trop de variables. En l'occurence, vos poèmes à tous les deux sont vraiment beaux, quelques soient les critères qu'on applique!
Répondre
#16
Bien vu !
Ces allusions à l'eau grouillante, c'est bien le marais aux iris.
Répondre
#17
Les suivants ont soit été trouvé (les Terres brunes et l'Argonath), soit les noms sont déja dans les lieux... Du coup, pour l'avant dernière strophe, je tente l'Ithilien et peut-être plus précisément le repère caché des soldats du Gondor (avec la Fenêtre du Couchant) ?

C'est amusant de chercher quels lieux se cachent derrière les strophes! ^^
Répondre
#18
Premières strophe sur le celebrant et la nimrodel et le lac au miroir ??

Magnifique poème
Répondre
#19
Earlinde a trouvé l'Ithilien et ses jolies cascades.

La proposition d'Agmar est séduisante. J'aurais du penser à faire une strophe sur cet endroit. D'ailleurs il n'est pas trop tard. En fait c'est une des sources de l'Anduin, le greylin dans les montagnes grises.
Répondre
#20
Félicitations pour ce texte poétique de très haute qualité.

Chiara Cadrich a écrit :Fade brume d’argent, traîtres sablons gluants,
Nymphe d’air, espoir d’or puise en pure aigue azur
Riche glaise bourbe, nourricier grouillant.
Les ondoyants alvins nichent en la boisure.
De glaise naïade, noble fille aux iris,
Le petit peuple ovule, abrite en sa matrice.

Je peux toujours me tromper, mais j'avoue que ce passage me fait penser à la rivière "aux eaux brunes" Withywindle, diversement traduit en français en "Tournesaules", "Oserette" et plus récemment "Oserondule", sauf erreur de ma part. Comment, à vrai dire, ne pas songer à Goldberry, en imaginant une figure de nymphe associée notamment à l'or et aux iris...

Amicalement,

Hyarion.
All night long they spake and all night said these words only : "Dirty Chu-bu," "Dirty Sheemish." "Dirty Chu-bu," "Dirty Sheemish," all night long.
(Lord Dunsany, Chu-Bu and Sheemish)
Répondre
#21
(07.10.2016, 23:47)Hyarion a écrit : Je peux toujours me tromper, mais j'avoue que ce passage me fait penser à la rivière "aux eaux brunes" Withywindle, diversement traduit en français en "Tournesaules", "Oserette" et plus récemment "Oserondule", sauf erreur de ma part. Comment, à vrai dire, ne pas songer à Goldberry, en imaginant une figure de nymphe associée notamment à l'or et aux iris...

Merci Hyarion

C'est vrai, l'Oserette "collerait" très bien avec cette strophe.

J'avais imaginé autrefois une histoire de nymphe, petite et rustique, ancêtre du genre hobbit; c'est à elle que je pensais pour le marais aux iris.
Répondre
#22
Bon, il est temps de donner les réponses.

Comme vous l'avez remarqué, chaque strophe correspond à peu près à un "site" le long de l'Anduin. L'idée était de parler du fleuve comme d'une femme, chaque strophe évoquant un moment ou un thème marquant dans sa vie.

- la naissance dans les montagnes grises
- la séduction en Lothlorien
- étreinte amoureuse au Carrock
- la maternité, l'attente de la naissance aux marais aux iris
- la guerre et ses horreurs aux Terres brunes
- le pouvoir des hommes sous l'Argonath
- la rupture amoureuse à Parth Galen / Rauros
- l'amour de sa vie de l'Entalluve à l'Anorien
- les joies et souvenirs de la grand-mère avec ses petits-enfants en Ithilien
- le départ vers l'au-delà dans le delta d'Anduin.

Merci à tous pour vos commentaires.
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  ~ Ode à l'Anduin ~ * Daeron 1 2 006 26.11.2015, 17:04
Dernier message: Baradon
  Entre Anduin et Fangorn divitiac 17 12 727 09.03.2005, 23:04
Dernier message: Elfindor
  [Poème pour l'Anduin] Belle Princesse... Cricri 2 3 995 24.11.2004, 19:26
Dernier message: Galadhilmë
  [Poème] Au long de l'Anduin... Turb 1 3 383 17.11.2004, 18:24
Dernier message: Galadhilmë
  [Poème] Christophe Etave - Bel Anduin Turb 3 4 537 07.04.2004, 22:22
Dernier message: Linna

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)