Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Fäerie
#1
Je viens de relire attentivement Fäerie (édition Christian Bourgois 1974), et il me vient aussitôt deux interrogations.

Tout d'abord je trouve le texte de la traduction de l'essai "Du conte de Fées" vraiment "lourd", à la limite même quelquefois du grammaticalement ou du sémantiquement correct.
Cela vient-il de moi, ou existe-t-il depuis lors d'autres traductions plus "fluides et aérées" ?

Maintenant je cite Tolkien à la fin de l'essai qui dit:
" ... Car il n'y a de véritable fin à aucun conte de Fées ".
Or plusieurs messages sur le forum disent que la fin d'Arda est prévue dans l'oeuvre de Tolkien.
Ces affirmations viendraient-elles de sources plus tardives, ou y aurait-il d'autres explications ?

Répondre
#2
A ta première question, je réponds que l'essai a été retraduit dans Les Monstres et les critiques, et autres essais, paru récemment (mai 2006).

A la seconde, réponse "à vif" sur laquelle je pourrais revenir plus tard : on "connaît" le Conte d'Arda jusqu'au début du Quatrième Âge, et puis plus rien jusqu'à la Fin des Temps; cela laisse déjà de la marge. Mais même, plus encore : même si on connaît quelques éléments de la Fin des Temps (et de Dagor Dagorath), la plupart sont incertains et sont soit de type légendaire (seconde prophétie de Mandos), soit de type "estellien" (je vise évidemment l'Athrabeth pour ceux qui connaissent mon essai sur la Fin des Temps). Enfin, connaître quelque chose sur la Fin des Temps, autrement dit la fin d'Arda Marrie, Arda Sahta, ne signifie pas entièrement connaître la fin du Conte d'Arda, car à la fin d'Arda Sahta surviendra Arda Envinyanta, Arda Guérie ou Régénérée, dont on ne connaît quasi rien Wink
Répondre
#3
Huan a écrit :Tout d'abord je trouve le texte de la traduction de l'essai "Du conte de Fées" vraiment "lourd", à la limite même quelquefois du grammaticalement ou du sémantiquement correct.

Juste en parlant du texte "On fairy stories" et pas de la traduction, même Tolkien trouvait "lourd" (il dit plutôt "pédant") de se justifier et d'analyser cela.
Répondre
#4
Merci pour ces infos.
Et d'après vous, cette nouvelle traduction de Fäerie serait plus sympathique ?
Sur la fin des temps et Arda Guérie, cela semble bien s'inscrire dans le discours de Tolkien sur "le conte de Fées".
Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes (Je reconnais que le jeu de mots est facile Embarassed )!
Répondre
#5
Je suis en train de relire ce texte ces jours-ci, et je trouve en effet la traduction plus sympathique.
Répondre
#6
Je profite de l'occasion pour remercier et féliciter Dior pour sa synthèse sur la fin des temps dans le Conte d'Arda, qui se conclut sur des perspectives d'ouverture très intéressantes. Smile

Juste un regret, si je peux me permettre, en tant que nanophile : que la partie sur les nains soit aussi congrue - mais je ne te jète pas la pierre Dior, le corpus à notre disposition sur les nains étant, hélas, des plus minces... Wink

Cordialement,
Tilkalin.

L'enfant ignorant qui se fait un jeu des exploits de son père ne croit pas se moquer, mais pense qu'il est le fils de son père
Répondre
#7
Merci Embarassed
Répondre
#8
De toute façon, ce texte a été retraduit pour les Monstres et les critiques et autres textes.

Par exemple fantasy n'est plus traduit par « fantaisie ».
Répondre
#9
Maintenant, après l'essai, les nouvelles de Fäerie.
Je les trouve vraiment très différentes les unes des autres.
Autant "Le fermier Gilles de Ham" et "Smith de Grand Wootton" peuvent s'inscrire dans le monde de Fäerie, autant il me semble que "Feuille, de Niggle" (que j'aime beaucoup) est une oeuvre vraiment particulière dans les écrits de Tolkien.
Comme si elle se situait à un autre niveau, celui de notre monde à nous.
Je ne sens pas le "conte de Fées" dans "Feuille, de Niggle".
Répondre
#10
Feuille est très allégorique, comme le montre sa période de rédaction Wink
Répondre
#11
Mais Tolkien détestait les allégories,non?
Répondre
#12
Je ne trouve pas que "Feuille, de Niggle" soit un texte très allégorique. Le propos me paraît assez clair. L'artiste (ou l'auteur) face à sa création. L'homme (Tolkien) face à son existence.
Alors est-ce dû, comme le suppose Dior, à la période de rédaction de la nouvelle (1964)?
Est-ce que les autres écrits de Tolikien de cette époque sont de la même veine?
Quoi qu'il en soit, je ressens ce texte comme fondamentalement optimiste, malgré les thèmes évoqués.
Répondre
#13
Tolkien le dit lui-même dans les lettres en fait, lorsqu'il en parle à Stanley Unwin....
Répondre
#14
Je viens également de retrouver une très belle phrase de Tolkien dans Fäerie sur les origines du Conte de Fées, et qui rejoint "Feuille, de Niggle".
Il parle du "tissu compliqué du conte" en ajoutant dans une note:
" (...) Car, avec l'image de la tapisserie, est entré un nouvel élément: l'image est plus grande que la somme des fils qui la composent, et cette somme ne l'explique pas d'avantage."

Il me semble que ce passage est à la fois un appel au rêve et à la création. Tout devient possible et rien n'est inutile.
Répondre
#15
Anecdote à deux francs :
Cette image du tisseran des contes était chère à Tolkien et elle est reprise à travers les personnes de Vairë la Fileuse qui tisse l'Histoire d'Arda et celle de Míriel qui après sa résurection tissent tous les faits et exploits des Noldor.

aravanessë
Répondre
#16
Alors justement, est-ce que l'image de l'Histoire d'Arda ne dépasserait pas ce que voulait tisser Vairë ?
Car plus que le tisserand, c'est le résultat de ce qu'il tisse qui semble intéresser Tolkien dans Fäerie.
Répondre
#17
Citation :Alors justement, est-ce que l'image de l'Histoire d'Arda ne dépasserait pas ce que voulait tisser Vairë ?
C'est le soir, j'ai du mal. Embarassed
Tu peux m'expliquer ce que tu veux dire par là. Very Happy

aravanessë
Répondre
#18
Pour l'histoire de l'allégorie, je précise: Tolkien n'aime pas l'allégorie intentionelle; il parle d'applicabilité, qui n'impose pas une vision spécifique du monde réel mais qui laisse libre cours aux lecteurs.
Répondre
#19
aravanessë a écrit :
Citation :Alors justement, est-ce que l'image de l'Histoire d'Arda ne dépasserait pas ce que voulait tisser Vairë ?
C'est le soir, j'ai du mal. Embarassed
Tu peux m'expliquer ce que tu veux dire par là. Very Happy

aravanessë

Sur l'image de l'histoire d'Arda, je pose juste une question.
Mais pour revenir plus généralement à Fäerie, ce que je voulais dire (enfin pas moi, Tolkien Smile ), c'est que le résultat de la création dépasse l'intention du créateur.
Et, comme le dit May, libre cours est laissé par la suite au lecteur.
Répondre
#20
Citation :Mais pour revenir plus généralement à Fäerie, ce que je voulais dire (enfin pas moi, Tolkien Smile ), c'est que le résultat de la création dépasse l'intention du créateur.

Tout à fait d'accord, mais alors là il faut aller voir du côté d'Eru Ilúvatar, de l'Ainulindalë et de la Vision de Monde à l'origine des temps. (Une citation que j'ai utilisée ce matin même dans un tout autre contexte) :

Citation :Alors ceci, m’avancé-je à dire, était la mission des Hommes, non pas les suivants, mais les héritiers et les réalisateurs de tout : guérir le Marrissement d’Arda, déjà accompli avant leur conception ; et faire plus, comme agents de la magnificence d’Eru : élargir la Musique et surpasser la Vision du Monde ! Car cette Arda Guérie ne sera pas Arda Non Marrie, mais une troisième chose, plus grande, et pourtant la même.
Morgoth's Ring

aravanessë
Répondre
#21
Je reviens sur Leaf, by Niggle : le texte n'a pas été rédigé en 1964, mais durant la 2ème guerre et a été publié pour la première fois en 1945. De son propre aveu, Tolkien a rédigé ce texte alors qu'il n'arrivait plus à avancer dans la rédaction du SdA.
Répondre
#22
Dior a écrit :Je reviens sur Leaf, by Niggle : le texte n'a pas été rédigé en 1964, mais durant la 2ème guerre et a été publié pour la première fois en 1945. De son propre aveu, Tolkien a rédigé ce texte alors qu'il n'arrivait plus à avancer dans la rédaction du SdA.

Je comprends mieux alors ton message précédent concernant la période de rédaction de la nouvelle. Si Tolkien semblait alors dans une période de doute, ce texte peut être, à mon avis, un bon moyen de "s'auto-guérir" Smile.

De plus, je trouve que les citations de Aravanessë sur Arda et la mission des hommes rejoignent parfaitement l'argument de Tolkien plus général sur "l'image de la tapisserie".

Maintenant, j'ai cité 1964 pour l'année de parution de "Feuille, de Niggle" en me basant sur les informations de Fäerie.
Serait-il possible alors de connaître les véritables dates ou périodes de création des différents textes de cet ouvrage?
Merci d'avance à tous! Very Happy

Répondre
#23
Christopher Tolkien n'en traite pas dans son intro (je n'ai pas le livre) ?
Répondre
#24
Peut-être, mais moi je n'ai que "l'antique" version de 1974! Embarassed Wink
Répondre
#25
Allons-y alors :
- Leaf, by Niggle : 2ème guerre, 1ère publication en 1945.
- The Farmer Giles of Ham : +/- 1937, 1ère publication en 1949.
- Smith of Wootton Major : +/- 1965, 1ère publication en 1967.
- On Fairy-Stories : +/- 1939, 1ère publication en 1947.
- Mythopoeia : 1929, 1ère publication en 1988.
- The Homecoming of Beorhtnoth Beorhthelm's Son : 1ère publication en 1953.

Vient alors The Adventures of Tom Bombadil (je ne suis pas toujours sûr des dates). J'ai trouvé ceux-ci dans la bio de Carpenter (les autres datent en principe des années 20-30) :
- I : +/- 1934, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
- II : 1956, 1ère publication en 1962.
- III : +/- 1933, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
- VI : +/- 1915 ? Remanié ?
- VII : +/- 1936, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
- IX : +/- 1937, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
- XII : 1956, 1ère publication en 1962.
- XIV : +/- 1937, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
- XV : +/- 1934, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
- XVI : +/- 1934, date de sa 1ère publication. Remanié plus tard.
Répondre
#26
Merci beaucoup à toi, Dior, grand dans l'ordre des Istari! Wink
Je vais ainsi pouvoir comparer dans le temps ces textes avec ceux du monde d'Arda, en espérant trouver quelques petites choses intéressantes sur l'évolution de l'écriture et de la pensée de Tolkien.
Répondre
#27
Tiens je savais Dior un Semi-Elfe avec du sang Maia, mais un Istar... *Ara va se cacher* Mr. Green

aravanessë
Répondre
#28
Et je me permets aussi de saluer Aravanessë, grand également dans l'ordre des Istari, avec le même nombre d'anneaux rouges et tout ! Wink
Répondre
#29
J'vous bat Cool (quel mauvais modo je fais, avec mes posts floodeurs - allez c'est les vacances Razz)
Répondre
#30
Huan a écrit :Je vais ainsi pouvoir comparer dans le temps ces textes avec ceux du monde d'Arda, en espérant trouver quelques petites choses intéressantes sur l'évolution de l'écriture et de la pensée de Tolkien.

En tout cas, n'hésite pas à nous en faire part Smile
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Faërie et autres textes rorimac 18 15 857 20.08.2007, 19:34
Dernier message: Zelphalya
  Importance de Faërie Gil-galad 8 7 438 07.10.2005, 18:04
Dernier message: vincent

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)