Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
significations orthographiques en vieil anglais
#1
Thus cwæth Ælfwine Wídlást
Fela bith on Westwegum werum uncúthra
wundra and wihta, wlitescéne land,
eardgeard elfa, and ésa bliss.
Lýt ǽnig wát hwylc his longath síe
t
hám the eftsíthes eldo getwǽfeth

Alboin et Aldoin in "La Route Perdue", La Route Perdue et autres textes, p. 78-79 (Pocket), [44]

Fela bið on Westwegum werum uncúðra
wundra and wihta, wlitescýne lond,
eardgeard Ylfa, and Ésa bliss.
Lýt ǽnig wát hwylc his longað
þám þe eftsíðes yldu getwǽfeð

Le Chant d'Aelfwine in "La Route Perdue", La Route Perdue et autres textes, p. 174-175 (id.), [103-104 ?]
th = ð
land = lond
elfa = Ylfa
eldo => yldu
th- = þ-
é = ý

Þus cwæþ Ælfwine Wídlást:
Fela bið on Westwegum werum uncúð,
wundra and wihta, wlitescyne lond,
eardgeard ylfa, and ésa bliss.
Lýt ǽnig wát hwylc his longað síe
þám þe eftsíðes yldu getwǽfeð

Page de Garde du Silmarillion in "Quenta Silmarillion", La Route perdue et autres textes, p. 333 [203]
thus = þus
cwæth = cwæþ
elfa = Ylfa = ylfa
eldo = yldu
é = ý = y
ésa = Ésa/ésa
+ changements précédents
...


Bonjour,
Voici ces trois textes introducteurs, tirés du même "livre" paru (le cinquième volume de L'Histoire de la Terre du Milieu. De ce que j'ai vu, le texte qu'Alboin reçoit en rêve dans "La Route Perdue" paraît trois fois, avec trois orthographes différentes. Pour ceux qui connaissent bien le vieil-anglai, j'ai donc deux questions peut-être très simples :
1. Qui est responsable de ces changements orthographiques :
Tolkien ?
C. Tolkien ou l'éditeur anglais ?
D. Lauzon ou l'éditeur français ?
Cela peut-être aussi une erreur, ou
un simple changement dû à des raisons pratiques (tapuscrit au lieu de manuscrit).
Mais j'imagine qu'il y a, comme en orthographe musicale (où, du reste, je me connais le mieux), de nombreuses spécifités et remarques qui peuvent être tirées de ces particularités parfois minimes.
Bref, si quelqu'un peut éclairer mon propos diffus, je suis prenant.
Bonne nuit !
Répondre
#2
J'ai oublié de mettre les références pour la dernière citation : p. 333 (Pocket), [203 (or.)]
Répondre
#3
Ajoutons encore une "variante" (de fait, un poème distinct en un sens, quoique partageant quelques vers):

Fela bið on westwegum werum uncuðra,
wundra and wihta, wlitescyne lond,
eardgeard ylfa, eorclanstanas
on dunscrafum digle scninað.

Dans une dédicace vendue aux enchères par Sotheby's en 2015, voir par ex. ici et .

(Sinon, pour les autres: simples différences de transcription par Tolkien, je pense.)

D.
Répondre
#4
OK, donc il n'y a rien vraiment à tirer de ces variantes ?
Ne serait-ce que le rôle de la minuscule et de la majuscule en vieil-anglais, que je ne connais pas... pour Ylfa et Ésa par exemple.
Répondre
#5
C'est une question complexe. Différents types d'écriture ont été employés pour écrire le vieil anglais. Par exemple, pour Beowulf, c'est une forme de l'écriture insulaire qui est employée, dans laquelle, les rares "majuscules" sont simplement employées dans un but ornemental : les initiales des noms propres sont rédigées en bas de casse. D'autres textes emploient la caroline et font une distinction entre majuscules et minuscules similaire à notre façon moderne de procéder.

Bref, s'il y a une règle, c'est la variabilité. Il n'est donc pas surprenant de retrouver cette variabilité dans un texte anglo-saxon rédigé par Tolkien. S'il était allé au bout de son entreprise et avait publié ce texte, il est même possible qu'il aurait volontairement inclus plusieurs variantes de celui-ci afin de représenter les variations au sein d'une même tradition. Pour mémoire, la "chanson de marche" du SdA comporte deux versions, sans compter la modification humoristique du dernier vers par Pippin.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#6
Merci pour les précisions que vous avez apportées.
Est-ce que Tolkien a cherché aussi, en anglais moderne, à créer des petites variations de ce type, dans l'orthographe ou la typographie, pour des textes avec plusieurs occurences ?
Je crois qu'il l'a fait dans plusieurs langues inventées, et notamment en quenya pour certains poèmes, mais je n'ai pas de références en tête.
Répondre
#7
J'imagine cependant, si elfa et ésa correspondent respectivement à "dieux" et "elfes" - ce dont j'aimerais d'ailleurs être confirmé, que la présence ou non de majuscule est similaire à celle en français : on pourrait tout aussi bien dire, surtout dans un poème (ou même un texte littéraire, aléatoirement) :
demeure des Elfes et béatitude des Dieux
 autant que :
demeure des elfes et béatitude des dieux
Cette vision est-elle réaliste, en fonction du poème tolkiennien ?
Répondre
#8
(24.04.2024, 19:52)Utilisateur a écrit : ... ce dont j'aimerais d'ailleurs être confirmé

Le Bothworth-Toller et le Clark Hall sont trouvables en ligne.

Dans ce dernier:
  • ōs m., gp. ēsa a divinity, god ...
  • ælf mf. (pl. ielfe, ylfe) ‘elf,’ sprite, fairy, goblin, incubus ...
Pour le reste, je ne suis pas sûr de la question (... et l'usage ou non des majuscules n'est pas le même en français et en anglais).

D.
Répondre
#9
(24.04.2024, 18:05)Utilisateur a écrit : Est-ce que Tolkien a cherché aussi, en anglais moderne, à créer des petites variations de ce type, dans l'orthographe ou la typographie, pour des textes avec plusieurs occurences ?

La réponse est dans mon message précédent.

(24.04.2024, 19:52)Utilisateur a écrit : Cette vision est-elle réaliste, en fonction du poème tolkiennien ?

Je ne suis franchement pas sûr non plus de comprendre la question. Tolkien a aussi bien pu vouloir représenter des versions manuscrites avec ou sans majuscule pour figurer des manuscrits qui en comportent ou non (sans incidence sémantique, donc) que pour des raisons esthétiques, voire pour apporter une nuance de sens supplémentaire. Et l'on peut même considérer que l'usage de Tolkien variait sur ce point, sans qu'il y fasse attention, dès lors que ces textes n'étaient pas directement destinés à la publication. Bref, il ne faut sans doute pas trop essayer d'extrapoler à partir de ces détails.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Nouvel Alphabet Anglais Druss 6 2 396 30.04.2023, 11:17
Dernier message: ISENGAR
  Prononciation des langues inspirées du vieil anglais Erendis 5 6 110 13.01.2020, 07:14
Dernier message: Elendil
  Prononciation de mots en vieil anglais (Sméagol, Déagol, mais pas que) Erendis 13 9 661 13.01.2020, 02:36
Dernier message: Erendis
  Tentative(s) de traduction de Tolkien en ancien anglais Dwayn 8 8 332 20.05.2018, 22:19
Dernier message: Dwayn
  [Transcription anglais > tengwar] Cas particuliers pour transcrire prénoms français Irwin 4 6 692 12.03.2018, 19:13
Dernier message: Irwin
  Tengwar mode général anglais Zelphalya 10 12 778 01.12.2010, 23:39
Dernier message: Zelphalya

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)