Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le testament du Vieux Touque
#1
Testament de Maître Gérontius Touque,

Surnommé Gerry et également connu sous le nom du Vieux Touque, déposé en les mains de Maîtres Gratton, Fouille et Fouisse

Je, Gérontius Touque, fils de Fortimbras, Thain de la Comté et Thain après lui, dit Le Vieux Touque, considérant que la mort est certaine et son moment incertain, et ne voulant en être surpris sans avoir disposé de mes dernières volontés, j'ai fait mon présent testament comme il s'en suit, après avoir considéré la légèreté des besoins de nos âmes pour affronter le grand mystère des mortels.

Il me faut tout d’abord dissiper les billevesées élaborées à propos de mon nom. Vous vous demandez certainement pourquoi on m’affubla du prénom étonnant, sinon ridicule de Gérontius. Voici toute l’histoire.

Ma pauvre mère avait beaucoup souffert durant la grossesse qui devait mener à ma naissance. J’étais son premier enfant, bien qu’elle dût par la suite engendrer une nombreuse descendance. Elle n’avait donc pas encore d’expérience en la matière, et se trouvait privée de l’appui de sa mère, qui était restée loin dans l’est. Des nausées continuelles, des douleurs à répétition, l’obligation de rester alitée à partir du cinquième mois, de multiples complications et tracas, l’avaient poussée à bout. Pour couronner le tout, ma venue au monde avait duré presque vingt-quatre heures.

Lorsque je vis le jour, mes parents furent frappés par mon aspect particulièrement fripé. La sage-hobbite eut beau leur répéter qu’un travail aussi long en était la cause, ils furent quelque peu ébranlés par mon apparence. Un certain magicien de leur connaissance, qui se trouvait de passage, déclara que c’était là le signe d’un destin inhabituel. Pour conjurer cet augure particulièrement obscur et inquiétant et rassurer ma mère épuisée et en pleurs, mon père décréta qu’un travail et une souffrance aussi considérables induiraient nécessairement une très longue vie, ce que confirmait mon apparence précoce de vieillard.

Aussi, pour prendre le sort à témoin, me nommèrent-ils Gérontius, hobbit à la longue vie. Grâce leur soit rendue car ma vie fut certes longue et fructueuse, malgré les vilénies et les bourdes qu’il m’est arrivé de commettre… Il va sans dire que je perdis alors assez rapidement mon aspect fripé, même s’il m’a finalement rattrapé sur le tard.

Par le présent acte, le Vieux Touque, qui fut Vieux dès sa naissance, souhaite rappeler à ses proches et ses amis, le devoir qu’a chacun de cultiver sa jeunesse !
A suivre...
Répondre
#2
Très amusant ! J'ai hâte de lire la suite Very Happy
Doctus cŭm libro
― Proverbe latin
Répondre
#3
Merci Dwayn ! Very Happy

Item, je donne et partage libéralement entre tous, mon inébranlable foi dans le peuple hobbit et son indéfectible espoir. Puissent tous les descendants de mon corps considérer ce hoir comme le plus essentiel des legs ici plévis !

Item, je donne et lègue, en plein accord avec ma délicieuse épouse Adamante, les trésors cédés à la maison des mathoms de Grand-Cave, étant entendu que ladite Adamante et moi-même conservons la jouissance prioritaire des lieux jusqu’à notre disparition.

Puisse la confirmation de ce don contribuer à l’édification des jeunes générations, et les trésors qu’il renferme ouvrir leurs esprits agiles aux mystères du passé et du monde extérieur ! J’ordonne que soit gravé sur le frontispice un remerciement à mon grand-père et à mon épouse, qui furent jusqu’à ce jour, les principaux pourvoyeurs de merveilles de ce bâtiment.

Item, à mon fils ainé Isengrin, je confie la charge de Thain de la Comté et capitaine de la hobbiterie sous les armes. Puisse-t-il secourir nos voisins dans le besoin et porter nos armes à la victoire. Lui reviennent les parties communes des Coteaux de Touque comme l’apanage inaliénable de la maison cheftaine de notre Clan.
A suivre...
Répondre
#4
Item, à tous mes fils je prescris de suivre l’enseignement des armes auprès des rôdeurs. Charge leur incombe de transmettre ce savoir aux shiriffes des quatre quartiers et de montrer un exemplaire empressement aux armes et à la défense du pays.

Item, sous condition que ma douce Adamante ait quitté ce monde, je donne et lègue en propriété personnelle à chacun des douze enfants d’Adamante, l’un des smials excavés en périphérie des Coteaux de Touque, allée des Vieux rejetons. S’y ajoutent les moulins, terres et forêts afférents.

Item, je donne et lègue la somme de Deux mille couronnes d'argent, une fois payée, que je veux être mise entre les mains de maître Mungo Sacquet, mon tabellion garde-scel, pour être employées par ledit Mungo suivant mes intentions de faire forger des armes de guerre et de les conserver en état de servir la cause des Hobbits et de leurs protecteurs, dont je l'ai informé, étant entendu qu'il soit obligé d'en rendre compte au Thain, mon successeur.

Item, je donne et lègue les habits, linges et mobiliers d’enfants, ainsi que tous objets relégués dans la remise principale des Coteaux de Touque, au maire de Grand Cave afin qu’il répartisse les susdits biens suivant les besoins immédiats des plus pauvres Hobbits des quatre quartiers, m'en remettant à sa bonne foi, à son tact et à sa conscience pour cet emploi.
A suivre...
Répondre
#5
Item, je donne et lègue à demoiselle Brouet la somme de deux mille couronnes en argent dont j'entends qu'on lui constitue une rente à son profit particulier. À son fils Geriadoc Brouet je donne et lègue la somme de mille couronnes, une fois payée.

Item, à mes chers cousins Touque du Nord, je donne et lègue mon fauteuil de cuir épais de buffle de Rhûn, que j’utilisais dans la salle d’audience de mon père le Thain, dans l’espoir que le prurit fessier qui les fait continuellement souffrir de ne pouvoir siéger à ma place, y trouve un remède définitif.

Item, je donne et lègue à mon cher cousin Fierabras, le descendant du Taureau Mugissant, mon chapeau de feutre, assorti d'un abaque, dans l’espoir qu’un jour il apprenne à compter… pour les autres. Puisse également le chapeau lui donner la mesure de ce qu’une tête de hobbit devrait se garder de dépasser en enflant !

Item, je donne et lègue la somme de cinq cents couronnes d'argent, une fois payée, pour être employée à marier une pauvre jeune hobbite que ma fille ainée Hildegarde choisira dans chacun des villages de Bourg de Touque, Le Carrefour, Hobbitebourg, Lézeaux, Par-delà-la Colline, à raison de cent couronnes chacune, une fois payée.
A suivre...
Répondre
#6
Item, je donne et lègue à Marmadoc Brandebouc, ma considération distinguée et fructueuse, payée chaque année. En sus lui est dévolu mon portefeuille en cuir noir de bouc, pour collectionner les titres de ces égards perpétuels, en considération de la grande prudence démontrée par Marmadoc à l’occasion de chaque dépense. Puisse son exemple d’économie inspirer ma propre famille, sans toutefois verser dans la ladrerie !

Item, je donne et lègue à Abélar Fierpied la pendule naine qui égrainait les heures dans la salle du conseil, en espérant qu’elle lui parvienne à temps ! Qu’il soit ici remercié de ses nombreux retards aux conseils des chefs de famille, puisqu’ils ont bien souvent permis aux esprits échauffés de vider leurs querelles avant le vote.

Item, je donne et lègue à Chopin Boffin ma dernière caisse des bouteilles de cru des rus. Puisse ce breuvage minéral de haut renom accoutumer Chopin -amateur averti de vins locaux ou lointains - aux saveurs plates, neutres mais peu capiteuses… de l’eau.

A suivre...
Répondre
#7
Item, je donne et lègue à Scribouille Bunce, mon nécessaire de réparation et entretien des livres. Que Scribouille, érudit autodidacte, soit ici remercié d’avoir toujours rendu avec ponctualité, les nombreux emprunts faits à la bibliothèque des Touque. Les taches de beurre qui maculaient leurs pages et les nombreuses cornes prouvent assez que ces livres furent étudiés avec acharnement, même pendant les repas !

Item, je donne et lègue à Bourdon Longterrier, deux oreillers en plume d’oie, s’il venait à court d’arguments, lors de ses longs et ronflants monologues.

Item, je donne et lègue à Panette Poularde, mon livre des recettes elfiques, à la condition qu’elle maintienne la tradition de ces plats aux tables de son auberge du dragon vert. Qu’elle me pardonne de révéler ici le plus grand secret de la plus fameuse cuisinière de la Comté – il convient de goûter sept fois chaque plat avant de le servir aux hôtes !
A suivre...
Répondre
#8
Item, je donne et lègue à Houpla Tombaterre, une douzaine de bols en bois de rosier offert par les hommes du Brandevin. C’est là la seule garantie que je connaisse, de ne pas décimer un service à thé, lorsque Houpla compte au nombre des convives.

Item, je donne et lègue à Fastois Beauminois les effets elfiques que je portais lors de ma confirmation de mariage, agrémentés des plumes des faisans de la dernière battue. L’ensemble devrait provisoirement satisfaire son miroir.

Item, je donne et lègue à chacun des jardiniers, servantes, garçon d’écurie, bouvier qui se trouveront à mon service au jour de mon départ, un mois de leurs gages, outre et par-dessus ce qui pourra leur être dû le dit jour. Engagement est fait envers tous les susdits par l’hériter des Touque, de les employer durant au moins une année, sous condition d’un service irréprochable.

Item, je donne et lègue en partage au tantième entre mes filles, les draps, chemises, linges, argenterie et bijoux des réserves d’hiver.

A suivre...
Répondre
#9
Ce testament feuilleton m'a accompagné pendant mon voyage en Égypte et m'a donné le sourire avant de m'endormir : merci Chiara ! (phrase à ne pas sortir de son contexte...^^)
Répondre
#10
Merci Irwin.

D'une façon générale, un texte doit rester dans son contexte.
C'est une question de décence...

Mr. Green
.oOo.
Item, je donne et lègue à la fondation des filles de Nienna, ordre charitable cis en Caras Celairnen, au-delà des tours par-dessous les hauts reculés, la somme de deux milles couronnes, sous la condition que les sœurs de l’ordre prennent en apprentissage trois jeunes hobbites choisies chacune par mes filles Belladone, Donamire et Mirabelle.

Item, je renouvèle et concède à jamais à notre cher ami et plus grand protecteur, le magicien Gandalf le Gris, le droit d’aller et venir par la Comté et de nous conseiller. J’invite ici mes descendants à entendre et suivre ses judicieux conseils, tant dans l’opulence que dans le besoin. Le gîte et le couvert lui seront assurés par tous les descendants de mon corps cités dans le présent testament, tant au titre du devoir d’hospitalité qu’en déférence envers mon ami et conseiller.

Je nomme et élis mon épouse vénérée, Adamante Replet, qu’autrefois se nommait elle-même Avacuna, dépositaire de l’usufruit de tous mes autres biens, qui iront après son départ à nos descendants, suivant la coutume des tantièmes égaux, nonobstant l’exception du codicille déjà cité.

Pour exécuter et accomplir mon présent testament, je nomme et élis Maîtres Gratton, Fouille et Fouisse, que je prie d'en vouloir bien prendre la peine.

Je révoque tout autre testament ou codicille que je pourrais avoir fait avant celui-ci, auquel seul je m'arrête, comme étant mon intention et dernière volonté.

Puissent les cadeaux et recommandations concédés dans le présent testament, prouver à tous que le donateur est en pleine possession de ses moyens intellectuels !

À Bourg-de-Touque, au mitan de l’an Mille et trois cents et onze de la Datation de la Comté.
.oOo.
Fin
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  ~ Le Vieux Vinoble ~ * Daeron 1 1 890 16.09.2018, 00:55
Dernier message: Chiara Cadrich
  ♬ La chanson du Vieux Tobie ♬ * Daeron 2 2 624 08.10.2017, 11:57
Dernier message: Chiara Cadrich

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)