Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
~ Thuringwethil ~ *
#1
Une ombre plane au clair de lune,
Allant furtivement vers Angband
Vole en rase-motte sur la dune,
Pour son maître sans nul prébende.

Le froissement de ses grandes ailes
Provoque un sifflement dans les airs
Et ses griffes d'acier étincellent
Quand survole cette messagère.

Évitant scrupuleusement le jour,
Elle niche dans la plus haute tour
De la forteresse de Melkor.

Les carcasses de ses déjeuners,
Jonchent le pavage, exsanguinées
Et suçotées, ravivant son corps.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#2
C'est bien macabres j'aime Wink
Répondre
#3
Limpide de simplicité mais très évocateur !
Répondre
#4
Yeurk

Une illustration ne sera peut-être pas nécessaire : le tableau est déjà clair !
I. M.
For east or west all woods must fail...
Répondre
#5
Dommage, j'avais une idée d'après la dernière strophe !
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#6
[Image: dt7kXCS.jpg]
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#7
J'aime
C'est de qui ?
I. M.
For east or west all woods must fail...
Répondre
#8
un truc vite fait ce soir.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)