Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
~ La fin des sept Fils ~ *
#1
Approchez un peu mes confrères et consœurs !
Ce dernier texte me tient singulièrement à cœur.
Pour finir, je vais vous conter les tristes morts
Des sept fils de Nerdanel et Fëanor.

Le premier, casqué d'une chevelure de cuivre,
Devant montrer l'exemple, le mal il dû poursuivre.
Après tant d'aventure les Silmarils en main
Dans la crevasse, il périra sans lendemain.

Le deuxième, artiste à la voix enchanteresse
Suivi le premier tout au long de ses prouesses
Jusqu'à être témoin de sa culbute vaine ;
Chantant son mal, il erra comme une âme en peine.

Le troisième au physique de toute beauté
À Menegroth ,en Hrivë, sa vie fut ôté,
Dans la guerre elfes contre elfes des plus morbide,
De la main de Dior, lors d'une attaque sordide.

Le quatrième, à l'âme sombre et colérique
Et au faciès d'un rougeoiement atypique,
Eu le même destin que son prédécesseur
Combattant l'arme à la main en cachant ses peurs.

Bien que le cinquième fut un érudit
Et un linguiste auquel on donnait du crédit,
N'aurait-il sûrement pas dû suivre ses aînés
Mourant sous les coups qu'il lui fut asséné.

Le sixième et avant dernier de la fratrie,
Cherchant le Nauglamír, bien loin de sa patrie,
Aux Bouches du Sirion lors d'une ultime quête
Où sa mort, pour les siens, ne fut pas une fête.

Enfin, le dernier et jumeau du précédent,
S'élançant dans les batailles le mors aux dents,
Eu droit au même triste sort que son besson,
Tombant à ses côtés dans sa dernière mission.

Ils ont tous suivis le Serment de leur père,
Provoquant ainsi les plus atroces des guerres ;
Ces heures les plus sombres du peuple des Noldor,
Salirent cette terre, par le sang et ces morts.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#2
Bonsoir Daeron.

Tu nous rappeles que Tolkien a su écrire toute une histoire mythique, en transposant le péché originel.
Chez les fils de Fëanor, l'orgueil de respecter un serment n'a pas résisté au crime.
Répondre
#3
Pour finir mes écrits, je me devais de parler d'une fin. Et je me suis dit, pourquoi se cantonner à une seule alors qu'il y en a sept incontournables qui s'offrent à moi. Ça faisait un moment que j'avais ce projet, mais je n'avais pas encore travaillé dessus. Et je me suis dit que pour finir la série, ça serait un bon sujet.
Un sujet intéressant pour un centième et ultime texte posté le jour de mes quarante coranári, je vous le devais. Après, même si la forme et le style ne sont pas parfait, il y a pour moi une grande symbolique dans ce texte.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#4
Je ne suis pas experte, loin de la, mais je me suis, comme souvent, laissé porter par tes mots, du début jusqu'à la fin. J'aime bien ta façon d'écrire. Merci pour tous tes partages!
Répondre
#5
[Image: 7nNz4vv.jpg]

illustration pour ce texte
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Amroth Fils de la Lorien Imorn 0 3 037 30.11.2004, 14:14
Dernier message: Imorn
  [Parodie] Gimli ! Gimli ! Gimli ! (Le Nain fils de Glòin) Ciredorn 21 16 362 28.09.2003, 23:26
Dernier message: Belgarion

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)