Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
L'Unique et les Neuf
#1
Je poste ça ici, car j'ai le sentiment que ça pourrait donner naissance à un essai intéressant.

La question vient d'un fuseau de TolkienFrance :

- Sauron était-il en possession de son Anneau lorsqu'il fut emmené prisonnier à Númenor ?

L'Akallabêth dit que non :

Tolkien a écrit :But Sauron was not of mortal flesh, and though he was robbed now of that shape in which he had wrought so great an evil, so that he could never again appear fair to the eyes of Men, yet his spirit arose out of the deep and passed as a shadow and a black wind over the sea, and came back to Middle-earth and to Mordor that was his home. There he took up again his great Ring in Barad-dûr, and dwelt there, dark and silent, until he wrought himself a new guise, an image of malice and hatred made visible; and the Eye of Sauron the Terrible few could endure.

Mais la Lettre nº211 (approximativement contemporaine) dit que oui :

Tolkien a écrit :Sauron's personal ‘surrender’ was voluntary and cunning*: he got free transport to Númenor! He naturally had the One Ring, and so very soon dominated the minds and wills of most of the Númenóreans. (I do not think Ar-Pharazôn knew anything about the One Ring. The Elves kept the matter of the Rings very secret, as long as they could. [...] Though reduced to ‘a spirit of hatred borne on a dark wind’, I do not think one need boggle at this spirit carrying off the One Ring, upon which his power of dominating minds now largely depended.

- Les Neuf étaient-ils toujours en possession de leur propre Anneau lors de la guerre de l'Anneau ?

Dans le SdA, Gandalf affirme que oui :

Tolkien a écrit :Yet it is a ring. What then? The Nine the Nazgûl keep. The Seven are taken or destroyed.

Mais dans la lettre nº246, Tolkien semble dire que non :

Tolkien a écrit :I do not think they could have attacked him with violence, nor laid hold upon him or taken him captive; they would have obeyed or feigned to obey any minor commands of his that did not interfere with their errand — laid upon them by Sauron, who still through their nine rings (which he held) had primary control of their wills.

Bref, ces affirmations sont-elles absolument contradictoires ? Lesquelles doivent être considérées canoniques ? À quoi Sauron emploie-t-il les Sept ?

Et si les Neuf étaient au doigt des Nazgûl lors de l'attaque au gué de Bruinen, comment ont-ils ramené leurs anneaux en Mordor, vu qu'ils étaient décorporés ?
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#2
Tolkien a écrit :Mais Sauron n'était point fait de chair mortelle. Et bien qu'il fut dès lors privé de cette forme sous laquelle il avait accompli de si grands méfaits, de sorte qu'il ne put jamais plus paraître beau aux yeux des Hommes, malgré cela son esprit surgit des profondeurs et passa comme une ombre et un vent noir sur la mer, et regagna la Terre du Milieu et le Mordor, qui était son foyer. Là il recouvra son grand Anneau à Barad-dûr et il y demeura, sombre et silencieux, jusqu'à s'être donné une nouvelle forme, l'image même du mal et de la haine ; et rares étaient ceux à pouvoir soutenir l'Œil de Sauron le Terrible.

Tolkien a écrit :La « capitulation » personnelle de Sauron fut volontaire et rusée : on l'a emmené gratis à Númenor ! Il avait bien entendu l'Anneau Unique, et a très vite dominé les esprits et les volontés de la plupart des Númenóréens. (Je ne crois pas qu'Ar-Pharazôn savait quoi que ce soit au sujet de l'Anneau Unique. Les Elfes avaient gardé totalement secrète la question des Anneaux, aussi longtemps qu'ils l'ont pu. [...] Bien que Sauron soit réduit à « un esprit de pure haine, porté par un vent ténébreux », je ne crois pas qu'il y ait de quoi être surpris par cet esprit qui emporte l'Anneau Unique, dont dépendait alors en grande partie sa faculté de dominer les esprits.

Tolkien a écrit :Il s'agit toutefois d'un Anneau. Alors ? Les Neuf, les Nazgûl les gardent. Les Sept ont été pris ou détruits.

Tolkien a écrit :Je ne pense pas qu'ils l'auraient attaqué en employant la force, se seraient saisis de lui ou l'auraient fait prisonnier ; ils auraient obéi, ou feint d'obéir à ses ordres les moins importants qui n'auraient pas interféré avec leur mission — dont Sauron les avait chargés, lui qui possédait le contrôle premier sur leurs volontés par l'intermédiaire des neuf anneaux (qu'il tenait en son pouvoir).

Faut-il préciser que ce fastidieux exercice m'a ôté toute envie de débattre du sujet ? Rolling Eyes
The gods forgot they made me, so I forget them too
I listen to the shadows, I play among their graves
Répondre
#3
On peut faire un parallèle avec l'anneau de Galadriel, que seul Frodo voit mais pas Sam, preuve qu'un esprit assez puissant peut cacher son anneau à autrui, Sauron le premier. Il a donc largement pu apporter l'anneau avec lui à Numenor, aux yeux et à la barbe de Ar-Pharazon...

EDIT: Ah non, pas de barbe chez les Dunedain!! Laughing
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
#4
Donc Elendil, n'ayant pas vu d'Anneau au doigt de Sauron aurait cru qu'il ne le portait pas, tandis que Tolkien avait en fait l'intention de le lui faire porter ?

Mais quid des Nazgûl, dans ce cas ?
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#5
Je ne vois pas la contradiction avec Elendil. Confused

J'imagine que l'on peut concilier le fait que Sauron les détient et que les Nazgul les gardent en supposant ça : les Nazgul possèdent une version "spectrale" des anneaux qui les lient aux anneaux matériels que Sauron garde bien protégés...

Les Sept sont détruits et ceux qu'ils auraient récupérés ne lui servent à rien, d'ailleurs ils ne lui servaient déjà à rien avant qu'ils les récupèrent. Ou alors, il aurait l'intention de s'en resservir mais sur des Humains (Hobbits??).
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
#6
D'après le récit de Glóin au Conseil d'Elrond, Sauron comptait apparemment utiliser ceux des Sept qu'il a récupérés comme moyen d'acheter les Nains d'Erebor (mais bon, on sait ce que peut valoir une promesse de Sauron, Gorlim le premier).
The gods forgot they made me, so I forget them too
I listen to the shadows, I play among their graves
Répondre
#7
Elendil a écrit :- Sauron était-il en possession de son Anneau lorsqu'il fut emmené prisonnier à Númenor ?
L'anneau est un lien entre l'esprit de Sauron et la terre du milieu. Il l'a créé pour être lié à la terre qu'il veut dominer.
Selon moi, il ne lui est pas possible de porter son anneau lorsque qu'il perd son enveloppe corporelle. Le matérialisme est le revers de médaille de l'anneau. Même s'il est indestructible, il n'en reste pas moins un petit objet qui il peut être perdu, caché ...
Répondre
#8
Je viens de tomber sur un élément complémentaire dans PM, p. 230 :

Tolkien a écrit :The Ringwraiths stir once more. The chief of these, the wielders of the Nine Rings, becomes the Witch-king of the realm of Angmar in the North beyond Arnor, and makes war on the remnants of the Dúnedain.

Dans ce texte (qui fut soumis à l'éditeur et devait constituer l'App. B mais fut jugé trop long), Tolkien dit bien que les Spectres de l'Anneau sont « les porteurs des Neuf Anneaux ».

J'en conclus donc que si Sauron « détenait » (ou « tenait en son pouvoir » selon la traduction de Meneldur) les Neuf, c'est qu'il les contrôlait (comme il contrôlait l'Unique) mais pas nécessairement qu'il les avait en sa possession physique.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#9
Si de telles contradictions demeuraient, serait-ce si problématique ?

Il faut se souvenir que ce n´est pas Tolkien qui narre le SDA ou Akallabêth mais Frodo et Elendil. Ils sont bien capables de commettre des erreurs et de les transmettre. Gandalf, si savant soit-t-il, ne possède pas la connaissance infuse. De même, Elendil aurait pu (comme suggéré précédemment) mal interpréter sa propre expérience. Dans tout les cas, les affirmations de l´auteur prônent sur celles de ses narrateurs ou de ses personnages (même si on ignore, si la contradiction est intentionnelle ou non).

Mon explication est facile. Mais elle n´implique évidemment pas qu´on ne puisse pas résoudre ces contradictions dans le contenu même des récits (ce que vous n´avez pas manqué de faire).
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)