Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
"Lord of the Rings" en quenya
#1
J'ai découvert aujourd'hui qu'il existait deux traductions différentes de "Lord the Rings" en quenya. Il y a la plus connue, celle du DTS 54, Heru i·million, mais en mai 1973, dans une lettre à Philip Brown, il donne une seconde traduction : i Túrin i Cormaron.

Est-ce que les deux sont conciliables ?
Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Répondre
#2
À mon humble avis, oui, d'autant qu'il s'agit d'une production de Tolkien himself (non pas qu'il soit exempt d'erreurs). Il utilise simplement des synonymes pour exprimer une même idée, tout comme on peut traduire “Lord” par maître, seigneur, patron, etc. Je n'ai juste pas réussi à mettre la main sur le mot donnant million, mais c'est sans doute que j'ai mal cherché.
Répondre
#3
Heru i·million pourrait être traduite par « Seigneur/Maître des Joyaux », avec heru désignant celui qui possède, qui gouverne, qui règne (racine KHER). million est une forme génitive partitive plurielle (mi(r>)l-li-on) de míre « joyau, gemme, chose précieuse, trésor ».

La forme i Túrin i Cormaron me semble plus précise et intéressante. Le terme Túrin évoque également le « Seigneur/Maître » mais la racine TUR possède un sens différent : elle est notamment définie comme « dominer, maîtriser, conquérir » (PE17) ou encore mieux « pouvoir de domination, de seigneurie, contrôle d'autres esprits, maîtrise légitime ou non » (PE22). Cormaron est une forme génitive plurielle (corma-r-on) de corma dont la signification *« anneau » peut être assez aisément déduite.

J'aime particulièrement la notion d'illégitimité associée à Túrin. Cela nous ramène au célèbre héros tragique Túrin qui avait choisi comme surnom Turambar, le « Maître du Destin, maîtrisé par le Destin ».
Répondre
#4
Pas grand chose à rajouter aux commentaires de Lomelindë.

Les deux sont des essais de traduction, qui montrent que Tolkien réfléchissait d'abord en anglais avant de traduire en quenya. Les deux sont parfaitement compatibles avec le quenya du SdA, mais la seconde traduction est incontestablement plus précise.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)