Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
~ L'étendard funeste ~ *
#1
Il flotte tristement
Au gré des quatre vents
En bannière morbide
Créant en nous un vide.

Bras et jambe oscillant
Comme un pendule lent
Sous l'oeil des crebains
En meute de larbins.

Quel coup au moral,
Ce tableau théâtral,
Il n'y eu pire mort
Pour feu, Celebrimbor.


Pièces jointes Miniature(s)
   
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#2
J'ai toujours trouvé cette image particulièrement forte.

Cela vaut les pieux où le comte Dracul faisait empaler ses ennemis...

Bonsoir Daeron.

Une faute de frappe s'est glissée : Celebrimbor, non Celembrimbor.

Je me demande aussi pourquoi tu mets larbin au singulier ?

Cordialement,

Chiara.
Répondre
#3
Merci je corrige
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#4
Je l'imaginais, exposé, en signe d'intimidation, plutôt qu'en trophée. J'en ferai peut être une illustration si je trouve le temps.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#5
Illustration pour ce texte [EDIT modération : voir le premier message pour l'illustration Wink]
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#6
Belle illustration !

On ne peut échapper au symbole christique. Après tout, Celebrimbor est celui (l'un de ceux, son grand-père Fëanor également) qui souffrit pour tous les elfes, de voir son oeuvre dévoyée par le malin...

Je me demande si le grand œil était déjà la marque de Sauron au 2nd âge. En tout cas je n'en imagine pas d'autre.
Répondre
#7
J'ai évité la bras en croix pourtant ! J'aurai peut être dû le prendre par les pieds !
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#8
(31.10.2016, 19:40)Chiara Cadrich a écrit : Je me demande si le grand œil était déjà la marque de Sauron au 2nd âge. En tout cas je n'en imagine pas d'autre.

Je ne sais pas et j'en doute fort, mais je l'ai fait pour une meilleur lisibilité de l'illustration. En surfant sur Google image, c'est la bannière qui m'est paru la plus approchant de ce que j'imaginais (je l'ai trouvé sur un site anglophone). Après, je peux comprendre que ça provoque une levé de bouclier ; déjà par les libertés que je peux prendre dans mes écrits peut avoir le même effet. Je ne cherche pas à ranscrire avec exactitude l'oeuvre du Professeur, je ne fais que m'en inspirer et j'y prend du plaisir...En espérant vous faire plaisir aussi.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#9
Je trouve que ton idée dans ce dessin est très bonne. Dans le texte, quand Sauron se fait un étendard du corps de Celebrimbor, on se demande à quoi cela pourrait ressembler, et la manière dont tu le représentes me paraît concorder avec l'image que l'on peut s'en faire.

Pour le symbole christique, pourquoi pas, même si pour le coup Celebrimbor n'était pas un saint.

Pour l'Oeil de Sauron, il n'est pas attesté pour le Second Âge je crois, hormis par une note de Christopher Tolkien.
Répondre
#10
J'aime beaucoup le texte et le dessin. Beau travail Daeron Smile
Répondre
#11
Une très belle inspiration pour ce poème et ce dessin, Daeron : j'adore ! Smile

Ça me rappelle des souvenirs : j'avais joué une campagne full-elfes au Second Âge en JdR (il y a fort fort longtemps...) et la chute d'Ost-in-Edhil en était l'apothéose Wink
Répondre
#12
Poème publié sur le site de Tolkiendil.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)