Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
~ La plaidoirie de Lúthien ~ *
#1
« Un à un, je compte les jours qui s'égrainent
Depuis la mort de mon ami Beren.
Ô cher Mandos, je vous en saurai gré,
Si, ici-bas, vous nous le ramenez,
Je serai prête à tous les sacrifices
Que vous exigerez pour cet office.
J'irai jusqu'à me donner corps et âme
Et si vous faites honneur à votre fâme,
J'accepterai la pire des damnations ;
Je suis à votre entière disposition. »


Citation :« Sa robe était bleue comme un ciel sans nuages, ses yeux gris comme la lumière des étoiles, sa cape était semée de fleurs d'or et ses cheveux aussi noirs que les ombres du soir. » Le Silmarillion - Chapitre 19


[Image: luthien_daeron.jpg?w=250]
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#2
Voilà un chant bien désespéré. J'aime beaucoup. Publié sur le site de Tolkiendil.
Répondre
#3
Quelques coquilles sans importance :

- égrènent et non pas égrainent

- vous nous le ramenez et pas ramener

- à tous les sacrifices et non pas à tout

- fame ne prend pas d'accent circonflexe
Répondre
#4
Merci pour les remarques sur "tous" et "ramenez" que j'ai corrigé. Par contre sur "fâme" et "égrainer", il y a plusieurs orthographes possible et celles-ci sont bonnes.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#5
C'est vrai pour égrainer, même si égrener est généralement conseillé. Enfin, tu es tout à fait libre de préférer une orthographe à une autre, si tu trouves l'une plus esthétique !

Pour fame, je suis plus surpris. Etant donné que c'est un mot qui n'existe plus vraiment, j'ai consulté les attestations du mot dans les manuscrits médiévaux, et nulle trace de fâme (mais l'accent circonflexe n'existait pas encore) et surtout pas non plus de fasme. J'ai trouvé un faame, à la rigueur, mais c'était la seule variation notable (toutefois extrêmement minoritaire).

C'est d'autant plus étonnant que l'accent circonflexe dénote généralement l'élision d'un s étymologique, et ici fame est directement issu de fama, en latin, donc pas de s. Il se pourrait néanmoins que l'accent indique une plus grande ouverture de la bouche, donc une élongation du a, qui correspondrait à son dédoublement très occasionnel dans les textes.

En outre, après une petite recherche (je ne vais tout de même pas penser que j'ai forcément raison !), il se trouve qu'effectivement, fâme est écrit avec un accent dans les dictionnaires de l'Académie Française (en tout cas à partir de la quatrième édition, mais pas dans la première), ainsi que dans le Littré. Seulement, cet accent n'apparaît qu'une fois que le mot est déjà tombé en désuétude, et pour cette raison il me semble un peu suspect. Mais peu importe mon opinion, car c'est bien vrai, il est correct.

Donc, même si cet accent n'a pas vraiment de sens, là encore, tu es libre, et je m'incline ! Et je te remercie de m'avoir amené à en apprendre un peu plus !
Répondre
#6
Je te remercie en retour pour toutes ces explications. Ça fait plaisir de voir un amoureux de la langue française aussi passionné ! J'essaye de faire des efforts et c'est grâce à vous, correcteur, que j'avance. Mes textes sont loin d'être parfait, je le sais ; j'écris trop vite (moins d'une heure en général par texte), sans forcément me relire et sans prendre la peine de retravailler mes textes (sauf pour l'orthographe). Je ferai plus attention pour les prochaines fois mais je ne garantis rien.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#7
Je commente juste l'image en haut de fuseau, puisque sa page dédiée pointe ici.

Certains détails sont bons (les mains fines, le regard profond). Les proportions sont plutôt justes à ce qu'il me semble (du visage, des bras), mais quelque chose me gêne globalement, et à la réflexion, c'est l'absence d'épaules...

Le bras droit est ancré au cou directement, ce qui lui donne quelque chose de peu naturel - il devrait à mon sens être plus en arrière (i.e. déplacé vers la gauche du dessin), avec une épaule plus marquée. On devrait aussi entrevoir l'épaule gauche - l'enchaînement avec la poitrine serait ainsi peut-être plus harmonieux.
Du coup, évidemment, la poitrine devrait être retravaillée en conséquence avec le buste ainsi redessiné.

Un dernier détail, plus arbitraire : que les elfes aient des oreilles pointues, admettons, mais l'angle me paraît ici très prononcé, donnant à la belle Luthien une oreille trop saillante à mon goût, surtout dans cette masse de chevelure abondante.

Je ne sais pas si je suis très clair, aussi je me permets un rapide bidouillage minimaliste sous Gimp pour illustrer mes propos - simplement pour être constructif (et tout aussi critiquable, comme ça, histoire de m'apprendre à faire le malin Smile )

   

Outre les épaules revues et l'oreille réorientée, j'ai réduit un peu un sein, redessiné l'autre - mais c'est probablement très subjectif, selon le bonnet qu'on veut donner à la demoiselle Wink

Pour ce que cela vaut,
Amicalement.

D.
Répondre
#8
(J'avoue avoir hésité à créer un sujet séparé pour l'illustration me je trouvais plus sympa de remettre l'illustration dans son contexte, à défaut de le faire sur le site pour le moment.)
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#9
C'était juste un dessin vite fait au boulot (d'où les couleurs au stabilo). J'ai même hésité à le publier.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#10
Il valait le coup d'être publié Smile
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#11
(14.06.2016, 23:05)Zelphalya a écrit : (J'avoue avoir hésité à créer un sujet séparé pour l'illustration me je trouvais plus sympa de remettre l'illustration dans son contexte, à défaut de le faire sur le site pour le moment.)

Je ne m'en plaindrai pas : aller voir une illustration et avoir aussi un poème à lire en venant ici ensuite, c'est plutôt sympa Smile

(15.06.2016, 01:55)Dαεrοη a écrit : C'était juste un dessin vite fait au boulot (d'où les couleurs au stabilo). J'ai même hésité à le publier.

Comme je l'ai dit plus haut, j'aime beaucoup son visage (son regard) et le geste de ses mains -- ne serait-ce que pour ça, merci pour ce partage, même si tes autres illustrations sont plus abouties.

Amicalement,

D.
Répondre
#12
Je l'ai imaginé comme la première vision que Daeron a eu d'elle, telle une image indélébile incrustée dans son subconscient, qui revient sans cesse dès qu'il pense à elle.
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)