Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Réunion d'éléments - Aragorn, guerrier désarmé ?
#18
L'idée de Sam Sanglebuc me semble mériter d'être creusée en détail. Il existe certainement plusieurs lectures complémentaires de l'absence d'armes chez certains personnages.

Dans plusieurs cas, cela permet d'introduire une scène mémorable d'armement du personnage, qui consacre un changement de statut à l'issue d'aventures initiales et constitue un prélude à de nouvelles aventures, où il faudra inévitablement faire face à des situations plus dangereuses encore. C'est un ressort narratif bien connu et caractéristique de nombreux contes de fées. C'est vraisemblablement ainsi qu'il faut lire les scènes d'armement de Bilbo, de Thorin, de Frodo et de ses amis (avec la subtilité que Frodo se fait armer deux fois, ce qui le distingue justement des trois autres Hobbits, puis renonce à toute arme à la fin du roman).

Pour Aragorn, on peut penser que ce moteur scénaristique joue aussi, mais n'est peut-être pas la seule raison de son désarmement. Sam Sanglebuc a raison de souligner que les armes ont un statut ambivalent chez Tolkien. On peut à ce titre souligner la prémonition funeste de Melian au sujet de l'épée Anglachel, emportée par Beleg et plus tard utilisée par Turin, qui la fera reforger. L'épée peut être un signe d'héritage (cas d'Aragorn), mais rarement un signe d'élection, sauf dans le cas de Tuor, quand il découvre la panoplie d'armes laissées pour lui à Vinyamar par Turgon sur les directives d'Ulmo -- et dans ce cas, l'épée n'est qu'une partie d'une panoplie complète de guerrier (on peut d'ailleurs souligner que le rôle premier de Tuor est d'annoncer à Turgon que la guerre risque d'emporter sa belle cité, et qu'il est donc logique d'être vêtu en guerrier dans ce but).

De ce fait, il est effectivement judicieux de se demander pourquoi Tolkien donne un passé de guerrier à Aragorn, passé qui implique qu'il ait été correctement armé pour ensuite lui faire transporter uniquement une épée brisée dans son fourreau alors qu'il est à la recherche de quatre Hobbits mis en danger par l'Ennemi dans un pays qui retourne à la sauvagerie et comporte nombre de dangers. De mémoire, dans ce voyage, Aragorn n'est pas même armé d'un arc, ce qui est surprenant pour un grand voyageur ne pouvant guère compter que sur la chasse pour subsister loin des demeures des Hommes.

Il y a donc contradiction entre le statut pratique d'Aragorn en tant que Coureur et l'image qu'en donne Tolkien quand Aragorn rencontre les Hobbits. Or on ne retrouve pas cette contradiction chez les Hobbits, logiquement désarmés quand ils débutent leur aventure, puisqu'ils n'ont jamais été formés à la guerre et viennent d'un pays paisible où on ne trouve guère d'armes. Cette contradiction mérite donc d'être explorée plus en détail. A ce titre, le discours de Faramir, soulignant que la guerre n'était pas une fin en soi pour les Numenoréens de l'ancien temps mérite d'autant plus d'être sollicité que la conclusion du "Conte d'Aragorn et d'Arwen" fait dire à Aragorn, arrivé à la fin de sa vie, qu'il est le dernier des Numenoréens.

Est-ce le seul axe possible d'exploration ? Sans doute pas, mais c'est certainement un axe valable.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre


Messages dans ce sujet

Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Essais - Tragédie et Divine Comédie dans le Conte d’Aragorn et Arwen - Richard West Druss 2 5 873 22.10.2013, 13:46
Dernier message: aravanessë
  Essais - Aragorn, ou le souverain des royaumes réunifiés Druss 2 8 069 03.06.2009, 09:46
Dernier message: Elendil

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)