Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Réunion d'éléments - Aragorn, guerrier désarmé ?
#13
(02.05.2015, 09:09)sam sanglebuc a écrit : Je vais donc aborder maintenant ce que cette vision d'un Aragorn désarmé peut apporter à un lecteur partageant la Foi de JRRT.
(...) Faramir laisse entendre que le guerrier n'est pas une fin ultime. Ensuite je pense à Frodon qui est victorieux sans arme (sans occire Gollum avec Dard), puis au lien entre simple/ordinaire et noble/héroïque (L131), l'abnégation (L186, 43) dans les choix moraux. Aragorn n'utilise pas que son épée dans le combat face à Sauron. L'épée seule ne ferait que réveiller l'Ennemi (@ Taliesin: ma citation d'Elrond était mal utilisée).

Chez Tolkien, ce n'est pas l'arme ou l'absence d'arme qui, à mon avis, fait le Héros mais la noblesse, la grandeur du geste pour des motifs liés à l'Amour ou au Bien. Sam, selon les mots de Tolkien le véritable héros du SdA, accompli armé ce qui constitue sans doute le plus grand exploit épique du Troisième et peut-être également du Deuxième Age, en blessant et mettant en fuite Arachne (tenant pour acquis que le combat de Gandalf et du Balrog concerne deux immortels). Et bien entendu ce n'est pas uniquement pour ce geste qu'il gagne ce statut aux yeux de son créateur mais aussi parce qu'il "ne perd pas Frodon des yeux" et participe, avec une humilité jamais démentie, au succès de la mission pour des motifs plus complexes que l'anti-quête de la destruction de l'Unique.
Faramir est aussi un grand Capitaine et Guerrier bien que ses goûts le portent à d'autres matières et philosophie de vie. Il est un Guerrier par nécessité tandis que Boromir, le Guerrier par nature, trouve après quelques errements une mort héroïque l'épée à la main.
Eowyn accompli également un immense exploit, partiellement motivé par la vengeance, abattant le Roi-Sorcier d'Angmar, un geste d'une certaine manière prophétisé, avant de renoncer au statut de Vierge Guerrière.
Tous ces différents héros, jusqu'aux Ents assiégeant Orthanc, tiennent partiellement du Guerrier et Frodon est le seul personnage d'importance qui renonce à toute violence, à l'exception notable de Bombadil (mais il est assurément un cas particulièrement particulier!), mais pour le Hobbit ce sont aussi les choix d'un vaincu. D'une certaine manière, Frodon a perdu la Guerre de l'Anneau et aussi la Comté bien que paradoxalement il ait contribué d'une manière essentielle à la victoire. Ses blessures sont trop graves et très vite dans le roman ses éventuelles prétentions guerrières s'effacent jusqu'à disparaître totalement même au cours du Nettoyage de la Comté à l'issue duquel sa pitié pour Saroumane est un échec "pratique", ne lui valant qu'un compliment de l'Istar sur sa grandeur accrue, puisque assassiné par Grima la rédemption du Magicien est impossible. Et c'est un Frodon non héroïque, qui renonce au Glaive.
J'espère avoir montré dans ce cours texte, même maladroitement, combien le couple du Héros et de l'Arme chez Tolkien n'est pas une notion figée mais multiple et polysémique.

EDIT après relecture:

Au fond Frodon est envers et contre tout un Elu, un martyr qui une fois fait le choix ultime de porter l'Anneau vit le reste de l'aventure comme si ce choix fait à Fondcombe dépassait ensuite tout libre arbitre. Sa chute face au pouvoir de l'Anneau, face aux Crevasses du Destin (celui du Hobbit?), renforçant cette impression.
Dorées les feuilles tombent, mais le rêve se poursuit
Là où l'espoir demeure, les eaux chantent sous la nuit
Répondre


Messages dans ce sujet

Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Essais - Tragédie et Divine Comédie dans le Conte d’Aragorn et Arwen - Richard West Druss 2 5 871 22.10.2013, 13:46
Dernier message: aravanessë
  Essais - Aragorn, ou le souverain des royaumes réunifiés Druss 2 8 065 03.06.2009, 09:46
Dernier message: Elendil

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)