Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[Parution VO] Sir Gawain and the Green Knight with Pearl and Sir Orfeo
#1
À l'occasion de la sortie en édition Deluxe de ces textes, je créé un nouveau fuseau, histoire que l'on ait un endroit pour en discuter.

L'ouvrage est à paraître le 30 avril prochain et outre les trois textes du titre, il proposera en introduction la conférence de 1953 sur Sire Gauvain que Christopher Tolkien avait publié dans les Monstres et les critiques.

[Image: 9780008393625.jpg]

La fiche : https://www.tolkiendil.com/tolkien/bibli...earl_orfeo
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
#2
Je venais créer un fuseau pour l'occasion en pensant que pour une fois, j'avais eu l'information avant toi. Encore raté... Sifflote

Au-delà de l'excellente nouvelle de cette publication que l'on avait déjà préssenti avec la rumeur persistance, je suis ravi du choix graphique et je trouve la box superbe.
Répondre
#3
Apparemment, le texte serait imprimé en deux couleurs et illustré par un certain Bill Sanderson :
https://www.billsandersonart.com/gallery.php
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
#4
Il a illustré la Légende de Sigurd et Gudrún dans mon souvenir.

Edit :
Une petite interview de l'époque : http://www.tolkienlibrary.com/press/881-...erview.php
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#5
(20.02.2020, 15:19)Zelphalya a écrit : Edit :
Une petite interview de l'époque : http://www.tolkienlibrary.com/press/881-...erview.php

Je dirais même : https://www.tolkiendil.com/tolkien/portr..._sanderson
Razz
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
#6
Ah bah voilà pourquoi j'en ai entendu parler ^^
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#7
Double couleur pour le texte ?
Cela me rappelle une édition de prestige bien connue qui publie les livres dans leur langue originale (ici, le moyen anglais) mais également dans la langue de (ici, l'anglais). Tout cela est de bien bon augure Wink
Répondre
#8
A votre avis peut on espérer une traduction française?
Répondre
#9
J'avoue ne pas voir du tout l'intérêt d'une traduction française d'une traduction en anglais contemporain (même faite par Tolkien) de poèmes médiévaux en moyen anglais...

Pour "Sir Gawain", il existe déjà une traduction française d'Émile Pons, Sire Gauvain et le chevalier vert, poème anglais du XIVe siècle. Traduction avec le texte en regard, une introduction et des notes, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, 1946.

Pour "Sir Orfeo", l'étude de Marie-Thérèse Brouland, Le substrat celtique du lai breton anglais "Sir Orfeo" (Paris, Didier érudition, 1990) contient apparemment une traduction intégrale.

Je reconnais que cela semble être des éditions pas forcément faciles à trouver, et je ne saurais dire s'il en existe une pour Pearl. Cela dit, je trouverais plus intéressant une traduction des versions originales elles-mêmes par un spécialiste de l'anglais médiéval. Faudrait demander à Leo Carruthers. Wink
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#10
Pour Sire Gauvain, il y a aussi celle de Juliette Dor ; et pour Sire Orfeo, celle de Bertrand Bellet dans notre Arc et le Heaume hors-série n°1 (même s'il est temporairement épuisé).
What's the point of all this pedantry if you can't get a detail like this right?
Répondre
#11
Sir Orfeo a été récemment traduit par Lucie Kaempfer dans le volume Lais du Moyen Âge. Récits de Marie de France et d'autres auteurs (XIIe-XIIIe siècle), dirigé par Philippe Walter et paru dans la bibliothèque de la Pléiade en 2018.

Quant à Pearl, le texte est inédit à ce jour en français, mais je connais quelqu'un travaillant à la traduction de ce formidable poème, bien connu chez les anglicistes pour sa difficulté. 

Enfin, les deux traductions de SGGK sont excellentes chacune à leur manière, bien qu'elles soient quasi introuvables aujourd'hui. Il serait judicieux d'en proposer une nouvelle édition voire une traduction inédite. Mais là encore, quel ouvrage !
ᛘᛅᛚᚱᚢᚾᛅᚱ ᛋᚴᛅᛚᛏᚢ ᚴᚢᚾᛅ᛬
Répondre
#12
(11.05.2021, 16:59)Elendil a écrit : J'avoue ne pas voir du tout l'intérêt d'une traduction française d'une traduction en anglais contemporain (même faite par Tolkien) de poèmes médiévaux en moyen anglais...
Nous avons bien eu droit à une traduction française d’une traduction en anglais contemporain (faite par Tolkien) d’un poème médiéval en vieil anglais… Wink
Répondre
#13
J'avais émis la même objection. Wink

Au demeurant, dans le cas de Beowulf: A Translation and Commentary, il y avait du moins le commentaire qui méritait amplement d'être traduit, sans compter Sellic Spell ou The Lay of Beowulf.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#14
Pour graviter dans les sphères bewoulfiennes, je partage tout à fait le point de vue d'Elendil. Ce livre devait être traduit en français, pour tout ce qu'il y a autour de la propre traduction du poème par Tolkien. Ses commentaires sont riches en informations même si incomplets et rendus plus accessibles par Christopher - il existe des commentaires sur Beowulf par Tolkien à ce jour inédits rédigés par des étudiants du professeurs qui mériteraient d'être publiés -, et sa tentative de recouvrer un Beowulf à la manière des folkloristes renvoie à une bibliographie académique importante. Notre ami Éric Flieller en avait parlé ici avec justesse : https://www.tolkiendil.com/essais/person...llic_spell et j'ai repris cette matière d'une autre manière dans une notice à paraître dans un Dictionnaire du Conte aux éditions du CNRS avec maintes références (et en parlant un peu de Tolkien).

Je mentionnerai une anecdote en lien avec notre sujet : Beowulf a été traduit plusieurs fois en français, dont une fois, en 1937, depuis l'italien, par Federico Olivero - un grand nom des études anglaises médiévales d'alors, qui lui-même avait traduit du vieil anglais ! Ce travail, au demeurant excellent dans sa version italienne, avait critiqué à l'époque par Fernand Mossé - grand pontes de la germanistique en France - pour sa version française : « Il faut bien avouer qu'il est extrêmement difficile de faire passer dans une langue romane moderne, comme le français, la poésie d'une ancienne langue germanique. Mais ce n'est pas en traduisant en français une traduction italienne qu'on y parviendra. [...] On n'étonnera personne en disant que cette traduction manque de concision, qu'elle verse plutôt dans le délayage : que reste-t-il après cela de la mâle beauté du poème vieil-anglais ? » in Études Anglaises, janv. 1938, vol. 2, p. 42.

Je reviens également sur Pearl. La traduction française du poème est achevée. Le texte a trouvé son éditeur et sera présenté dans une édition bilingue, avec introduction et commentaires. La traduction a tiré grand profit de l'édition d'E.V. Gordon, un petit bijou de philologie. Indice : il faudra guetter du côté des Presses Universitaires de la Sorbonne Wink !
ᛘᛅᛚᚱᚢᚾᛅᚱ ᛋᚴᛅᛚᛏᚢ ᚴᚢᚾᛅ᛬
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)