Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le Chant d'Eärendil
01.10.2014, 11:32
Message : #1
Le Chant d'Eärendil
Bonjour,

l'idée de traduire un poème de Tolkien me trottait dans la tête depuis un moment et étant donné que Le Chant d'Eärdendil n'est présent qu'en version originale sur la section "Traductions" du site, c'est vers ce dernier que s'est porté mon choix.

Le travail de traduction, qui reste amateur, se veut plutôt littéral, bien qu'il prenne des libertés sur certains points, au gré de mon impression. Si vous avez des remarques, je serai heureux de discuter avec vous de tel ou tel choix. Par exemple, pour le fameux "Westernesse", j'ai simplement opté pour quelque chose qui me plaisait à l'oreille... Voici le texte :

Le Chant d'Eärendil

Eärendil était un marin,
qui demeurait en Arvernien;
des bois abattus dans Nimbrethil
il bâti un navire pour y voyager ;
sa voile il tissa dans l'argent le plus pur,
d'argent étaient faites ses lanternes,
il façonna sa proue à l'image d'un cygne
et la lumière sur ses bannières flottait.

Tout en armes de rois anciens,
d'anneaux enchainés il se couvrit;
son brillant bouclier était gravé de runes
pour parer toute blessure et tout mal ;
son arc était de corne de dragon,
ses flèches taillées dans l'ébène,
d'argent était son haubergeon.
Son fourreau était de calcédoine ;
son épée d'acier vaillante,
son heaume d'adamant s'élevait haut,
des plumes d'aigle sur son cimier,
sur sa poitrine une émeraude.

Dessous la lune et sous les étoiles
il s'égara, loin des grèves du nord,
fourvoyé sur des chemins enchantés
par delà les jours des terres mortelles.
Du crissement de la Glace Étroite
où l'ombre s'étend sur les collines gelées,
des chaleurs profondes et des landes brûlantes
il se détourna en hâte, errant encore,
sur des eaux sans étoiles, perdu dans le lointain
jusqu'à ce qu'il parvint à la Nuit de Néant;
il passa, et jamais ses yeux ne virent
la rive étincelante ni la lumière qu'il désirait.
Les vents de la colère vinrent l'emporter,
et il s'enfuit, aveugle, à travers l'écume,
d'ouest en est, sans but ni hérauts,
vers sa demeure il se hâtait.

Là, volante, Elwing vint à lui,
et la flamme dans la ténèbre fut allumée ;
Plus éclatant que la clarté du diamant
était le feu sur son carcan.
Du Silmaril elle le sertit
et de la vivante lumière le couronna
et lors, intrépide, le front ardent,
il tourna sa proue ; et dans la nuit
de l'Autre Monde, par delà la mer
où, forte et déchaînée, une tempête se leva
vent de puissance dans Tarmenel ;
par des chemins où les mortels ne vont guère
il porta son navire dans un souffle aussi mordant
que l'étreinte de la mort, avec peine,
sur des mers grises et de longtemps oubliées :
D'est en ouest il s'en alla.

À travers la Nuit Éternelle il fut ramené
sur de noires et grondantes vagues qui courraient
par delà des lieues éteintes et des rives effondrées,
noyées avant le commencement des Jours,
jusqu'à ce qu'il entendît, sur les plages de perles
où va finir le monde, la longue musique
où les flots toujours écumants roulent
l'or jaune et les joyaux pâles.
Il vit la Montagne s'élever silencieuse
où le crépuscule s'étend sur les genoux de Valinor
et Eldamar il vit, loin par delà les mers.
Un égaré échappé de la nuit
au havre blanc il parvint enfin,
à la Demeure elfique, verte et pure,
où l'air est vif, où pales comme le verre
derrière la Colline d'Ilmarin,
scintillantes dans une vallée claire,
les tours aux milles lampes de Tirion
miroitent sur le lac des Ombres.

Là il se défit de son errance,
et des mélodies lui furent enseignées,
et de vieux sages lui contèrent des merveilles
et des harpes d'or ils lui apportèrent.
Alors ils le vêtirent de blanc elfique
et envoyèrent devant lui sept lampes,
tandis qu'à travers Calacirian
dans le pays caché, esseulé, il se rendit.
Il vint aux halls immémoriaux
où, illustres, passent les années innombrables,
et où, sans fin, règne l'Ancien Roi
dans Ilmarin sur la haute Montagne;
et des mots inouïs furent alors prononcés
sur le peuple des Hommes et l'Elfe-race,
des visions d'au-delà du monde furent dévoilées,
interdites à ceux qui y demeurent.

Alors il bâtirent pour lui un navire neuf
de mithril et de verre elfique
à la proue brillante ; nulle rame élaguée,
nulle voile elle ne portait sur son mât d'argent :
le Simaril, pour brillante lanterne
et claire bannière, pour scintiller au loin
d'une flamme vivace fut placé là
par Elbereth qui elle-même vint en ce lieu
et des ailes immortelles pour lui elle tissa,
et étendit sur lui un destin que la mort n'atteint pas,
de naviguer sur les cieux sans rives pour parvenir
par delà le Soleil et la clarté de la Lune.

Des hautes collines d'Evereven
où doucement coulent les sources d'argent
ses ailes le portèrent, errante lumière,
par delà le puissant Mur de la Montagne.
Du Bout du Monde alors il se détourna,
et se languit à nouveau de retrouver au loin
sa maison, voyageant au milieu des ombres.
Et, brûlant comme une étoile sur une île,
haut par dessus la brume il s'éleva,
une flamme lointaine avant le Soleil,
une merveille avant le lever de l'aube
où, grises, courent les eaux de Norlande.

Et par dessus la Terre du Milieu il passa
et entendit enfin les larmes et la complainte
des femmes et des vierges elfiques
dans les Jours Anciens, les années de jadis.
Mais sur lui reposait un puissant destin :
de passer, étoile sur son orbe,
Jusqu'à ce que la Lune s'efface et ne s'attarde plus
sur les Rives d'Ici où vivent les mortels;
à jamais le héraut dont
l'errance est sans repos,
de porter au loin la lampe,
le Flammifer de l'Ouesternesse.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
15.11.2014, 05:26
Message : #2
RE: Le Chant d'Eärendil
Merci pour ce gros travail ! Je vais prendre le temps de le lire et de le publier sur le site au plus vite... Et je te présente mes excuses pour ne pas avoir réagi plus vite...

PS : Je n'entre pas dans la discussion concernant tes choix de traductions pour la bonne raison que je n'en ai pas forcément la compétence, et qu'en plus, je n'ai pas mes livres à disposition (et ne les aurais pas sous la main avant plusieurs mois...)
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Discussions apparemment similaires...
Discussion : Auteur Réponses : Affichages : Dernier message
  Chant d'un survivant Isabelle Morgil 7 537 04.10.2019 16:54
Dernier message: Isabelle Morgil
  Le chant de Sam * Chiara Cadrich 4 1 944 02.09.2018 16:25
Dernier message: nesseldè
  Le chant du coq * Isabelle Morgil 10 2 369 23.06.2018 10:44
Dernier message: Chiara Cadrich
  Le chant des conspirateurs Chiara Cadrich 0 942 26.03.2018 12:54
Dernier message: Chiara Cadrich
  ♬ Le Chant des belles ♬ * Daeron 10 3 432 26.01.2018 14:00
Dernier message: Tinakë
  ~ Le Chant de Uin ~ * Daeron 3 1 771 10.12.2017 13:59
Dernier message: Chiara Cadrich
  ~ Le chant du Kirinki ~ * Daeron 1 1 629 05.01.2017 11:22
Dernier message: Baradon
  ♬ La crainte de la Mordeuse ♬ (chant des survivants orques de la bataille d'Erebor) * Daeron 4 2 570 10.12.2016 23:08
Dernier message: Daeron
  ♬ Chant des nains pour l'Arkenstone ♬ * Daeron 5 3 041 26.11.2015 18:02
Dernier message: Baradon
  Chant à la Nimrodel Juliεη 1 3 421 22.05.2009 15:01
Dernier message: Arwen

Aller à :