Note de ce sujet :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Détestez vous vraiment Sauron ?
#1
Je me demandais si étais le seul a aimer Sauron... Ou du moins a ne pas le détester.

Je m'explique : Bien sure Sauron est le Grand Vilain du monde. Ce le personnage le plus méchant et maléfique de la Terre du Milieu (avec Morgoth) mais il y a quelque chose qui me plait chez lui ! Peut être son armure Noir, sa taille immense ou sa Masse d'arme terrifiante ou encore son Anneau magique MEGA maléfique.... Voila je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi personnellement je ne déteste pas Sauron comme beaucoup le font !!
Répondre
#2
L'impuissance dont il est victime/acteur tout au long de son existence m'inspire de la pitié.
Répondre
#3
Oui notamment dans le film au moment ou la tour de Bard-Dur s'effondre, on entend comme un cri de peur et d'agonie qui semble venir de Sauron. Ce cri m'a donne pitié.
Répondre
#4
Oui, sa fin est assez humaine, elle le met en face d'une peur terrible:

"L'ampleur de sa propre folie lui fut révélée en un éclair aveuglant et tous les stratagèmes de ses ennemis lui apparurent enfin à nu. Sa colère s'embrasa en un feu dévorant, mais sa peur s'éleva comme une vaste fumée noire pour l'étouffer. Car il connaissait le péril mortel où il était et le fil auquel son destin était maintenant suspendu.
Son esprit se libéra de toute sa politique (...). A son appel, virant avec un cri déchirant, volèrent en une dernière course désespérée les Nazgûl, les Esprits Servants de l'Anneau" (SdA VI, 3).

Il n'est pas évident de connaître plus avant le caractère de Sauron. Si l'on va plus loin que le Seigneur des Anneaux, on voit qu'il avait refusé par honte de revenir en Aman, et qu'il ne rejoignit les Ténèbres qu'à la faveur d'une "rechute" prévisible:

Citation :Quand le Thangorodrim fut mis en pièces et que Morgoth fut renversé, Sauron reprit son beau visage, jura obéissance à Eonwë, le héraut de Manwë, et abjura toutes ses mauvaises actions. Certains tiennent que ce ne fut pas mensongèrement, que Sauron avait réellement des remords, ne fût-ce que par peur, ayant été terrorisé par la chute de Morgoth et par l’immense colère des Seigneurs de l’Ouest. Mais Eonwë n’avait pas le pouvoir d’absoudre ses pairs, il ordonna à Sauron de rentrer au Pays d’Aman pour y subir le jugement de Manwë. Sauron fut humilié, ne voulut pas se présenter ainsi et se voir peut-être condamné par les Valar à une longue servitude en gage de sa bonne foi. Au départ d’Eonwë il se cacha sur les Terres du Milieu et retomba dans le mal tant les liens étaient solides dont Morgoth l’avait chargés.
Silm., Les Anneaux de Pouvoir

Globalement, son personnage se rapproche assez de celui de Saroumane, aux traits psychologiques assez semblables (orgueil et volonté de domination) et à son histoire qui fait écho à celle de Sauron.
Répondre
#5
(18.10.2013, 16:42)Tikidiki a écrit : Globalement, son personnage se rapproche assez de celui de Saroumane, aux traits psychologiques assez semblables (orgueil et volonté de domination) et à son histoire qui fait écho à celle de Sauron.

...et celle de Grima fait écho à celle de Saroumane Wink dans une cascade temporelle de plus en plus rapide qui va de Morgoth et des origines du monde à Langue-de-Serpent et au crépuscule du troisème âge.
Dorées les feuilles tombent, mais le rêve se poursuit
Là où l'espoir demeure, les eaux chantent sous la nuit
Répondre
#6
Je trouve difficile d'aimer ou de détester un personnage aussi lointain que Sauron qui peut s'apparenter à un dieu sans avoir, par exemple, les traits si humains des dieux grecs. Si il n'y avait les quelques rares erreurs d'appréciation de la stratégie de ses adversaires qu'il a commises (et errare humanum est) ou le paragraphe cité plus haut où pour lui, au dernier moment, tout s'éclaire, ou enfin la peur qui l'a empêché de se rendre à Valinor après la chute du Thangorodrim, il n'y aurait rien pour le rendre proche de nous au point d'inspirer un sentiment. Il est plus simple d'avoir pitié de, ou d'avoir de la sympathie pour Saroumane, Gollum ou Grima voire pour les orcs regrettant les pillages libres du bon vieux temps! En fait je ne peux l'aimer ou le détester parce que son libre-arbitre l'a depuis longtemps abandonné.
Dorées les feuilles tombent, mais le rêve se poursuit
Là où l'espoir demeure, les eaux chantent sous la nuit
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)