Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Quenya entique ?
#1
Lorsque Barbebois s'adresse à Galadriel et Celeborn, il dit: "A vanimar, vanimálion nostari", avec un [a] long.

Or dans la déclinaison de cirya dans la lettre à Plotz, le génitif pluriel est avec avec un [a] bref : ciryalion.

Qu'est-ce qui explique cette différence ?
Anar kaluva tielyanna
Répondre
#2
Rien à voir avec une éventuelle prononciation entique. Il s'agit de ce qu'on appelle habituellement l'allongement prosodique du quenya. Il a pour effet d’allonger la voyelle finale du mot en question, ce qui permet de mieux marquer la frontière entre ce radical et le suffixe ou la désinence.

Conditions du déclenchement :
  • Suffixe ou désinence ajouté à un mot d’au moins trois syllabes
  • Le suffixe ou la désinence ajoute au moins une syllabe brève à ce mot
  • Après suffixation, le mot se terminerait par trois syllabes brèves
  • La voyelle finale du mot d’origine et la voyelle du suffixe ou de la désinence sont séparées par une unique consonne

Il est facile de voir que toutes ces conditions sont remplies pour vanimálion, mais que ce n'est pas le cas pour ciryalion, puisque le nom cirya est dissyllabique.

Nota 1 : Le mot en question peut déjà avoir été suffixé une première fois. Ainsi cet allongement s'observe dans ciryalínen, car cette fois ciryali est trisyllabique. A noter que cela ne fonctionne toujours pas pour ciryalion, car le suffixe génitif pluriel n'est pas séparé de ce qui précède par une unique consonne.

Nota 2 : Cet allongement fonctionne aussi pour les noms composés, comme Cuiviénen. Là où ça devient amusant, c'est que les Ents semblent précisément ne pas employer d'allongement prosodique dans ce cas, vu qu'on a Tasarinan et Nan-tasarion là où on s'attendrait à **Tasarínan, **Nantasárion. Alternativement, ce pourrait être une erreur de transcription de Merry ou Pippin, mais Tolkien ne mentionne rien de tel pour les passages où ces noms sont prononcés (encore qu'en PE 17, p 81, on ait bien taþā̆ri- < √TAÞAR, ce qui semble sous-entendre que le second a de taþā̆ri- puisse devenir long dans certaines conditions, donc -- logiquement -- lorsqu'il est suivi d'un suffixe supplémentaire).

E.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#3
Je me doutais qu'Elendil saurai répondre de façon claire.

Merci.
Anar kaluva tielyanna
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
Flèche [Commentaires] Article de Helge Fauskanger sur l'entique Elendil 0 13 496 26.05.2009, 09:38
Dernier message: Elendil

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)