Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le discours de Morgoth à Húrin
#1
Pour commémorer un an de guerre à nos portes et les centaines de milliers de victimes du conflit, voici un texte qui me semble de circonstance : le discours qu'aurait pu tenir Morgoth à Húrin lorsque celui-ci fut ramené prisonnier à Angband. Je crois qu'il est de circonstances. Inutile d'y ajouter la réponse de Húrin : elle figure dans les CdH.

.oOo.
-- Húrin Thalion ! Húrin l’Inébranlable ! Tu avais hâte de parvenir ici, sois donc le bienvenu. Tu voulais un trône pour ton fils, je crois ? Le tien est déjà prêt. De là, tu domineras la terre entière. Prends place !

-- Te voilà à ton aise. Vois les corps de tes compagnons entassés sur la plaine. Entends les cris des prisonniers sous tes pieds. Hume les effluves de peur qui se répandent au loin. Touche du doigt la pierre froide sur laquelle se sont brisés tes rêves. Et goûte, oui goûte à mon triomphe, au triomphe du prince de ce monde. Par deux fois déjà, j’ai vaincu les Elfes. Toute l’aide que vous avez pu leur apporter a autant pesé que des feuilles mortes dans le vent. Bientôt mes derniers adversaires se courberont devant moi pour m’appeler “Maître”. Déjà Hithlum est tombée sous mon ombre. Tandis que tu t’obstinais à défendre une couronne déjà condamnée, mes fidèles serviteurs pénétraient à Dor-lómin. Ils ont été les seuls à répondre aux échos des cris des femmes qui demandaient où étaient leurs maris. Tu as été bien imprévoyant et ta femme bien orgueilleuse ! Elle attend toujours ton retour avec ses enfants. Mais peut-être a-t-elle raison, songe-y, peut-être pourrais-tu revenir ? Non, pas en fugitif, tu t’en doutes. Tu sais bien que personne ne viendra à ton secours et que ceux qui auraient pu le faire voient désormais leurs os blanchir au milieu des cendres. Non, mais revenir en seigneur, qui sait ? Et pourquoi pas à la tête d’un peuple aussi nombreux que le tien l’était jadis ? Il faudra un chef pour administrer ces terres en mon nom. Il est vrai que je les ai promises aux hommes qui m’ont débarrassé de Maedhros. Toutefois, leurs chefs ont péri dans l’affaire et il va falloir les guider, mettre de l’ordre, organiser un partage équitable, un partage que tu pourrais arbitrer, oui. Qui oserait contester les décisions du premier capitaine de mes armées ? Tu n’as qu’à incliner la tête pour me signifier ton assentiment. Et me dire un mot, un nom, un lieu. Ai-je besoin de dire lequel ? Ton frère est mort et tu n’auras pas à partager la récompense avec lui. Alors parle. Que dis-je, contente-toi d’y songer. Le reste me regarde.

-- Tu ne dis rien ? Tu ne me crois pas ? Tu as tort. Si tu ne veux pas de récompense pour toi, pense à ta famille. Tu pourrais l’emmener où bon te sembles, oui. Même chez les elfes, si tu crois qu’ils t’accueilleraient, maintenant que tu as perdu toute valeur à leurs yeux. Car je te le dis‌ : tu t’es laissé manipuler. Tu crois connaître les desseins de Turgon et tu juges noble de les taire. Mais penses-tu vraiment que ce roitelet se soucie de ton sort ? Il t’a abandonné derrière lui pour se tapir dans sa tanière comme un blaireau. Il compte bien y rester jusqu’à ce que tes enfants soient morts dans les chaînes. Ne vois-tu pas ta femme, tout là-bas, qui regarde en ce moment même dans ta direction, sans savoir que tu la contemples en retour grâce à mon pouvoir, plus loin que les yeux des elfes ne sauraient porter ? Tu étais fier de la nommer Eledhwen, Lustre des Elfes. Veux-tu qu'elle soit bientôt réduite à lustrer les chausses des nouveaux arrivants ? L’imagines-tu mendiante, les dents brisées, le dos cassé par la vieillesse, mourir seule adossée à un roc, le long d’un chemin, méprisée de tous ? Tu peux l’empêcher, oui. Il est encore temps. Le prix n’est pas cher payé.

-- Tu te tais donc ? Sache que nul ne me résiste qui ne s’en repente amèrement. Tu ne crains pas la mort, je le sais. Crains plutôt la vie, si tu encours ma colère. Sans quoi tu sauras bientôt que le sort de Gelmir était miséricordieux en comparaison de celui qui t’attend.

.oOo.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#2
Bravo !
Un style plein de force, un discours lardé de perfidies...
Répondre
#3
Je te remercie et je suis content qu'il t'ait plu. Je dois dire qu'il m'est venu quasiment d'une traite et sans guère de modifications. Je voulais qu'il corresponde étroitement au dialogue qui suit dans les EdH et qu'il annonce en même temps le sort de Morwen, de manière à justifier d'autant mieux la folie vengeresse qui saisit Húrin dans les Wanderings.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#4
c'est bien écrit et évocateur, mais j'ai un doute sur le 'tu ne dis rien' et le 'tu te tais'. En effet, il me semble que dans le Silmarilion il est dit (de mémoire) "Hurin lui tint tête et le couvrit de quolibets"
Répondre
#5
Les quolibets de Hurin arrivent juste après Wink
Il ne faut jamais interrompre le monologue du méchant.

Très beau texte, Elendil, avec des échos pleins d'une terrible actualité.

I.
Répondre
#6
De fait, pour moi viendrait immédiatement après la réplique de Húrin dans les EdH :

J.R.R. Tolkien a écrit :Aveugle es-tu, Morgoth Bauglir, et aveugle tu seras toujours, n’entrevoyant que les ténèbres. Tu ne sais pas ce qui gouverne les cœurs des Hommes, et le sachant, tu ne pourrais le donner. Mais bien fou qui se fierait à ce qu’offre Morgoth. Tu t’approprierais d’abord le prix, et ensuite faillirais à ta promesse ; et je ne gagnerais qu’une mort certaine, à te dire ce que tu me demandes.

Et les échanges qui suivent sont de la même veine.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#7
Le double discours de Grand Ennemi, hélas! Heureusement que ce n'est que de la Fantasy. ;-D
Bladorthin
"Et puis, bien sûr, je compose quelques chansons. Ils les chantent à l'occasion, uniquement pour me faire plaisir, je pense..." (SdA, II,1)
Chaine Youtube: le Hobbit chanté en français
Répondre
#8
Bravo pour ce beau texte qui correspond tout à fait à l'esprit et au style attendus par rapport à un telle scène ! (Si d'aucuns pouvaient en prendre de la graine dans telle ou telle œuvre dérivée...)
Répondre
#9
Je suis décidément très content que le style vous semble adéquat.

Dans un tout autre genre, j'ai imaginé une ballade que des Orques auraient pu chanter en amenant Húrin jusqu'au siège où il fut enchaîné, sur le modèle de la chanson des Gobelins dans le Hobbit, histoire de faire contrepoint avec le sérieux de la scène qui suit :

Citation :Gling, glang, la chaîne d’acier sonne,
Geins, tremble, avance donc gros porc !
Clac, clac, le fouet siffle et talonne !
Dans les prisons, pas de confort,
Au fond des mines, un peu d’effort !
Oui, les mauviettes vont apprendre :
Bim, bam, on cogne, on griffe, on mord !
Le maître n’aime pas attendre !

Boum, boum, l’orage ici résonne :
C’est lui ! Oui, jamais il ne dort !
Crac, crac, il pleut, il grêle, il tonne !
En bas le feu, en haut la mort :
Thangorodrim, loin dans le Nord !
Là-haut ! Dans le froid et la cendre,
Longtemps, tu vas rester dehors !
Le maître n’aime pas attendre !

Ho-hisse, on fait ce qu’il ordonne,
Allez ! Ça manque de ressort !
Bang, bang, le marteau qui résonne !
Attache-lui le bas du corps,
Tire la chaîne et serre encore ;
S’il remue, casse-lui les membres !
C’est bon, c’est prêt, vite au rapport !
Le maître n’aime pas attendre !

Esclave, tu te croyais fort,
Ah ! ah ! Tu vas bientôt comprendre,
Meurt, crève, oh oui c’est là ton sort !
Le maître n’aime pas attendre !

Je me demande bien ce que vous en penserez. Wink
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#10
J'adore Smile .

Je ne suis pas expert en poésie mais rien qu'à la lecture, l'humour "hobbitique" et la musicalité de la chanson sont très plaisants.

Je n'avais pas encore réagi sur le discours de Morgoth, mais je peux te dire que cela me fait peur  Shocked N'y aurait-il pas pas une part sombre en toi  Laughing ?
Anar kaluva tielyanna
Répondre
#11
Joli pastiche de cette chanson... Mais je m'interroge sur sa place dans la tragédie de Hùrin, non que je n'apprécie pas le mélange des genres, mais même dans le Seigneur des Anneaux, j'ai du mal à imaginer les Uruk-Hai chanter en enlevant Merry et Pippin...  Rankin et Bass n'ont pas hésité, eux... Laughing
Bladorthin
"Et puis, bien sûr, je compose quelques chansons. Ils les chantent à l'occasion, uniquement pour me faire plaisir, je pense..." (SdA, II,1)
Chaine Youtube: le Hobbit chanté en français
Répondre
#12
(04.03.2023, 18:47)Aikanáro a écrit : Je ne suis pas expert en poésie mais rien qu'à la lecture, l'humour "hobbitique" et la musicalité de la chanson sont très plaisants.

Même avec des guillemets, je ne pense pas que les Hobbits descendent à ce niveau de vulgarité, du moins j'espère.

(06.03.2023, 10:22)Bladorthin a écrit : Joli plagiat de cette chanson... Mais je m'interroge sur sa place dans la tragédie de Hùrin, non que je n'apprécie pas le mélange des genres, mais même dans le Seigneur des Anneaux, j'ai du mal à imaginer les Uruk-Hai chanter en enlevant Merry et Pippin...  Rankin et Bass n'ont pas hésité, eux... Laughing

Vu que les mots ont leur importance, non, ce n'est pas un plagiat. A l'extrême rigueur une parodie, quoique il ne s'agisse pas de tourner en dérision ladite chanson, très réussie à mon goût. Cela dit, c'est en effet la v.o. de celle-ci qui est ma source d'inspiration principale, même si j'ai adopté un cadre formel beaucoup plus rigide. Et j'avoue volontiers que la chanson "Where There's A Whip, There's A Way" de Rankin-Bass y est aussi pour quelque chose. Wink

Quant à savoir si c'est adéquat, on peut en effet en discuter. Il y a certainement un choix artistique de la part de Tolkien de ne pas faire chanter les Orques dans le SdA, ou, plus exactement, de ne pas mettre en scène leurs chants. Car chants il y a, tant chez les Uruk-hai avant l'assaut du Hornburg, que chez les Orques de Cirith Ungol après avoir capturé Frodo, si l'on en croit le récit. Ce choix introduit une distinction entre les Peuples Libres, que l'on voit tous chanter, et leurs ennemis, qui sont silencieux (le Balrog), s'expriment par cris (les Nazgûl) ou dans des langues qu'on ne comprend pas et dont seules des bribes sont rapportées.

Cela dit, il y a aussi une distinction plus subtile, je pense, car les Orques semblent ne chanter que lorsqu'ils exultent avant un combat qu'ils pensent gagné d'avance ou après une victoire remportée, alors que les occasions de chant des Peuples Libres sont infiniment plus diverses. Dans les deux cas où les Orques sont mis en scène de manière prolongée, à savoir l'enlèvement de Merry et Pippin et la colonne où Frodo et Sam se trouvent incorporés de force, la joie n'est pas de mise : dans le premier cas, les Orques ont beau avoir tué Boromir et enlevé les deux Hobbits, ils sont pressés de ramener leur butin et inquiets d'être rattrapés par les cavaliers du Rohan (sans parler de leurs dissensions internes). Dans le second, ce sont des Orques menés de force vers un combat qu'ils appréhendent par des Uruk-hai qui les méprisent. L'absence de chant s'explique donc aussi de manière interne.

Pour ma part, j'ai jugé que des Orques tenant Húrin enchaîné pourraient très bien avoir envie de chanter pour se moquer de lui, quand bien même Tolkien n'aurait pas forcément jugé adéquat de mettre en scène un tel chant avant la confrontation avec Morgoth. Et de fait, dans le cadre du Narn romanesque, je pense qu'il a bien fait. Pour ma part, je ne m'estime pas lié par ses contraintes artistiques, vu qu'il s'agit essentiellement d'un exercice de style sans finalité bien définie à ce stade. D'ailleurs, je me demande bien si Tolkien fait chanter les Orques dans le Lai des Enfants de Húrin ou dans le Lai de Leithian. Je ne m'en souviens plus et je n'ai pas (encore) pris le temps de vérifier.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#13
(06.03.2023, 12:12)Elendil a écrit :
(04.03.2023, 18:47)Aikanáro a écrit : Je ne suis pas expert en poésie mais rien qu'à la lecture, l'humour "hobbitique" et la musicalité de la chanson sont très plaisants.

Même avec des guillemets, je ne pense pas que les Hobbits descendent à ce niveau de vulgarité, du moins j'espère.

J'aurais dû dire "orquien" Wink
Anar kaluva tielyanna
Répondre
#14
Et moi j'aurais dû dire pastiche au lieu de plagiat. Toutes mes excuses : j'ai réédité le message. Encore bravo !
Bladorthin
"Et puis, bien sûr, je compose quelques chansons. Ils les chantent à l'occasion, uniquement pour me faire plaisir, je pense..." (SdA, II,1)
Chaine Youtube: le Hobbit chanté en français
Répondre
#15
Pastiche, oui, tout à fait. Smile

E.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#16
Bravo Elendil ! Le discours de Morgoth a le mélange de grandeur et de malice qu'il faut, et j'ai bien apprécié le contraste avec la cruauté brute et railleuse de la chanson orque. Assurément, cette chanson n'aurait pas eu sa place dans l'écriture du Narn, dont le style est constamment héroïque et nerveux à l'extrême : elle aurait produit une chute de tension immédiate par l'ironie qu'elle introduit. Mais lire les deux à la suite produit un effet de chute de l'écrasant au sordide qui est terriblement approprié à la situation que ces textes commémorent. Cela fonctionnerait très bien dans une mise en scène !
Le langage a à la fois renforcé l'imagination et a été libéré par elle. Qui saura dire si l'adjectif libre a créé des images belles et bizarres ou si l'adjectif a été libéré par de belles et étranges images de l'esprit ? - J. R. R. Tolkien, Un vice secret
Répondre
#17
Très sympa, et j'aime particulièrement la chanson des Orques ! Comme Corchalad, j'imagine qu'elle aurait sans doute cassé le ton dramatique et passablement sombre du récit tel qu'il est raconté mais, indépendamment, c'est excellent Smile
Répondre


Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  ~ La dernière marche de Húrin ~* Daeron 1 2 758 17.11.2019, 19:20
Dernier message: Chiara Cadrich
  ~ Ode à Morgoth ~ * Daeron 3 5 005 26.11.2015, 16:57
Dernier message: Baradon
  Morgoth Lilith 11 15 897 06.01.2008, 15:24
Dernier message: Thrain
  Discours de Grima divitiac 1 5 226 01.08.2004, 02:32
Dernier message: Lilith
  chant de hùrin Galadhilmë 3 9 851 07.04.2004, 23:13
Dernier message: Tuor
  Prose (Morgoth) Lilith 3 6 890 05.04.2003, 18:21
Dernier message: amarthdin

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)