Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Petit conte de Noël *
#1
Adar Nostomereth


.oOo.

Joyeux Noël à tous !
Après de nombreuses années de recherche, voici révélée, cher lecteur, la véritable origine de la légende du Père Noël.
Vous l'avez deviné, cela se passait en Terre du Milieu...

.oOo.
Quelque part dans la Comté, au cours du Long Hiver 2911-2912 de sinistre mémoire…

- Hue dia, mon Pâquier ! Hardi, mon Cabochon !

La charrette grinçait douloureusement dans le vent mugissant. Josso fouettait son attelage bancal avec angoisse devant les amoncellements de neige qui obstruaient le chemin. L’âne et le bœuf faisaient de leur mieux, mais peinaient à trainer la carriole surchargée.

L’aîné des fils poussait courageusement à la roue, même si les congères lui montaient déjà à l’épaule.
- Nous n’aurions jamais dû quitter notre trou dans ces conditions, se dit Josso.
Pourtant son épouse, inspirée par quelque songe impérieux, avait insisté pour rejoindre les grands smials des Touque avant la naissance qu’ils attendaient. Quelle folie…

Le froid vif colorait ses joues de carmin, mais ses mèches brunes ployaient sous le givre. Josso se composa un visage volontaire et optimiste pour jeter un coup d’œil sous la bâche de la carriole. Ses deux filles soutenaient son épouse, alitée sur un ballot de paille, tandis que son benjamin surveillait et alimentait un petit poële de fonte.

Josso fouetta de plus belle, obtenant un admirable coup de collier de son attelage, si dévoué mais tellement inadapté… Le vent mollit quelque peu, mais la neige tomba d’autant plus drue en flocons gras. La route et le pays des collines vertes, méconnaissables, disparaissaient lentement sous un épais linceul blême et uniforme, qui en gommait tous les riants appâts et les moindres points de repère.

Soudain un cri de terreur étouffé retentit sous la bâche. Le visage apeuré de la cadette apparut à l’avant et bredouilla, les lèvres un peu tremblantes :
- Maman a perdu les eaux !

Notre hobbit perdit soudain ce teint rose qui avait fait son succès dans sa jeunesse. Il avait fait face à bien des situations périlleuses ou contrariantes, mais cette expédition s’avérait au-dessus de ses forces…
- … Nous arrivons bientôt ! lança-t-il avec le peu de conviction qui lui restait.
Mais le regard inquiet qu’il lança à son ainé arc-bouté sur la roue, démentait le ton décidé de son mensonge…

C’est alors que les rafales de vent s’élevèrent à nouveau, où s’entrelaçaient de longs hurlements qui glaçaient le sang. Père et fils s’entre-regardèrent avec effroi.

Des paires d’yeux oblongs apparurent çà et là, luisant d’une flamme mauvaise et fixant la carriole pétrifiée. Puis des silhouettes grises se coulèrent en silence dans le brouillard blanc, souples et menaçantes…
.oOo.
L’on ne sait d’où il était tombé.

Armés de leurs fourches, Josso et son aîné Bosso, acculés près de leur attelage pris de peur panique, repoussaient avec l’énergie du désespoir, les lâches assauts de la meute.

On avait juste entendu un petit air de clochettes, et en un éclair, sa haute silhouette avait foudroyé le meneur, un loup blanc vif et vicieux, qui roulait des yeux fous et bavait une épaisse écume de sang noir. Puis son épée avait traversé de part en part la gorge d’un énorme mâtin hérissé de poils gris.

Alors bientôt la peur avait changé de camp. Deux louves ardentes se firent roussir la pelisse et s’enfuirent sous le couvert de la forêt, vaste masse fantomatique d’où émergeaient de mornes ramures givrées. La meute se débanda, poussant de petits cris plaintifs.

Josso et Bosso, tout étonnés d’être encore en vie, dévisagèrent le nouveau venu. La crosse de son bâton fumait encore, comme leur sauveur s’avançait, trainant dans la neige une longue caisse de bois frappée de la rune « G ». Cela évoqua des souvenirs lointains aux deux hobbits interloqués, pour qui la réputation d’un vieillard grisonnant, spécialiste des feux d’artifice, était vaguement familière.

Retirant son chapeau au large bord, le vieillard sourit d’un air engageant, mais le courroux du combat se lisait encore dans son regard de braise. En dehors de son bâton de magicien et de sa grande épée flamboyante, il avait tout l’air d’un grand-père affable des Grandes Gens, drapé dans son large manteau gris.

Mais les hobbits furent brutalement tirés de leur contemplation hébétée :
- Popa, sanglota une petite voix larmoyante à l’arrière de la carriole.
Père et frère se précipitèrent au secours de la cadette. Ils la découvrirent postée devant l’auvent qu’elle avait défendu, ruisselante de sang.
.oOo.
Répondre


Messages dans ce sujet
Petit conte de Noël * - par Chiara Cadrich - 31.12.2017, 12:37

Sujets apparemment similaires…
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  ~ Alqualondë au petit matin ~* Daeron 1 3 015 31.03.2019, 01:39
Dernier message: Chiara Cadrich
  Le petit prince du fournil Chiara Cadrich 6 5 475 01.03.2019, 07:55
Dernier message: sam sanglebuc
  petit exercice poètique (La Mort de Boromir) Fëagond 8 10 921 11.01.2018, 01:02
Dernier message: Isabelle Morgil
  Les voeux de Noël de Dαεroη Daeron 7 7 141 29.12.2017, 11:32
Dernier message: Agmar
  Le conte de Círdan le charpentier des navires [Fanfiction] Re-Van 6 10 025 16.12.2011, 23:17
Dernier message: Arwen
  Petit Poème pour Mirkwood Cricri 2 4 864 19.09.2004, 10:14
Dernier message: Erwine
  Poème (petit brin de lassitude) Fëagond 8 15 874 22.01.2003, 11:41
Dernier message: [-Nenya-]

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)