Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Présentation d'usage
#1
Bonjour,

Je me présente : j'ai découvert l'association Tolkiendil à travers les séances du séminaire Tolkien à l'ENS, où j'effectue une thèse de physique théorique sur la modélisation des évolutions linguistiques.

Passionné des épopées en général (l'Eneide, le Kalevala, le Roland Furieux, etc., et Beowulf, évidemment), ainsi que de tout ce qui a trait à la science-fiction et à la fantasy, mon intérêt pour Tolkien, à l'intersection de ces deux grands ensembles, découle de manière évidente. Comme beaucoup, j'ai découvert Tolkien via la sortie des films de Peter Jackson, qui m'ont poussé à lire les livres avant d'aller les voir (si bien que dans une perspective inverse, on pourrait dire aussi que c'est la découverte de Tolkien qui m'a donné et le goût de l'épopée et celui de la fantasy).

Je me suis récemment lancé dans la lecture de l'Histoire de la Terre du Milieu, en commençant par le quatrième tome (que j'avais sous la main), mais ma connaissance du corpus tolkienien est encore très fragile. J'espère pouvoir en apprendre plus au fil des discussions.

Il me semble en avoir assez dit !
Répondre
#2
Bonjour et bienvenue Hofnarr. La maison Tolkiendil t'est grande ouverte, n'hésite pas à en visiter toutes les pièces et à participer aux discussions que tu trouveras ça et là. C'est souvent dans les recoins que l'on trouve les plus beaux trésors!

Si ce n'est déjà fait, je te conseille la lecture du Silmarillion ou encore celle de Bilbo (auquel les films ne rendent pas du tout hommage à mon humble avis).

A très bientôt sur le forum.
Répondre
#3
Bienvenue sur le forum Smile
"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Répondre
#4
Wilcuman Hofnarr ! Puisses les échanges sur le forum et les lectures sur le site t'apporter ce que tu recherches en ces lieux.

Pour ma part, en tant que responsable de la section Langues (et ingénieur de métier), j'avoue que je serais assez curieux que tu nous expliques un peu plus en détail en quoi consiste ta thèse, qui me semble fort intéressante.
Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Répondre
#5
Bienvenue ! Peut-être t'ai-je déjà vu à la séance que nous avons faite au séminaire Tolkien avec Vivien Smile
Répondre
#6
En tout cas moi je vous y ai vus. J'avais vraiment apprécié vos conférences, toutes deux de grande qualité, et brillamment complémentaires. J'avais également vu la conférence précédente, sur la constitution des communautés de fans (et celle d'avant mais elle n'était pas donnée par vous). Comme je le disais c'est d'ailleurs ce qui m'a motivé à aller voir ce que c'était que cette association Tolkiendil qui faisait si bonne impression.

J'ai effectivement déjà lu Bilbo et le Silmarilion, et j'ai notamment bien pris soin de me remettre en mémoire le livre avant d'aller voir la nouvelle trilogie ; c'était d'ailleurs peut-être une erreur, car on ne peut vraiment l'apprécier à sa juste valeur, je pense, qu'en y voyant une simple trilogie de films d'action épique dans un univers d'heroic-fantasy, et non l'adaptation du roman éponyme. J'imagine cependant que je trouverai tôt ou tard le sujet correspondant à cette question sur le forum, et que les débats ont dû être parfois un peu enflammés.

Quant à ce en quoi consiste ma thèse, il s'agit d'un travail essentiellement exploratoire, et les détails sont souvent un peu plus décevants que l'annonce. Pour être bref, j'essaie surtout de trouver des régularités mathématiques dans les changements linguistiques (en me basant sur les changements de fréquences observés dans de vastes ensembles de textes pour certains mots bien choisis), et ensuite, de proposer un modèle qui, à partir d'un mécanisme plausible, reproduise l'essentiel de ces régularités.

J'essaie ce faisant de répondre à deux questions : d'abord pourquoi est-ce que le langage change, même dans sa structure la plus abstraite qui ne semble pas pouvoir être l'effet d'une mode ? Partant du principe que c'est avant tout la mémoire de la communauté linguistique qui détermine l'usage de la langue, il y a comme une sorte de paradoxe entre l'occurrence du changement et le fait qu'un nouvel emploi d'une forme ou d'un mot, n'étant par définition pas encore enregistré dans la mémoire, ne devrait pas avoir beaucoup de poids.

La solution que je propose alors, c'est de considérer que la mémoire est structurée non pas comme un ensemble d'objets sur lesquels on viendrait placer différentes étiquettes, mais qu'il y a des liens entre ces objets, et donc des interférences continuelles entre les différents domaines de sens, interférences qui préviennent toute stabilité définitive du système. C'est ce qui m'amène à ma deuxième question : comment représenter mathématiquement ce que sont les significations, et si possible à partir d'une procédure informatique automatique fondée sur des corpus de textes et non à partir d'arguments a priori ?

Donc vous l'aurez compris, c'est le sens des mots qui m'intéresse ; et les débats que j'ai pu croiser ici ou là, par exemple sur la signification précise à prêter à "wereworms", m'interpellent évidemment beaucoup.
Répondre
#7
Bienvenue parmi nous Wink
Répondre
#8
Bienvenue. Je n'ai pu faire que la première séance des séminaires (peut être que l'on s'y est croisé).
La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. — Léo Ferré
Répondre
#9
Bienvenue chez nous ! Wink
"Le plus grand de notre ordre est Saruman le Blanc."
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)