Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Le Sage d'Imladris
07.10.2018, 16:46
Message : #1
Le Sage d'Imladris
Bonjour tout le monde,

Cela va faire un moment que je n'ai rien posté par ici. Non pas que je n'en ai pas envie, mais le temps me manque. Ceci dit, j'ai écris cette petite nouvelle sur un passage du Seigneur des Anneaux. Rien d'extraordinaire, mais cela m'a fait plaisir à imaginer. Je vous le partage aujourd'hui.


***********************************************
Le Sage d’Imladris

Imladris, la dernière maison simple des elfes de la Terre du Milieu, était un endroit enchanteur pour qui pouvait s’y arrêter, le temps d’un repos et d’une aspiration bien mérité. Elrond l’avait toujours voulu ainsi. Jadis, Imladris avait accueilli bien des elfes, mais aussi des hommes, ce qui était encore le cas même en ces heures qui s’assombrissaient dangereusement.
Aujourd’hui, toutefois, c’était un semi-homme au terme de sa vie, qui était revenu dans la demeure d’Elrond. Revenu parce qu’il y avait déjà séjourné quelque temps auparavant.

— C’est un plaisir que de vous avoir parmi nous, mon ami, commença Elrond en voyant arriver Bilbo près de lui.

Elrond était considéré comme un Elfe empli de sagesse dont la droiture se voulait inébranlable. Il avait vu et vécu tant de choses que tous attendaient après ses conseils. Beau-fils de la Dame Galadriel, il n’en venait pas moins lui-même d’une prestigieuse lignée. Toutefois, et même si à ce jour Elrond paraissait jeune, il n’en demeurait pas moins qu’il se sentait las de la Terre du Milieu. Comme beaucoup de ses congénères avant lui, l’appel vers l’Ouest s’était fait sentir, de plus en plus fort, terriblement ardent. Plus que jamais, le sage d’Imladris avait hâte d’affronter l’océan, élément du Vala Ulmo, pour enfin fouler du pied Aman et Valinor, la cité bienheureuse des Ainur.

Une personne très chère à son cœur l’y attendait : sa douce et souffrante épouse, Celebrian. La voir partir, faible et démunie, avait été un déchirement. Elle ne s’était jamais remise de la terrible attaque d’orques dont elle avait été la malheureuse victime. Pour leurs enfants, il demeurait fort, un véritable roc sur lequel ils pouvaient s’appuyer sans restriction.

— Où êtes-vous donc parti ? demanda le vieil Hobbit qui l’observait tout en souriant doucement.

Bilbo, bien qu’encore assez vaillant pour son grand âge, commençait doucement à se faner. Le temps de sa vie était écoulé depuis bien longtemps, mais grâce ou à cause de l’anneau maudit de Sauron, il s’était vu continuer à respirer année après année, repoussant par là même son inévitable trépas.

Elrond avait toujours apprécié le semi-homme. Bilbo avait un cœur pur et tendre. Il n’aspirait qu’aux bonheurs simples que la vie pouvait lui offrir. Le reste n’était que futilité qu’il avait balayé de la main. C’est ce qui l’avait préservé de l’anneau unique. Ce dernier avait eu une bien moindre emprise sur lui que sur ce pauvre hère de Sméagol.

Une nouvelle guerre éclaterait tôt ou tard, mais Elrond n’y participerait pas. L’heure des Elfes était révolue. Leur dernier voyage les appelait pour ne jamais revenir en ces lieux qu’ils avaient chéris et protégés si longtemps. Ces lieux évoquant autant de bons souvenirs que de mauvais.

Voyant qu’Elrond ne lui répondrait pas, Bilbo prit le chemin de ses appartements. Le sage d’Imladris aimait à se perdre dans ses pensées et cela pouvait durer autant d’heures que de jours s’il le jugeait nécessaire.

oO§Oo

Le temps avait glissé sur Elrond comme l’eau sur les ailes d’un canard. Bien qu’à demi humain, il avait eu l’incroyable opportunité de pouvoir choisir sa destinée et c’était la voie des Elfes qui avait eu sa préférence. Son frère Elros avait pris celle des hommes.

C’est ainsi qu’était née la dynastie de Númenor, mais là encore, les humains avaient prouvé à Elrond que leur cœur pouvait être aussi pur et bon que noir et sans pitié. Bien sûr, les Elfes aussi éprouvaient à leurs heures ce désir de gloire, de renommée et de pouvoir. Ils pouvaient bien évidemment se montrer tout aussi cruels voir bien plus, mais… Ils savaient apprendre de leurs erreurs et depuis, la plupart avaient combattu le mal aussi vaillamment que n’importe quel enfant d’Ilúvatar. Malheureusement, les hommes avaient cette fâcheuse faiblesse que de reproduire inlassablement leurs impairs sans jamais s’en épuiser.

— Encore perdu dans vos pensées, cher ami ?

Elrond se tourna vers celui qui venait de le sortir de sa transe. Il s’agissait de ce cher Glorfindel de la maison de la Fleur d’Or. Glorfindel était l’un des plus valeureux guerriers Ñoldo qu’Elrond eut connus. L’ancien soldat n’aspirait plus qu’à une vie de paix. Les dernières nouvelles venant du Nord n’étaient guère réjouissantes, mais, tout autant que lui, Glorfindel ne se mêlerait pas à ces nouvelles batailles.

Indéniablement, le temps des elfes tirait vers sa conclusion en Terre du Milieu. C’était aux autres habitants qu’il incombait dorénavant la lourde tâche de protéger la paix de leur terre. Cependant, Elrond émettait de sérieuses réserves quant à la capacité des Hommes à s’acquitter de leur mission. Il avait vu de lui-même ce que l’avarice et l’orgueil pouvaient faire. Rien de bon ne sortirait de tout ceci. Se rappelant de la présence de son vieil ami, il finit par lui répondre.

— Comme souvent ces derniers temps, murmura-t-il tout en avisant un point invisible.

Sa fille bien aimée occupait souvent ses réflexions. Promise à l’héritier d’Isildur si ce dernier parvenait à reprendre la couronne du Gondor, elle en semblait éprise malgré les conséquences inévitablement fatales. Laisser Arwen derrière lui ne signifiait qu’une chose aux yeux d’Elrond : plus jamais il ne la reverrait. Elle avait fait son choix et se vouait à une vie mortelle. L’amour tel que les Elfes l’éprouvaient faisait qu’elle ne changerait pas d’avis et la perspective de la perdre comme il avait perdu son frère et, en un sens, son épouse, le faisait souffrir même s’il n’avait d’autre alternative que de s’y faire.

— Vous ne pourrez rien y faire mon ami, répliqua Glorfindel qui savait lire mieux que quiconque dans le cœur du Seigneur d’Imladris.

— Il y a tant de choses que j’aimerais, mais qui ne se réaliseront jamais, convint Elrond tout en détournant son regard des immenses cascades prenant leur source depuis les hauteurs des monts Brumeux.

— Il faut apprendre à vivre avec, répondit l’Elfe aux cheveux d’or.

— Qu’allons-nous faire à présent que nous n’avons plus d’emprise sur l’histoire de cette terre ? demanda Elrond, ne pouvant empêcher la nostalgie d’étreindre son cœur qu’il pensait bien plus sage.

— Prendre la route vers l’Ouest et retourner à nos origines, répondit son ami tout en lui étreignant chaleureusement une épaule. Cette histoire se termine ici pour nous. À eux d’en prendre les commandes, termina-t-il en observant les nouveaux arrivants en contre-bas.

Ces dernières semaines, plusieurs personnes de toutes régions confondues étaient arrivées pour lui demander conseil. Des Hommes, des nains, des Elfes, mais aussi, chose plus surprenante encore, des Hobbits. Une nouvelle ère était en marche et, même s’il n’y participerait pas directement, il était hors de question de ne pas apporter son aide.

Glorfindel le salua une dernière fois avant de prendre congé. Quelques instants après, ce fut Mithrandir qui le rejoignit, plus concerné que jamais. Alors Elrond sut qu’il était temps de tenir un dernier Conseil.

FIN
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08.10.2018, 22:15
Message : #2
RE: Le Sage d'Imladris
Une belle tranche de mélancolie elfique !
J'ai le sentiment que Maitre Elrond s'attarde en Terre du Milieu par devoir (jusqu'à l'ultime moment où sa fille s'éprend d'Aragorn), par opposition à Galadriel, qui me paraît plus mûe par la fierté. Chacun dans son genre s'oppose au Seigneur des Ténèbres, qu'ils n'entendent pas laisser libre de perpétrer ses méfaits.
Qu'en pensez-vous ?
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
09.10.2018, 22:14
Message : #3
RE: Le Sage d'Imladris
Très beau texte, merci pour ce partage !
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
17.10.2018, 16:13
Message : #4
RE: Le Sage d'Imladris
Merci pour vos retours. J'avais hésité à vous le présenter, ce texte n'étant pas vraiment digne d'un réel intérêt.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
17.10.2018, 21:05
Message : #5
RE: Le Sage d'Imladris
il ne faut jamais hésiter...sinon je n'aurai jamais publié ! continue comme ça, c'est parfait.

Le poème n'est accompli que s'il se fait chant, parole et musique en même temps - Léopold Sédar Senghor
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Discussions apparemment similaires...
Discussion : Auteur Réponses : Affichages : Dernier message
  un soir d'Imladris Galadhilmë 9 5 806 23.04.2018 23:01
Dernier message: Chiara Cadrich
  ~ La visite d'Imladris ~ * Dαεrοη 5 1 061 20.02.2017 10:48
Dernier message: Baradon
  Défi Acrostiches 3 : Imladris pas31 14 4 307 03.03.2012 18:09
Dernier message: pas31
  [Poème] Le Réveil de Thorin à Imladris. Cricri 3 3 226 13.02.2005 14:34
Dernier message: Cricri
  [Parodie] La bel' Imladris Meneldur 10 4 959 04.03.2004 23:18
Dernier message: Ithilion

Aller à :