Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Laitali
29.08.2018, 15:35
Message : #31
Laitalë
Ceux qui s'intéressent de plus près aux Psaumes savent peut-être que ce que nous appelons couramment le "Livre des Psaumes" est considéré par les Juifs comme étant composés de cinq livres distincts, regroupés thématiquement. Leur division s'opère comme suit :

- Ps. 1-41 (section probablement la plus ancienne)
- Ps. 42-72
- Ps. 73-89
- Ps. 90-106
- Ps. 107-150
(Le Psaume 151 n'est pas reconnu par le judaïsme, comme précédemment expliqué.)

Tout ceci pour signaler que j'ai désormais entièrement révisé ma traduction jusqu'au Psaume 41, que je vous propose ici accompagné de la traduction de Chouraqui. Les poètes parmi vous pourront facilement juger de la différence de style entre une Bible classique et la Chouraqui, beaucoup plus littérale :

  1. Olindó cánon. Lindë. Laviro.
    Au chorège. Chant. De David.
  2. Mána, χanda quén epë eñgwá ! Úmárë-auressë, Yahwë eteleχta sé.
    En marche, l’homme perspicace devant l’infirme ! Au jour du malheur, IHVH-Adonaï le délivre.
  3. Yahwë ortírë sé ar carë coititas ; nás mána cemendë. Lá antal senen cottozyaron milmen.
    IHVH-Adonaï le garde et le fait vivre; il est en marche sur terre. Tu ne le donnes pas à l’être de ses ennemis.
  4. Yahwë enwinyata sé yá sé caimassea. Ilya χautazyá, wistalyes hlíwezyassë.
    IHVH-Adonaï le restaure au berceau de dolence. Toute sa couche, tu la changes pendant sa maladie.
  5. Inyë quetë : « Á Yahwë, lë órava nissë, lë haþa náwenyá : ná, anaiquien lyenna. »
    Moi, je dis: IHVH-Adonaï, gracie-moi, guéris mon être: oui, j’ai fauté contre toi.
  6. Cottonyar quetir ulcó nin : « Malúmë qualuvas ? Nai auta essezyá ! »
    Mes ennemis disent du mal de moi: « Quand mourra-t-il ? Périsse son nom ! »
  7. Cé (mo) tulë cenë, quetë alwaralë. Endazya quanta þaucarenen senna. Ettulë ar ari lalamma.
    S’il vient voir, il parle vainement. Son cœur regroupe la fraude contre lui. Il sort et parle dehors.
  8. Yantai anat ní, quizir, ilyai tevildonyar. … Ninna quotiltë úmáré :
    Unis contre moi, ils chuchotent, tous mes haineux. Contre moi, ils pensent le malheur:
  9. « Vélialo paχta sirya mi sé. Caitas ar lá poluvas orya. »
    « Une parole de Belia‘al coule en lui. Il est couché et ne pourra plus se lever. »
  10. Rainenya-quén ta, yé sartanen, massanya-matya orta ninna talluné.
    L’homme de ma paix aussi, en qui je m’assurais, le mangeur de mon pain, lève contre moi le talon.
  11. Mal elyë, á Yahwë, lë órava nissë, lë orta ní ! Paituvanyet.
    Mais, toi, IHVH-Adonaï, gracie-moi, relève-moi ! Je les paierai.
  12. Sassë, istuvan ya yestalyen : ui, cottonya lá polë turë ninna !
    En cela, je sais que tu me désires: non, mon ennemi n’a pu triompher contre moi !
  13. Inyë, tulcúvalyen vanimenyassë ; tulcuvalyen epë lyé, tennoio.
    Moi, tu m’appuies en mon intégrité; tu me postes en face de toi, en pérennité.
  14. Amanya, Yahwë, Eru Izrailwa, oio tennoio. Násië, násië !
    Il est béni, IHVH-Adonaï, l’Elohîms d’Israël, de pérennité en pérennité. Amén, amén !


A noter :
  • Dans la mesure où le Tétragramme est considéré imprononçable par les Juifs, celui-ci est vocalisé avec les voyelles d'Adonaï "Seigneur", d'où la transcription française classique dans le milieu judaïsant "IHVH-Adonaï" (et la transcription absurde "Jéhovah" en usage dans certains milieux protestants).
  • L'expression "en marche" se traduit plutôt par "heureux" dans la plupart des Bibles. Chouraqui a préféré opter pour une traduction littérale de l'expression idiomatique correspondante en hébreu.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Aller à :