Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Ofermod
01.02.2016, 15:16
Message : #1
Ofermod
J'avais ailleurs évoqué mon intention d'ouvrir un sujet de discussion spécialement dédié à la notion d'ofermod, puisqu'il ne semblait pas en exister ailleurs sur le forum.

Je serais heureux de voir apporter des éléments de réponse aux questions suivantes, que je me pose :

1°) Quelle serait la meilleure traduction du terme en français ?

2°) A-t-on des exemples d'ofermod ailleurs que les deux évoqués par Tolkien ?

Pour la première question, je propose de considérer "outrecuidance", légitimement suggérée, qui a connu, depuis ses origines étymologiques, une dérive sémantique qui ne le rend plus très apte à rendre précisément la notion (outrecuidance est par exemple devenu, aujourd'hui, un synonyme de culot, ainsi qu'en atteste le dictionnaire des synonymes en ligne du Crisco, ce qui me semble beaucoup trop éloigné de l'idée d'ofermod). J'avais dans l'esprit quelque chose comme une "vaillance outrancière", avec outrance pour ofer, qui a la même connotation négative et la même idée de dépassement, et vaillance pour mod, qui souligne l'aspect héroïque sous-jacent à l'ofermod, quoique souillé par sa propre démesure.

Pour la seconde question, j'avais pensé au refus de Roland de sonner de son cor lors de la Bataille de Roncevaux dans la Chanson, qui lui est reprochée plus tard par Olivier. Connaîtriez-vous d'autres exemples ?

Dans un lien qui a déjà été signalé sur ce forum, on a des exemples internes à l’œuvre de Tolkien ; je le rappelle ici pour sa grande pertinence :

http://valarguild.org/varda/Tolkien/ency...fermod.htm

Mais je pensais surtout à des exemples propres à un comparatisme externe.

Merci pour toutes vos suggestions !
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.02.2016, 15:52
Message : #2
RE: Ofermod
L'article Wikipédia sur Le Retour de Beorhtnoth indique en note :

Citation :Le nom même d'ofermod a connu différentes traductions qui reflètent l'opinion des traducteurs sur le texte. En 1976, Helmut Gneuss dénombre une vingtaine de traductions qu'il classe en cinq catégories : « (1) orgueil, orgueil excessif, orgueil insensé, orgueil téméraire, arrogance, hauteur, dédain, orgueil démesuré, (2) confiance excessive, assurance superbe, (3) imprudence, courage imprudent, témérité, exubérance, (4) grand courage, (5) magnanimité, grandeur d'âme, générosité excessive ».

Cela fait référence à :

"The Battle of Maldon" 89: Byrhtnoð's "Ofermod" Once Again, Helmut Gneuss, Studies in Philology, Vol. 73, No. 2 (Apr., 1976), pp. 117-137.

Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.02.2016, 16:51
Message : #3
RE: Ofermod
Bon, je vais déjà transférer le fuseau dans le forum des langues, car c'est une question qui a sa place là-bas.

(01.02.2016 15:16)Hofnarr Felder a écrit :  1°) Quelle serait la meilleure traduction du terme en français ?
[...]
Pour la première question, je propose de considérer "outrecuidance", légitimement suggérée, qui a connu, depuis ses origines étymologiques, une dérive sémantique qui ne le rend plus très apte à rendre précisément la notion (outrecuidance est par exemple devenu, aujourd'hui, un synonyme de culot, ainsi qu'en atteste le dictionnaire des synonymes en ligne du Crisco, ce qui me semble beaucoup trop éloigné de l'idée d'ofermod). J'avais dans l'esprit quelque chose comme une "vaillance outrancière", avec outrance pour ofer, qui a la même connotation négative et la même idée de dépassement, et vaillance pour mod, qui souligne l'aspect héroïque sous-jacent à l'ofermod, quoique souillé par sa propre démesure.

Je ne pense pas qu'un dictionnaire des synonymes soit bien approprié pour décider. Comme il n'existe pas de synonyme parfait, on déforme nécessairement le concept. À ce compte, seule une définition de dictionnaire permet de bien cerner le champ sémantique — et encore, pas toujours, comme le savent bien ceux qui connaissent les critiques à peine voilées de Tolkien envers les limites de cet excellent dictionnaire qu'est l'OED. Or voici la définition que donne le Trésor pour « outrecuidance » :

Citation :Présomption, confiance en soi-même excessive ou arrogante; attitude qui en résulte vis-à-vis d'autrui.

Pour moi, on est exactement dans le champ sémantique d'ofermod, dans le sens où Tolkien l'entend. Si en revanche on suit l'opinion de Shippey qui y voit un terme neutre ou potentiellement positif, je pense que « magnanimité » ferait plutôt bien l'affaire.

(01.02.2016 15:16)Hofnarr Felder a écrit :  2°) A-t-on des exemples d'ofermod ailleurs que les deux évoqués par Tolkien ?
[...]
Pour la seconde question, j'avais pensé au refus de Roland de sonner de son cor lors de la Bataille de Roncevaux dans la Chanson, qui lui est reprochée plus tard par Olivier. Connaîtriez-vous d'autres exemples ?

Dans la littérature en vieil anglais, puisque Tolkien affirme que le mot n'est attesté qu'à deux reprises, je suppose volontiers qu'il n'y a pas d'autre exemple. En revanche, cette attitude de bravoure excessive se retrouve régulièrement dans les chansons de geste, mais aussi dans les sagas scandinaves.

À vrai dire, il faudrait sans doute distinguer soigneusement cette attitude, selon qu'elle est le fait des simples guerriers, braves jusqu'à la témérité, et des chefs de guerre, chez qui elle se transforme en attitude criminelle, mettant en sus leurs subordonnés en danger. La première est courante, la deuxième déjà plus rare, Roland en étant un excellent exemple ; ma signature montre d'ailleurs l'ambivalence du poète au sujet de ce dernier (je souligne) :

Turold a écrit :Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.

Si l'on s'intéresse à l'histoire et à la littérature, un exemple moderne de cette attitude nous est fourni par la charge de la brigade légère britannique à la bataille de Balaklava, menée par Lord Cardigan, digne successeur de Beorhtnoth. C'est Alfred Tennyson qui s'est occupé d'immortaliser cet exemple-là d'ofermod.

(01.02.2016 15:52)Druss a écrit :  
Citation :Le nom même d'ofermod a connu différentes traductions qui reflètent l'opinion des traducteurs sur le texte. En 1976, Helmut Gneuss dénombre une vingtaine de traductions qu'il classe en cinq catégories : « (1) orgueil, orgueil excessif, orgueil insensé, orgueil téméraire, arrogance, hauteur, dédain, orgueil démesuré, (2) confiance excessive, assurance superbe, (3) imprudence, courage imprudent, témérité, exubérance, (4) grand courage, (5) magnanimité, grandeur d'âme, générosité excessive ».

C'est très intéressant en soi, mais je ne suis pas sûr que cela réponde réellement à Hofnarr, dans la mesure où l'article de Gneuss (accessible ici) est en anglais et où les termes cités sur WP sont eux-mêmes des traductions françaises des termes réellement employés. Le seul terme étranger cité par Gneuss est l'all. Ubermüt.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.02.2016, 16:53
Message : #4
RE: Ofermod
Dans le sens où ça peut délimiter le champ sémantique selon ces catégories, pour déterminer une équivalence en français, ça ne me semble pas inutile.

Demons run when a Good Man goes to war.
Night will fall and drown the sun
When a Good Man goes to war.
Friendship dies and true love lies.
Night will fall and the dark will rise
when a Good Man goes to war.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.02.2016, 17:03 (Ce message a été modifié le : 02.02.2016 11:23 par Hofnarr Felder.)
Message : #5
RE: Ofermod
Merci ! C'était un très bon article, malgré ce que m'avait laissé craindre le ton un peu trop polémique avec lequel il s'ouvre.

Il m'a fait penser à deux points :

a°) la traduction retenue par l'auteur est "pride" pour le nom, "proud" pour l'adjectif ; or ce mot vient de l'ancien français "proz", c'est-à-dire preux, un adjectif qui décrit justement... Roland, notamment, dans le vers (1093) où il est comparé à Olivier, lors de leur désaccord avant la bataille. Les traducteurs modernes ont fait de ce vers une comparaison (je ne sais pas si l'ancien français le justifie), où le "proz" de Roland s'opposerait au "sages" d'Olivier. Evidemment, "proz" est, comme son pendant anglais, très polysémique, et on en compte beaucoup d'instances dans ce poème seul. Mais il semble assez révélateur qu'il apparaisse "juste au bon moment".

b°) quelque chose qui me paraît intéressant, dans le développement de Tolkien autour de l'"ofermod", est qu'indépendant de considérations purement philologiques, il trouve, comme épinglé par ce mot, une certaine notion, un certain motif épique qu'il avait repéré à plusieurs reprises et qu'il avait lui-même utilisé. Il n'est pas tant important de savoir ce que "ofermod" signifie exactement : ce qui compte, c'est que Tolkien y trouve alors l'occasion de désigner une notion qui lui était familière, et sur laquelle il attire notre attention. D'où l'idée qu'il vaut mieux chercher des exemples de cet "ofermod" (que le sens qui lui est ici prêté soit ou non une invention tolkienienne, car là n'est pas qu'il n'est question), pour rendre mieux compte de l'idée, plutôt que de se restreindre à une analyse philologique du terme, qui n'est pas vraiment de notre ressort (à part si vous êtes spécialistes de vieil anglais) et qui ne présente pas plus d'intérêt que ça sur un forum dédié à Tolkien...

En y réfléchissant j'ai d'ailleurs remarqué que succombaient à l'"ofermod" des guerriers souvent expérimentés, voire âgés (ce qui n'est pas le cas pour Roland) : c'est à la fois le cas pour Beorthnoth et pour Beowulf. C'est comme si, leur âge avancé ne faisant plus peser sur leur cœur la crainte de la mort, ils ne se préoccupaient pas des conséquences que pourrait avoir l'ultime sursaut de leur ferveur héroïque.

Cela m'a donc amené à un nouvel exemple, plus littéraire qu'historique : dans la Niche de la Honte, d'Ismail Kadaré, Ali Pacha, gouverneur d'Albanie, se soulève à 80 ans contre l'Empire Ottoman -entraînant sa propre chute, et la disgrâce de sa province. Il me semble que cet exemple va dans le même sens que ceux proposés par Tolkien, même si on quitte (presque) le registre épique.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.02.2016, 17:54
Message : #6
RE: Ofermod
A la lecture de ce sujet je me demandais si l'ofermod et l'hubris sont deux attitudes de même nature, ou plus exactement deux termes couvrant une seule réalité?

Dorées les feuilles tombent, mais le rêve se poursuit
Là où l'espoir demeure, les eaux chantent sous la nuit
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
02.02.2016, 09:05
Message : #7
RE: Ofermod
(01.02.2016 17:54)faerestel a écrit :  A la lecture de ce sujet je me demandais si l'ofermod et l'hubris sont deux attitudes de même nature, ou plus exactement deux termes couvrant une seule réalité?

L'hybris au sens moderne du terme n'est rien d'autre qu'un égotisme poussé à son comble. Chez les Anciens Grecs, le terme désigne une attitude par laquelle les mortels rejettent la tempérance et versent dans la démesure en cherchant à s'attribuer une part plus grande que celle que le destin a inscrit pour eux. C'est une faute qui constitue une injure envers les dieux, même si la faute n'est pas directement commise à leur égard (agressions sexuelles et vol ou dégradations de propriété publique font partie du crime d'hybris à Athènes).

L'orgueil est donc évidemment à la racine de l'ofermod comme de l'hybris, mais les deux notions se sont pas exactement superposables, même si l'interprétation de Tolkien tend en effet à les faire converger. Incidemment, la notion de péché dans le christianisme a été très fortement influencée par la notion d'hybris chez les Grecs.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
02.02.2016, 11:20 (Ce message a été modifié le : 02.02.2016 11:22 par Hofnarr Felder.)
Message : #8
RE: Ofermod
(02.02.2016 09:05)Elendil a écrit :  Incidemment, la notion de péché dans le christianisme a été très fortement influencée par la notion d'hybris chez les Grecs.

Aurais-tu une citation ou une référence sous la main pour étayer ton propos ? J'aimerais en savoir un peu plus sur la question.

Excuse-moi tout d'abord, Elendil, de ne pas avoir pris connaissance de ton message avant de poster le mien précédent ; et surtout je me sens tout idiot d'avoir si peu prêté attention à la citation de ta signature en poussant l'outrecuidance jusqu'à la reprendre sans m'en rendre compte dans mon propre développement... En tout cas cela montre que sur ce point au moins, nous nous comprenons !

Je souhaitais revenir sur l'usage des synonymes, et en défendre en fait la légitimité. En effet, différents synonymes d'un terme reflètent ses possibles variations sémantiques, les diverses connotations qu'il est susceptible de facilement susciter ; négliger ces indices constitue, à mon avis, une erreur méthodologique.

Dans un corpus de textes littéraires (le corpus Frantext), j'ai d'ailleurs trouvé deux exemples d'utilisation d'"outrecuidance" qui vont assez gentiment dans mon sens :

- Antoine n'a pas poussé l'outrecuidance, le cynisme ni la curiosité jusqu'à assister aux obsèques des petits enfants, non.

- Je n'aurai pas l'outrecuidance, ou la cuistrerie de répondre, n'ayant pas été confrontée à la tragédie.

On voit ici qu'un certain sens d'outrecuidance se dégage, associé au cynisme, à la cuistrerie, ou comme je le disais, au culot. Certes, d'autres exemples vont plus dans ton sens, car il s'agit d'un terme tout à fait riche du point de vue sémantique ; mais l'essentiel, c'est qu'il y a cette association d'idées possible, ce canal conceptuel, qui éloigne l'esprit du sens qui nous intéresse, ou plutôt lui adjoint certains développements sémantiques parasites qui viennent le recouvrir partiellement, mais suffisamment pour le rendre partiellement méconnaissable.

Et puisqu'on en vient à citer le TLF, il suggère également un développement sémantique possible du terme "outrecuidance" :

Action, parole désinvolte, insolente qui manifeste cette attitude.

Désinvolture, insolence : on est assez loin de la charge de Beorhtnoth, en tout cas assez loin du sens que Tolkien a cru distinguer derrière le terme d'ofermod servant à décrire ce passage, sens sur lequel nous nous accordons apparemment plutôt bien. Les deux termes d'outrance et de vaillance que je proposais, pour peu euphonique que soit leur combinaison, ne présentent pas, au contraire, de connotations de cet ordre. Mais ils me laissent insatisfait, justement en ce sens que leur association semble artificielle et fortuite ; on gagne en précision ce que l'on perd en naturel. Or, une bonne traduction doit pouvoir faire immédiatement sens, il me semble, et non frapper par son caractère inhabituel et alambiqué.

Mais revenons à l'important. Je réfléchissais, et je me disais : a-t-on des exemples d'ofermod dans la tradition mythologique gréco-romaine ? J'ai pu lire par exemple (dans le texte associé au lien qui figure dans mon message initial) qu'Ulysse en fournissait un exemple ; mais je n'arrive pas à voir en quel épisode il manifeste pareille attitude. Faut-il voir là un trait d'héroïsme, ou plutôt, de démesure héroïque, plus propre à la tradition germanique (la Chanson de Roland pouvant à la rigueur s'y rattacher) ? Auquel cas ce serait très intéressant.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
03.02.2016, 09:37
Message : #9
RE: Ofermod
(02.02.2016 11:20)Hofnarr Felder a écrit :  On voit ici qu'un certain sens d'outrecuidance se dégage, associé au cynisme, à la cuistrerie, ou comme je le disais, au culot. Certes, d'autres exemples vont plus dans ton sens, car il s'agit d'un terme tout à fait riche du point de vue sémantique ; mais l'essentiel, c'est qu'il y a cette association d'idées possible, ce canal conceptuel, qui éloigne l'esprit du sens qui nous intéresse, ou plutôt lui adjoint certains développements sémantiques parasites qui viennent le recouvrir partiellement, mais suffisamment pour le rendre partiellement méconnaissable.

Méconnaissable, je ne pense pas. Plus riche qu'ofermod, c'est inévitable s'agissant d'un terme vivant, régulièrement utilisé, plutôt que d'un mot attesté à seulement deux reprises dans une langues morte depuis un millénaire.

(02.02.2016 11:20)Hofnarr Felder a écrit :  Mais revenons à l'important. Je réfléchissais, et je me disais : a-t-on des exemples d'ofermod dans la tradition mythologique gréco-romaine ? J'ai pu lire par exemple (dans le texte associé au lien qui figure dans mon message initial) qu'Ulysse en fournissait un exemple ; mais je n'arrive pas à voir en quel épisode il manifeste pareille attitude. Faut-il voir là un trait d'héroïsme, ou plutôt, de démesure héroïque, plus propre à la tradition germanique (la Chanson de Roland pouvant à la rigueur s'y rattacher) ? Auquel cas ce serait très intéressant.

Pour Ulysse, je ne vois vraiment pas en quoi il ferait preuve d'ofermod, ni d'ailleurs en quoi il serait un tragically flawed character, en tout cas dans la tradition grecque. Je pense que l'auteur a dû confondre avec l'un des deux Ajax, ou encore avec Agamemnon, trois personnages qui font preuve d'un indiscutable hybris.

Je ne pense nullement que l'ofermod au sens où Tolkien l'entend soit un trait de caractère propre à la tradition germanique. Comme Tolkien le souligne, ce n'est pas un trait purement épique, et il ne faut pas s'attendre à le retrouver dans un texte comme l'Iliade. En revanche, dans les sociétés où l'honneur ne consiste pas simplement à vaincre, mais à vaincre en y mettant les formes, il faut s'attendre à l'y retrouver.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
04.02.2016, 17:09
Message : #10
RE: Ofermod
(03.02.2016 09:37)Elendil a écrit :  En revanche, dans les sociétés où l'honneur ne consiste pas simplement à vaincre, mais à vaincre en y mettant les formes, il faut s'attendre à l'y retrouver.

Je ne suis pas sûr de bien comprendre le terme, loin de là, mais je ne sais pas s'il consiste simplement en un excès de mise en forme, ou plutôt, en une priorité donnée à la forme du combat plutôt qu'à son issue -plaçant ainsi l'honneur personnel au-dessus du souci de ceux que le chef, le roi, le commandant, a pourtant devoir de défendre.

Ce qu'il me semble plutôt apercevoir, c'est l'expression d'une certaine rationalité, qui ne tient pas suffisamment compte de certaines limites. Beowulf, Roland, peut-être Beorhtnoth, ne sont pas accoutumés à la défaite. En tout cas pour Roland et Beowulf, ce sont des êtres capables de se surpasser toujours. D'ailleurs n'est-ce pas cela, l'héroïsme, la capacité à se surpasser, à sortir de ses propres limites, pour accomplir bien plus que ce qui aurait été sensément possible autrement ? Or, et c'est là où "l'ofermod" est bien une perversion de l'héroïsme et justement intéressante en ce sens-là, c'est qu'il s'agit, toujours, d'outrepasser certaines limites.

Dans l'article qu'a conseillé Druss, l'auteur voit à l’œuvre une certaine rationalité dans la décision de Beorthnoth. Il ne s'agit pas seulement, de la part de ce chef de guerre (ou je ne sais plus très bien ce qu'il est pour tout dire), de faire passer l'honneur avant la vie de ses hommes. Il s'agit de prendre une décision qui paraît raisonnable -faire sortir les Vikings de l'île, autrement ils ne tarderont pas à s'en aller par un autre côté et à ravager une autre partie de la contrée- mais qui est faussée en ce qu'elle néglige l'infériorité manifeste des troupes anglaises.

Et cela, Beorthnoth ne le voit pas, n'en a pas une conscience suffisante, parce qu'il ne conçoit pas qu'il puisse exister des limites qu'il ne pourrait pas franchir. Il ne conçoit pas que l'héroïsme, quoiqu'il consiste en un dépassement des limites, peut lui-même se heurter à un mur. Et, la notion d'héroïsme étant, si j'ai bien compris, importante pour Tolkien, je crois qu'il est permis de regarder l'ofermod comme je le propose, de le voir comme une sorte d'héroïsme débordant, comme un révélateur de certaines limitations insurmontables de l'être.

Et sans doute, comme le suggère l'entrée du Dictionnaire Tolkien à propos du Retour de Beorthnoth, la tentation de Boromir est-elle bien une marque d'ofermod -une marque qui le distingue justement d'Aragorn- en ce sens qu'il ne conçoit pas que l'héroïsme des Hommes puisse être lui-même limité et ne permettra pas, jamais, de maîtriser l'Anneau ; d'ailleurs, et là je mets un peu les pieds dans le plat et vous prie de bien vouloir m'en excuser un peu, le fait qu'il sonne du cor à sa mort pour appeler à l'aide alors qu'il est déjà trop tard évoque irrésistiblement Roland (et sans doute bien d'autres épisodes que j'ignore), et avec Roland, l'ofermod.

Bon, mes dernières remarques sont un peu lourdes et surtout régurgitatoires, mais j'espère que vous aurez servi mon idée principale, à savoir que l'ofermod, ce n'est pas un excès d'esprit ou d'honneur, c'est un oubli des limites intrinsèques et infranchissables de l'être, auquel l'héroïsme, s'il s'attache à les outrepasser, se heurte et trouve là son naufrage.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
04.02.2016, 21:09
Message : #11
RE: Ofermod
(04.02.2016 17:09)Hofnarr Felder a écrit :  Je ne suis pas sûr de bien comprendre le terme, loin de là, mais je ne sais pas s'il consiste simplement en un excès de mise en forme, ou plutôt, en une priorité donnée à la forme du combat plutôt qu'à son issue -plaçant ainsi l'honneur personnel au-dessus du souci de ceux que le chef, le roi, le commandant, a pourtant devoir de défendre.

Je ne prétends pas trancher en la matière, mais en tout cas, il me semble que c'est précisément l'opinion de Tolkien.

(04.02.2016 17:09)Hofnarr Felder a écrit :  D'ailleurs n'est-ce pas cela, l'héroïsme, la capacité à se surpasser, à sortir de ses propres limites, pour accomplir bien plus que ce qui aurait été sensément possible autrement ? Or, et c'est là où "l'ofermod" est bien une perversion de l'héroïsme et justement intéressante en ce sens-là, c'est qu'il s'agit, toujours, d'outrepasser certaines limites.

Dans l'article qu'a conseillé Druss, l'auteur voit à l’œuvre une certaine rationalité dans la décision de Beorthnoth. [...] Il s'agit de prendre une décision qui paraît raisonnable -faire sortir les Vikings de l'île, autrement ils ne tarderont pas à s'en aller par un autre côté et à ravager une autre partie de la contrée- mais qui est faussée en ce qu'elle néglige l'infériorité manifeste des troupes anglaises.

C'est une opinion qui se défend aussi et que l'article suggère en effet. Je doute toutefois que Tolkien eut été entièrement d'accord.

Dans le parallèle francophone, je veux parler de Roland, son orgueil et son estultie sont suffisamment blâmées par Olivier pour que l'intention de l'auteur soit claire : si la fierté initiale et la confiance de Roland sont sans doute justifiées par ses prouesses antérieures et celles de son armée, sa conception de l'honneur va au détriment de ses responsabilités de chef quand il observe la disparité des forces en présence au début de la bataille et refuse l'adjuration d'Olivier. Ici, le trait est porté plus fermement que par ce qui nous reste du poème de Maldon, car Roland est opposé à tout point de vue à son ami et détracteur Olivier.

(04.02.2016 17:09)Hofnarr Felder a écrit :  Et sans doute, comme le suggère l'entrée du Dictionnaire Tolkien à propos du Retour de Beorthnoth, la tentation de Boromir est-elle bien une marque d'ofermod -une marque qui le distingue justement d'Aragorn- en ce sens qu'il ne conçoit pas que l'héroïsme des Hommes puisse être lui-même limité et ne permettra pas, jamais, de maîtriser l'Anneau ; d'ailleurs, et là je mets un peu les pieds dans le plat et vous prie de bien vouloir m'en excuser un peu, le fait qu'il sonne du cor à sa mort pour appeler à l'aide alors qu'il est déjà trop tard évoque irrésistiblement Roland (et sans doute bien d'autres épisodes que j'ignore), et avec Roland, l'ofermod.

De fait, cet épisode évoque immanquablement la Chanson de Roland. Toutefois, je ne suis pas certain qu'il faille nécessairement cherché plus loin : le cor dont son possesseur refuse initialement de sonner par fierté, puis sonne finalement au moment de mourir semble bien un motif original de la Chanson. Je ne connais aucun exemple antérieur et tous les exemples européens ultérieurs s'en inspirent.

EDIT : en poursuivant quelques lectures sur le sujet, je suis tombé sur un court article, qui est loin d'être le plus détaillé sur le sujet, mais est particulièrement pertinent en ce qui nous concerne, parce qu'il discute directement ofermod et desmesure, Beorhtnoth et Roland, et commente de plus l'interprétation de Tolkien : Frederick Whitehead, « Ofermod et desmesure ».

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Aller à :