Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
09.05.2011, 14:28 (Ce message a été modifié le : 09.05.2011 14:29 par Laegalad.)
Message : #1
[Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
Un message groupé pour les présenter toutes et à Tolkiendil les livrer (enfin, toutes... je n'avais pas traduit tous les poèmes des ATB, mais un certain nombre tout de même).

Chat ( http://leboisduchancours.fr/wordpress2/?p=11 )

Le gros chat sur le drap
se prélasse, rêvasse
de souris bien jolies
ou même, de la crême ;
ou peut-être, dans sa tête,
qu’il ère, mine altière,
où les siens, sveltes, et fins,
forts fiers et féroces,
se battaient, rugissaient,
festoyaient dans l’Est,
dans leur aire, leur tanière,
de bêtes, et d’humains.

Le lion géant, aux dents
sanglantes, gueul’ béante,
pattes impitoyables
et griffes de fer ;
le léopard, points noirs
et pieds légers,
qui bondit sans un bruit
sur ses proies, aux bois
brumeux et ténébreux —
sauvages et libres,
ils sont loin à présent :
mais, domestiqué,
le gros chat sur le drap
même apprivoisé,
il n’a rien oublié.


Le dernier navire ( http://leboisduchancours.fr/wordpress2/?p=13 )

Fíriel mira dehors à trois heures :
la nuit grise se dissipait ;
dans le lointain un coq de couleur d’or
coqueliquait clair aigrelet.
Les arbres étaient noirs, et l’aube pâle,
les oiseaux au réveil pépiaient,
se frayant entre les feuilles, frêles
et frais, un vent vagabondait.

Par la vitre elle vit grandir l’éclat
en longue lumière, chatoyant
sur la terre et les feuilles ; dans l’herbe en bas
scintillait la rosée d’argent.
Sur le plancher ses pieds blancs se glissèrent,
brillèrent dans les escaliers,
entre les herbes dansants ils marchèrent
tout éclaboussés de rosée.

Avec sa robe ourlée de joyaux,
elle dévala le ruisseau
et se pencha sur le tronc d’un marsault
et regarda frissonner l’eau.
Elle vit un martin-pêcheur plonger,
un éclair bleu, comme une pierre,
les roseaux étaient doucement courbés,
les feuilles-de-lis s’étalèrent.

Une musique soudaine lui vint,
comme elle luisait là, dressée,
les cheveux dans la flamme du matin
glissant sur ses épaules, dénoués.
Il y avait flûtes, et harpes pincées,
et un son de chant s’entendait,
de voix-de-vent jeunes et élevées,
des cloches loitaines tintaient.

Un navire s’approcha en glissant
coque et rames blanche, bec doré ;
quelques cygnes nageaient à ses devants
pour guider sa proue élevée.
Vêtus de gris argent, de belles gens
des Terres-des-Elfes ramaient,
et trois d’entre eux, cheveux flottant
portant couronne s’y tenaient.

Harpes à la main ils chantaient leur air
aux lentes rames balançant :
« Longues sont les feuilles, le pays est vert,
et les oiseaux pépient leur chant.
Cette terre s’éclairera longtemps
au petit jour d’une aube d’or,
avant que les blés tournent blanc,
bien des fleurs s’ouvriront encore. »

« Où allez-vous alors, gents bateliers,
en descendant cette rivière ?
Au crépuscule, pour vous dissimuler
dans une cache forestière ?
Aux Îles nordiques, aux plages de pierre
volant sur des cygnes puissants,
passant les vagues froides, et solitaires
vivre aux cris des goélands blancs ? »

« Nenni ! » répondirent-ils. « Nous suivons
la dernière voie loin d’ici,
sur les mers des ombres nous nous osons,
laissant à l’Ouest les havres gris,
nous nous en retournons au beau Pays
des Elfes, où l’Arbre Blanc s’élève,
et où l’Etoile sur l’écume luit
flottant sur la dernière grève. »

« Oublions donc la Terre-du-Milieu,
disons adieu aux champs mortels !
Au Pays-des-Elfes sonne clair-joyeux
une cloche dans la haute tourelle.
Ici soleil et lune sont en déclin,
feuille et herbe vont s’étioler ;
nous avons entendu l’appel au loin
qui nous incite à traverser. »

Les rames cessèrent. Ils se retournèrent,
criant : « Fíriel, Fíriel !
Entends-tu, Demoiselle-de-la-Terre
d’une beauté d’Elfe, cet appel ?
Notre navire n’est pas encor plein.
Viens ! Tes jours vont à tire-d’aile,
Viens ! Nous pouvons encor porter quelqu’un !
Ecoute notre ultime appel ! »

De la rive, Fíriel les regarda,
osant un pas ; alors son pied
profondément dans la boue s’enfonça,
et elle s’arrêta, figée.
Doucement la nef des Elfes passa,
chuchotant de par la rivière :
« Je ne peux pas venir ! » cria sa voix
« Je suis née fille de la Terre ! »

Sa robe était nue de joyaux brillants,
comme sous voûte et porte sombre
elle rentra en traversant les champs,
passant sous la maison et l’ombre.
Elle revêti son sarrau brun-rouille,
ses longs cheveux elle tressa
et elle descendit à son travail.
Bientôt l’éclat du jour fana.

Les unes après les autres, les années
coulent le long des Sept Rivières ;
passent nuages, les jours ensoleillés,
le saule tremble en roselière
à l’aube et à l’aurore, mais plus jamais
de navire à l’ouest n’est parti
par les eaux mortelles comme ils faisaient,
et leur chant s’est évanoui.

L’ombre-fiancée ( http://leboisduchancours.fr/wordpress2/?p=12 )

Là était un homme qui vivait solitaire,
comme passaient et les jours et les nuits
il restait assis comme s’il était de pierre,
mais sans projeter d’ombre autour de lui.
Sur sa tête les chouettes blanches se perchèrent
à la lueur d’une lune hivernale ;
elles s’essuyèrent le bec et le pensèrent
bien mort sous les étoiles estivales.

Là vint une dame toute vêtue de gris
illuminée par l’aube à peine née :
elle s’accorda un moment de flânerie,
mêlant des fleurs à ses cheveux tressés.
Il s’éveilla comme surgi de la pierre,
brisant le sort qui le liait ainsi ;
il se saisit d’elle, serrant fort os et chair;
tout en drapant son ombre autour de lui.

Là jamais plus elle ne vient se promener
lorsque étoile ou soleil ou lune luit ;
car dans les profondeurs elle doit demeurer,
où n’existent ni les jours ni les nuits.
Mais une fois l’an on voit les grottes éclore
et les choses enfouies sortent en nombre,
alors ils dansent ensemble jusqu’à l’aurore
et ils ne projettent qu’une seule ombre.


Petite Princesse Moa (http://leboisduchancours.fr/wordpress2/?p=10 )
Une chanson elfique dit
Combien on la trouvait jolie
La Petite Princesse Moa :
Ses cheveux si bien torsadés
De perles étaient parsemés ;
De filandre duitée d’or
Avait été tissé son châle,
Et sur sa gorge des étoiles
En une tresse d’argent.
Elle portait manteau tramé
de fil d’arpenteuse léger
Et blanc comme la lueur de la lune,
A sa tunique était nouée
Une ceinture constellée
De rosée de diamant.

Elle marchait dans la journée
En mante grise, capuchonnée
De bleu nuageux ;
Mais dans la nuit se promenait
Eblouissante, elle brillait
Sous le ciel éclairé d’étoiles,
Et ses frêles petits chaussons
En fine écaille de poisson
Etincelaient à se rendre
Au bassin où elle dansait
Et jouait sur le miroir frais
De l’onde dormante.
Comme une brume de lumière
Elle miroitait tel du verre
Dans un vol virevoltant
Partout où ses petits pieds
D’argent, rapides et légers
Tapotaient la piste de danse.

Elle porta ses yeux au loin
Les perdit dans le ciel sans fin
Et elle regarda vers la rive ombreuse;
Ensuite elle se retourna
elle regarda vers le bas
et vit sous son passage
Quoi ? Une Princesse Soa
Toute aussi jolie que Moa :
Elles dansaient pied à pied !
Soa était aussi légère
Que Moa, toute de lumière ;
Mais Soa était, fait étrange,
Complètement renversée, et
Portait un diadème étoilé
Dans un bassin sans fond !
Sous la surprise, ses yeux brillants
Ecarquillés, ouverts tous grands,
Se levèrent sur ceux de Moa :
Quelle merveille, se renverser
Tête en bas pour se balancer
Au-dessus d’une mer étoilée !

Mais il n’y avait que leurs pieds
A jamais pouvoir se toucher ;
Car où trouver des chemins
Qui mèneraient dans un pays
Où contrairement à ici
Elles seraient suspendues au ciel
Personne ne pourrait le dire
Ni par un sort le découvrir
Malgré tout le savoir des Elfes.

Toujours seulette depuis lors
Une elfe solitaire encore
Dansant comme avant
Avec dans ses cheveux des perles
Et une tunique très belle
Et de frêles petits chaussons
En fine écaille de poisson allait Moa :
En fine écaille de poisson
Et de frêles petits chaussons
Et une tunique très belle
Avec dans ses cheveux des perles allait Soa !


Et en ce qui concerne Tom Bombadil lui même : un gros PDF avec une étude complète : http://www.jrrvf.com/essais/tom/Article_...mbadil.pdf . L'article est hébergé chez JRRVF, mais dans le cadre (pas près d'être lancé) de la migration du contenu et cie, je prend les devants et ne voit aucun inconvénient à le dépoussiérer et l'héberger chez Tolkiendil Smile

"[Faerie] represents love: that is, a love and respect for all things, 'inanimate' and 'animate', an unpossessive love of them as 'other'."
J.R.R. Tolkien, Essay on Smith of Wootton Major.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
10.05.2011, 06:32
Message : #2
RE: [Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
Je confirme : l'étude bombadilienne est passionnante et mérite amplement d'être hébergée par Tolkiendil. Et du point de vue poétique, c'est une vraie réussite. Smile

Laegalad, tu te souviendras peut-être que j'avais proposé quelques traductions alternatives pour les toponymes de la Comté dans cet article, avec explications des traductions ici.

Si tu es convaincue par les raisonnements, tu es libre d'adapter (ou non) ta traduction.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
10.05.2011, 09:21
Message : #3
RE: [Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
Je regarderai ça en prenant aussi en compte les acrobaties que ça m'infligerait sur les alexandrins rimés ^_^

"[Faerie] represents love: that is, a love and respect for all things, 'inanimate' and 'animate', an unpossessive love of them as 'other'."
J.R.R. Tolkien, Essay on Smith of Wootton Major.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
23.08.2011, 17:19
Message : #4
RE: [Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
Just to say que je suis en train de reprendre cet article en vue d'une publication sur Tolkiendil Smile

Je ne pense cependant pas reprendre les propositions d'Elendil, non qu'elles soient mauvaises, mais parce qu'il faudrait que je refasse la carte du Maresque qui illustre les promenades de Bombadil, et que là une flemmardite aigue s'abat sur moi. Mais je ferai mention des propositions dans mes commentaires, bien sûr Smile

"[Faerie] represents love: that is, a love and respect for all things, 'inanimate' and 'animate', an unpossessive love of them as 'other'."
J.R.R. Tolkien, Essay on Smith of Wootton Major.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
23.08.2011, 18:37
Message : #5
RE: [Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
Si tu veux, je peux t'aider pour la carte. Wink

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
24.08.2011, 10:48
Message : #6
RE: [Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
J'étudie attentivement tes propositions de traductions, mais plutôt que de rallonger mon article en expliquant pourquoi je ne reprend pas certaines, je vais le faire ici Smile

Grindwall :
Laegalad a écrit :D’après la préface aux ATB, Grindwall est « un petit débarcadère sur la rive nord du Tournesaules ; il se situait en dehors de la Haie, et était donc bien gardé et protégé par une grille ou barrière qui se poursuivait dans l’eau. » La traduction française de Murmoulu n’est pas très heureuse ; si son allitération est agréable, son sens apparent — le seul, d’ailleurs — reste illogique. Le premier sens de grind est certes “moudre, concasser, grincer” — ce qui fait sans doute référence à la mauvaise volonté des arbres de la Vieille Forêt, qui se pressaient contre la haie pour l’avaler, jusqu’à ce que les Hobbits en fasse un feu de joie. Cependant, la septième promenade nous guide vers une autre interprétation, plus profonde, de Grindwall : « Le mot grind signifie “clôture à barreaux” en vieux norois. A ce mot s’ajoute comme une redondance le mot anglais wall “mur”.». C’est cette redondance que j’ai choisi de mettre en avant, en composant Murclaie, claie désignant un treillis d’osier — matériau facile à trouver le long du Tournesaules — à claire-voie, c’est-à-dire faite d’un entrecroisement de lattes laissant passer la lumière.
Elendil a écrit :Pour rendre Grindwall, qui contient le vieux norrois grind « clôture à barreaux », il fallait éviter un terme utilisant « claie », puisque Tolkien s’était gardé de faire le lien avec le Withywindle. C’est pourquoi j’ai écarté « Murclaie », qu’avait adopté Stéphanie Loubechine,. La solution de Céline Leroy, « Le Mur de la Grille », était une fois de plus trop prosaïque et explicite, tandis que celle de Dashiell Hedayat, « Murmoulu », se fourvoyait en considérant que ce nom dérivait du verbe anglais to grind « moudre, broyer ». Je me suis donc rabattu sur « Le Plessis-Mur », dont le premier composant est un toponyme très répandu en France, apparaissant souvent en composition avec un autre terme (généralement un nom de personne). Cela a l’avantage de correspondre précisément à la signification de l’original et à souligner la redondance. Une plaisse est un mot dialectal dérivé de l’ancien français plesce qui signifie « haie, clôture de branches entrelacées formant barrière », du latin populaire *plaxum « haie ». Le suffixe –is vient probablement du celtique *-(i)āko-, dénotant un lieu.
Associer directement "claie" à "saule" est un peu du coupage de cheveux en quatre ^_^ Je garde mon Murclaie, qui a l'avantage indéniable de ne compter que deux syllabes, en prime.

Haysend :
Laegalad a écrit :Il est orthographié différemment… ainsi dans les ATB, mais Haysend dans le GN et sur la carte de la Comté. Si le sens semble évident, il convient cependant de ne pas se laisser prendre à sa simplicité apparente — pour le lecteur français, tout du moins. Car « le mot anglais hay “barrière” (qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme hay “foin, herbe sèche”) est aujourd’hui fort peu employé. Il vient du moyen anglais hai ou hei qui est lui-même issu du vieil anglais hegge “barrière”. Hegge est aussi à l’origine du mot hedge tout comme son équivalent francique hagja est à l’origine de notre haie. » (septième promenade).
Au regard de l’archaïsme, j’ai préféré éviter des composés de barrière ou haie, dont le sens est trop évident — c’est pour cette raison que je n’ai pas repris le Fin-de-Barrière présent sur la carte de la Comté. Le terme hay au sens de « haie » étant absent des dictionnaires unilingues récents, il fallait trouver un terme français qui subisse le même sort… Et l’on a donc le clédal, ranimé de l’ancien français, emprunté au patois savoyard clia, clédala, « claie en osier; panneau à claire-voie fait avec des panneaux de bois pour parquer les chèvres, les moutons, les cochons, etc. » Terme qui viendrait lui-même du gaulois cleta, « claie, grille, treillis », racine indo-européenne*klei-, « appuyer ». Le matériau utilisé pour fabriquer un clédal est en tout cas tout indiqué, et Fin-de-clédal me semble une bonne traduction pour Haysend.
Elendil a écrit :Pour l’orthographe Haysend, une traduction « Finhaie » aurait pu être plus appropriée. J’ai cependant jugé plus sage de conserver le nom mentionné sur la traduction de la carte de la Comté dans le SdA, vu que sa signification est respectée, même si cela a pour conséquence de créer une variabilité du nom plus importante que la simple présence ou nom d’un tiret dans Hays(-)end.
Puisque je voulais conserver un archaïsme, je garde Clédal Smile

Mithe :
Je traduisais par Aber, Elendil par Conté. J'hésite à intégrer le jeu de mot au dépend de l'originalité du terme "Aber"... à peser.

Shirebourn : j'aime beaucoup Obrupt. J'intègre.

Rushey : Les Rouches / Rouchant... bah. Je n'ai pas trouvé trace d'un glissement du suffixe -ham vers -ant, du reste. De tout ce que j'ai pu trouver, -ham reste entier (et est même plutôt utilisé en préfixe, ou comme mot à part entière). Du coup, je garde les Rouches, mon coup de coeur de l'époque Smile

Pour la carte, j'arriverais bien à trouver le temps de la modifier, mais je ne peux pas faire ça au boulot ^^ Du reste, un petit rafraîchissement ne lui ferait pas de mal. ça me fera la main avant que je m'attaque à une carte de Mirkwood pour le Dragon Vert Smile

"[Faerie] represents love: that is, a love and respect for all things, 'inanimate' and 'animate', an unpossessive love of them as 'other'."
J.R.R. Tolkien, Essay on Smith of Wootton Major.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
24.08.2011, 16:57
Message : #7
RE: [Traduction] Poèmes des Aventures de Tom Bombadil
Pour le glissement -ham > -ant, on ne l'observe apparemment que dans le Nord-Pas-de-Calais (et peut-être en Wallonie, je ne suis pas expert). Ça tombait bien pour moi, parce que j'ai essayé de donner une tonalité du Nord-Est aux noms figurant dans la Comté.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Discussions apparemment similaires...
Discussion : Auteur Réponses : Affichages : Dernier message
  ♬ Tom Bombadil ♬ Daeron 5 971 29.01.2019 01:35
Dernier message: Chiara Cadrich
  Les divagations de Tom Bombadil Chiara Cadrich 1 745 23.12.2018 13:49
Dernier message: Daeron
  [Poémes] Tol Eressëa Elifëa 10 9 534 18.11.2018 20:03
Dernier message: Daeron
  ♬ Quel âge as-tu Tom Bombadil ♬ * Daeron 6 2 009 22.12.2017 10:46
Dernier message: Baradon
  [Trad] Poèmes courts transcrits par Elendil Elendil 12 8 403 11.05.2009 15:35
Dernier message: Elendil
  Mes poèmes : aide et conseils Argonsth 3 4 885 07.04.2006 18:52
Dernier message: Zelphalya
  Poèmes sur Eowyn Imorn 0 3 101 30.11.2004 14:09
Dernier message: Imorn
  Tom Bombadil divitiac 2 3 055 01.08.2004 02:21
Dernier message: Meneldur
  poèmes à éditer Fëagond 24 14 352 15.03.2003 09:30
Dernier message: Fëagond

Aller à :