Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
04.11.2007, 21:48
Message : #1
cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
Alors je réitère :


D'après vous, pensez-vous que Tolkien était plus amoureux de l'histoire qu'il contait (au point de faire quelques sacrifices) ou que c'est la cohésion de l'ensemble qui le dirigeait dans tout ce qu'il écrivait?

Ou mieux, serait-ce la recherche de cohésion qui le poussait a recenser chaque brin d'herbe poussant sur Arda pour justifier ses écarts épiques?
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2007, 00:02
Message : #2
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
Je pense que son soucis premier était la cohérence. Quand on lit les lettres, on voit qu'il a réécrit des passages entiers du SDA rien que pour que le trajet des personnages soit cohérent avec la lune qui décrivait le temps qui passe ^^
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2007, 21:48
Message : #3
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
la cohésion
moi je pense qu'il préferait le mystère
Il n'aurait pas suscité autant d'attirance pour les zones d'ombre de son univers
Gothmog est-il un Nazgûl?
Le balrog a-t-il des ailes ?
la profusion de détails constituant son univers met en exergue l'absence de description du côté obscur de l'anneau.
Ce contraste amplifie le désir des connaissances cachées.
Pourrait-il que ce soit une technique de narration (manipulation?)
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2007, 22:13
Message : #4
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
Moi lorsque j'imagine des histoires je laisse volontairement des imprécisions pour laisser libre cours à l'imagination du lecteur tandis que je supervise tous les détails restants
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2007, 23:11
Message : #5
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
Les deux questions que tu poses ici ne me semblent pas être des points essentiels de son univers. Mais le flou du côté obscur des forces d'Arda peut s'expliquer de plusieurs façons, comme par exemple :
1) Tolkien a justement voulu les représenter comme une masse informe et sans différences (à l'opposé des Peuples Libres ; comme l'industrie est opposée à l'artisanat), créatures amalgamée en une entité monstrueuse. C'est pour ce genre de raison et pour d'autres (blondeur des Rohirrim, civilisation des Gondoriens) que certains extrémistes ont cru voir dans l'oeuvre de Tolkien une alégorie à la Seconde Guerre Mondiale (Rohirrim = Nazis, Orcs = Juifs... Rolling Eyes ).
2) Le principal être maléfique (Sauron) étant absent presque tout le temps, le vide narratif peut aussi être un effet supplémentaire pour le Mal, comme tu le dis toi-même.

Et pour citer Tolkien (Letters, lettre n°247, 20 septembre 1967) :
Citation :Part of the attraction of The L.R. is, I think, due to the glimpses of a large history in the background : an attraction like that of viewing far off an unvisited island, or seeing the towers of a distant city gleaming in a sunlit mist. To go there is to destroy the magic, unless new unattainable vistas are again revealed.
Il faut donc toujours révéler de nouvelles choses ou la magie est détruite. Et Tolkien ne voulait évidemment pas tout révéler. D'où ce "désir des connaissances cachées" dont tu parles. C'est le problème de devenir tolkieno-dépendant ! (et j'en sais quelque chose) Wink
Citer ce message dans une réponse
06.11.2007, 00:08
Message : #6
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
Lomelinde a écrit :Et pour citer Tolkien (Letters, lettre n°247, 20 septembre 1967) :
Citation :Part of the attraction of The L.R. is, I think, due to the glimpses of a large history in the background : an attraction like that of viewing far off an unvisited island, or seeing the towers of a distant city gleaming in a sunlit mist. To go there is to destroy the magic, unless new unattainable vistas are again revealed.
Il faut donc toujours révéler de nouvelles choses ou la magie est détruite. Et Tolkien ne voulait évidemment pas tout révéler. D'où ce "désir des connaissances cachées" dont tu parles. C'est le problème de devenir tolkieno-dépendant ! (et j'en sais quelque chose) Wink
Ta citation est essentielle pour bien saisir le monde de Tolkien. Elle est une référence indispensable pour moi depuis longtemps, au même titre que "Feuille, de Niggle", ou bien encore l'essai "Du conte de fées".

Tolkien nous y explique à la fois comment son texte doit fonctionner selon des règles bien définies - et on aurait pu citer également le paragraphe précédent de la Lettre 247, sur la mise en forme du texte et la nécessité de retravailler les légendes - mais aussi comment sa création finit par lui "échapper" à partir du moment où il la propose au lecteur. Wink

Un autre élément à prendre en compte est le fait que Tolkien n'a jamais pu terminer son oeuvre !
A partir de là, les "mystères" qui peuvent y apparaître ne sont finalement que des éléments de l'oeuvre parmi d'autres, et ne peuvent donc pas être "opposés" à la volonté de cohésion qu'avait Tolkien pour son oeuvre.
Encore une fois, à chacun d'interpréter ces mystères selon ses sensibilités à partir du texte proposé.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08.11.2007, 17:49 (Ce message a été modifié le : 08.11.2007 17:49 par Juliεη.)
Message : #7
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
Huan a écrit :Un autre élément à prendre en compte est le fait que Tolkien n'a jamais pu terminer son oeuvre !

Et un autre: l'oeuvre est immense oO!
Quand on écrit une histoire imaginaire, toujours vivante, toujours modifiable puisque non basée par des faits intangibles (Tolkien ne pouvait changer la date de la bataille d'Azincourt, mais il pouvait à volonté changer celle d'une de ses batailles imaginaires pour plus de cohérence), il arrive souvent que le présent modifie le passé (ou l'inverse), bref qu'ils ne concordent pas. Il faut toujours corriger et recorriger et vu l'étendue de son oeuvre, je tend à dire que c'est presque impossible d'enlever toutes les petites imperfections involontaires... à différencier des omissions volontaires pour plus de magie: la question classique: "Qui est Tom Bombadil?" est un parfait exemple, puisque ce personnage inconnu est devenu pour moi le plus magique et le plus énigmatique de tous! L'image même de la féérie...
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08.11.2007, 19:12
Message : #8
RE: cohésion, réalisme, onirisme, et portée épique chez Tolkien
manthanoménos a écrit :à différencier des omissions volontaires pour plus de magie: la question classique: "Qui est Tom Bombadil?" est un parfait exemple, puisque ce personnage inconnu est devenu pour moi le plus magique et le plus énigmatique de tous! L'image même de la féérie...

A ce sujet (Letters, lettre n°144, 25 avril 1954) :
J.R.R. Tolkien a écrit :As a story, I think it is good that there should be a lot of things unexplained (especially if an explanation actually exists); and I have perhaps from this point of view erred in trying to explain too much, and give too much past history. [...] And even in a mythical Age there must be some enigmas, as there always are. Tom Bombadil is one (intentionally).
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Discussions apparemment similaires...
Discussion : Auteur Réponses : Affichages : Dernier message
  Tripartition chez Tolkien Le Grand Cthulhu 17 6 473 18.01.2014 18:48
Dernier message: Elendil
Cool Inspirations géographiques chez Tolkien Shizam 5 3 239 01.01.2011 05:39
Dernier message: Shizam
  L'expression du temps chez Tolkien Tar-Aldarion 22 8 541 06.11.2010 17:39
Dernier message: Elendil
Neutral Les Géants de Pierre chez Tolkien Miëg 2 6 780 03.11.2009 22:01
Dernier message: Miëg
  Symbolique du chant chez Tolkien Juliεη 55 20 638 08.05.2007 23:37
Dernier message: Belgarion
  La symbolique de l'Etoile chez Tolkien ISENGAR 9 4 151 15.11.2006 23:45
Dernier message: Elwen
  Vérité du mythe chez Tolkien Aglarond 90 30 071 29.04.2006 13:47
Dernier message: Thoror
  la psychologie chez tolkien fandetolkien 1 2 664 31.12.2004 20:56
Dernier message: Kathryl
  Personnages féminins chez Tolkien Elsie 19 6 905 23.01.2004 19:10
Dernier message: Choukroute

Aller à :