Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Un bataillon fourbu
01.05.2007, 11:22
Message : #1
Un bataillon fourbu
Un bataillon fourbu - (Khand)

Sur une idée originale d'Incanus, et avec la colaboration précieuse de Lamartine et de quelques autres au moins aussi méconnus.


Dans l’orient décharné quelques gazons épars
Se mordoraient sous les feux hardis de l’aurore ;
Les rayons maladroits du tout jeune astre d’or
Jouaient dessus les fils des lames des poignards.

Un vent ocre et brutal rabattait la poussière
Qu’un bataillon fourbu, à force de soupirs,
De gémissements sourds et de vains déplaisirs
Avait laissé lever dans ce décor austère.

Sombre et mélancolique, un âcre capitaine,
Le buste renversé sur un feu grimaçant,
Vagabondait en rêve aux rives du couchant
Que les nues embuaient de larmes souveraines.

Un sanglot, un regret, une ire impénétrable
Transportaient tout à tour son âme machinale ;
Un bataillon fourbu marchait ; au loin, dans Dale,
Les cloches susurraient de réjouissantes fables.


Divitiac
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
12.05.2007, 13:38
Message : #2
RE: Un bataillon fourbu
Je le verrais bien chanté par Léo Ferré Smile
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
27.05.2007, 18:25
Message : #3
RE: Un bataillon fourbu
J'adore le rythme ! On dirait qu'un aigle majestueux observe tous ses détails en survolant ces gazons épars... Wink

Je ne te parle même pas du vocabulaire extra poétique : décharné, fourbu, mordorer,... whaouu !

Un seul hic sur le dernier vers : de ré/jou/is/san/tes fables
Cela ne te fait pas sept pieds ? De plus, sa prononciation provoque un effet hachuré qui brise le rythme de la fin (je le dis toujours : la fin est toujours la partie la plus dure !)

Toujours aussi fan,

Elros Tar-Minyatur
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
27.05.2007, 18:51
Message : #4
RE: Un bataillon fourbu
Sympathique poème, effectivement.

Effectivement, le dernier vers est irrégulier, si l'on tient compte d'une stricte division syllabique de 'réjouissantes'. Ceci dit, la prononciation naturelle de ce mot serait plutôt ré/jouis/san/tes.

Par contre, je note que les hémistiches ne sont pas toujours réguliers :

'Se mordoraient sous les | feux hardis de l'aurore'
et
'Un bataillon fourbu | marchait ; au loin dans Dale.'

Dans ces deux cas, la division ne correspond pas à un ensemble logique.

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt merveillus vasselage :
Puis que il sunt as chevals e as armes,
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
La Chanson de Roland
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Aller à :