Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Thibaud Mercier: La charge des Rohirrim
04.11.2005, 00:14 (Ce message a été modifié le : 20.02.2007 14:07 par Squall-Estel.)
Message : #1
Thibaud Mercier: La charge des Rohirrim
(Libre inspiration Smile )
EDIT: je rajoute au fur et à mesure les parties du poème Very Happy

Des étoiles de sang dans la nuit ont surgi:
Les feux d'alarme du Gondor;
Répondant à l'appel, les Rohirrim ont pris
Les armes contre le Mordor.

Des échos de tambours dans la Nuit ont chanté;
Guidée par les hommes sauvages,
Dans la forêts passant, l'Armée a emprunté
Des chemins de l'ancien âge.

Les sabots du Rohan dans la Nuit sont passés,
L'Angoisse dans l'âme et le coeur,
L'Ombre planant sur eux comme un souffle glacé
Brassant des sanglots et des pleurs...

_Et Theoden le Grand des collines du Nord
Contemple le champ de bataille,
La monstrueuse gloire des armées du Mordor
Meuglant ainsi que du bétail.

L'effroyable puissance dans la Nuit exultant
Semble accabler Eorlingas;
Dans les ombres courbé, il chancelle un instant
Près de retourner sur ses pas.

_Mais un éclair soudain déchire les ténèbres:
Minas Tirith éblouissante
Se dresse, incendiée, blanche Flèche funèbre,
Agonisante et belle mais debout! mais vivante!

Debout Eorlingas! Et gronde le tonnerre,
Et chante le coq insouciant,
Et hurle Theoden d'une voix forte et claire
Comme un ressort se redressant!

Plus forte que l'orage au pied du Pelennor,
Plus belle que mille ouragans,
Plus mouvante que l'eau, la tempête des cors
Se déchaîne d'un flot éclatant!


_Agile, impétueux, cheval blanc sur fond vert,
Porté par la fureur et le vent de la guerre
Filant comme la foudre et comme elle frappant
Au secours du Gondor s'avance le Rohan...
Carnage! Gloire et chants! Terreur et épouvante!
Quel est ce feu soudain, cette flamme puissante,
Cette force qui va planant sur la colline
Et qui sur son passage tue, massacre et décime?
Le Roi des Rohirrim sur le blanc Nivacrin
Brille tel un Soleil apportant le Matin:
Les ténèbres brûlées gémissent et s'enfuient
Comme au chant de l'aurore est balayée la nuit,
Et, joyeux combattants, sabots de la Colère,
Les Rohirrim frappant de leurs lances de fer
Percent les rangs serrés du Mordor gémissant;
Et tout d'un coup l'Armée d'Eorl éclate en chants.

*****

L'éclair inattendu a secoué l'orage.

Orques et Suderons tels des fétus de paille
Sont pris au dépourvu sur leur champ de bataille
Balayés tout un coup par cette déferlante
D'hommes et de chevaux; par cette aube puissante
Qui a percé soudain le manteau de ténèbres;
Puis par ce chant beau et funèbre.

Pour l'obscur Ennemi c'est un sombre présage.

Mais l'être terrifiant qui conduit l'Armée Noire
A de l'expérience et un vaste savoir;
Ce nouvel adversaire, il saura le briser
Car jamais aucun homme ne pourra le tuer.
Le Seigneur des Nazgúl retourne sur ses pas
Pour reprendre en main le combat.

Au bord du Pelennor la bataille fait rage...

...Le Roi des Rohirrim galope sur la plaine
Cherchant des monstres à tuer;
Au loin, deux yeux perçants l'observent avec haine,
Voyant la bannière isolée,
Le chef des cavaliers ennemis se prépare
A lancer une contre-attaque;
D'un cri strident, il fait brandir son étendard
Serpent Noir sur fond écarlate...
Et la cavalerie s'agite et se déploie
Ainsi qu'une vivante toile,
Et mille cimeterres brillent avec éclat
Comme un scintillement d'étoiles.

Theoden d'un regard aperçoit la menace
Et fait virvolter son coursier,
"N'attendons pas l'assaut! Debout Eorlingas!"
Hurle-t-il a ses cavaliers!
Et Rohan de nouveau déploie ses grandes ailes
Prenant un glorieux envol,
La bannière du Roi resplendit dans le ciel
Avec une vitesse folle!

Filant l'une vers l'autre, les deux cavaleries
Galopent, enivrées de fureur infinie,
Suderons tels l'orage, Rohirrim tels l'éclair!
Dans le vent tourbillonnent cheveux comme crinières,
Et dans chaque poitrine au souffle incandescent
Un coeur cogne, rythmé par le martèlement
Des sabots... Lance au poing, sabre et épée au clair,
Serpent noir sur fond rouge, cheval blanc sur fond vert,
Mordor et Rohirrim avec rage s'affrontent!
Grand fut le choc de leur rencontre.

Les suderons étaient bien supérieurs en nombre,
Mais la furie des Rohirrim
Désarçonna bientôt les cavaliers de l'ombre;
Leur hardiesse fut sublime!
Et au milieu de tous, au sommet de sa gloire
Combattait Theoden le Grand;
Comme un dieu de jadis il brillait dans le noir
Et chantait tout en massacrant!
Il abattit lui-même leur sanglant étendard.
_Alors, tournant bride et fuyant,
Tous ceux des cavaliers restants du Serpent Noir
Disparurent en gémissant.

_Mais qu'est ce vent soudain étouffant de ténèbres?
Quel est ce souffle froid sur la plaine funèbre?
Horreur! Quel est ce cri perçant comme une lame,
Cette voix démoniaque qui lacère les âmes,
Ce sifflement mordant ainsi que du venin?
Toute étoile est noyée, toute flamme s'éteint!
O douleur, O douleur! Manteau de désespoir!
L'aurore est balayée par un vent de Nuit noire...
Le Roi des Rohirrim se dresse dans la Nuit:
"Debout Eorlingas!"... Mais tout espoir a fui,
La terreur est trop grande et l'Ombre trop glacée,
Les chevaux fous de peur, les hommes terrifiés,
Tous gémissent et tombent; Et le blanc Nivacrin
Dans sa folie chutant a scellé le Destin
De Theoden tombé au milieu de sa gloire
Vaincu par l'Epouvante Noire.

********

Un voile de Douleur et de Nuit est tombé...

...Et l'Ombre s'ébrouant exhale des Ténèbres.
Elle agite ses grandes ailes,
De sa gueule jaillit un cri rauque et funèbre,
Une plainte dure et cruelle.
Ses griffes sur le sol, d'un geste malhabile
Lacèrent la terre et les corps,
Et l'oiseau monstrueux, gluant ptérodactyle,
Titube, comme enivrée de Mort.

Mais un Ange brillant tout d'un coup s'est dressé.

Le fidèle Dernhelm à la voix claire et belle
Se tient devant son souverain;
Des larmes sur ses joues doucement étincèlent
Et perlent à ses yeux d'airain.

Le capitaine Noir croit en sa destinée:
Aucun homme ici-bas ne pourra le tuer.

Et un étrange rire éclate brusquement:
Tombe le heaume du secret,
Et le visage blond d'Eowyn de Rohan
Devant le Nazgûl apparait!

... Les yeux rouges de Feu fixent les yeux d'acier...

...L'oiseau-serpent se love et ses crocs fendent l'air,
Mais d'un geste éclatant la vierge guerrière
Esquive, et son épée d'une frappe rapide
Tranche le cou tendu de la bête morbide,
Qui s'effondre comme une masse.
Du naufrage s'élève avec un cri de haine
Le Seigneur des Nazgûl: sa rage se déchaîne,
Sa masse d'armes vole, et un coup meurtrier
S'abat sur Eowyn; son bras, son bouclier,
Se brisent comme de la glace.

Mais quel est cet éclat de lumière d'or
Qui jaillit brusquement au milieu des corps?
Le jeune Meriadoc, l'ecuyer holbytla
Qui dans l'armée avait accompagné le Roi,
Le jeune Meriadoc surmontant son horreur
Au secours d'Eowyn se jette avec fureur,
Et la poigne fragile qui la tient fermement
Rassemble son courage et, d'un vif mouvement
Plante la vive dague au niveau du tendon.
Et tombe le Nazgûl, et hurle le démon:
Eowyn rassemblant ses forces vacillantes
Enfonce son épée dans l'Ombre trébuchante,
Et comme un ouragan de ténèbres vaincues,
Comme une explosion de sombres flammes nues,
Avec un dernier cri jaillissant vers les cieux
Le Seigneur des Nazgûl disparait de leurs yeux,
Et jusqu'à Barad-dûr son hurlement de Mort
Résonne comme un sombre cor.

Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
04.11.2005, 03:03
Message : #2
 
C'est tout simplement fabuleux, ça m'inspire !

J'ai vraiment l'impression d'être auprès d'eux !

Merci...
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
04.11.2005, 20:02
Message : #3
 
Encore une fois Squall-Estel c'est du beau travail.
Je trouve ca trés entrainant et pour reprendre ce que disait Iluvatar on se croirait parmis les guerriers Rohirrim.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
04.11.2005, 21:53
Message : #4
 
Merci illuva@ta@rs!
C'est le passage le plus épique du Seigneur des Anneaux, et je travaille sur celui-ci depuis un an et quelques (pas jour et nuit, hein)...
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
04.11.2005, 22:08
Message : #5
Re: Thibaud Mercier: La charge des Rohirrim
Squall-Estel a écrit :(Libre inspiration Smile )

Des étoiles de sang dans la nuit on surgi:
[...]
Les Rohirrim frappant de leurs lances de Fer
[...]
Et tout d'un coup l'Armée d'Eorl éclate en chants.

Ont surgi ; pourquoi un Fer à lance ? ; éclater en chant, au singulier non ?
Bon voilà pour les, petites erreurs, d'inattention sûrement Wink car tu restes un grand poète ^^
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2005, 12:45
Message : #6
 
Le concepteur du Livre de la marche APPRECIE !!!!
Cette charge dans la triologie de Peter J est à mon avis le sommet des trois films
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2005, 13:48
Message : #7
Re: Thibaud Mercier: La charge des Rohirrim
Ereinion Gil-galad a écrit :Ont surgi ; pourquoi un Fer à lance ? ; éclater en chant, au singulier non ?

t à ont rajouté
lances de fer, majuscule enlevée
éclater en chants , pluriel maintenu!
éclater en sanglots => (licence poétique Very Happy) éclater en chants...
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
05.11.2005, 13:50
Message : #8
 
Wink
C'est bien et continue tes productions !
PS : où en est ton récit ? (cf. http://forum.tolkiendil.com/viewtopic.ph...&start=25)
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
29.04.2006, 19:16
Message : #9
 
J'annonce que je prépare une suite à ce poème, narrant la suite de cette bataille ; poème que je publierai sans doute d'ici les écrits de Polytechnique, i.e. avant le 10 mai, j'espère.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
29.04.2006, 20:04
Message : #10
 
Bon courage ! Et vivement la suite ! Smile

"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
29.04.2006, 20:59
Message : #11
 
J'adore !!! Je trouve qu'il mérite vraiment sa place sur le site. Ma strophe préférée est la 7e notamment le Courage Eorlingas qui me donne vraiment impression d'être des leurs.

J'attends avec impatience la suite et ne néglige pas pas la mort du chef des Orientaux par Théoden et bien sûr la scène ultime du chapitre la mort du Lieutenant de la Tour Sombre. Bon courage et encore bravo !!
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
29.04.2006, 22:16
Message : #12
 
Argonsth a écrit :notamment le Courage Eorlingas

j'ai écrit ça moi? Wink

Merci beaucoup en tout cas pour ces encouragements Smile , je vais mettre du coeur à l'ouvrage!
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
30.04.2006, 09:06
Message : #13
 
Des frissons!! J'en ai eu tout le long de la lecture!
Et crois moi, des frissons pour moi, c'est vraiment quelquechose qui me touche.

A par ca rien à dire...c'est FABULEUX; faits nous cette superbe suite.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
30.04.2006, 12:21
Message : #14
 
Pour Squall-Estel : Debout Eorlingas je m'en excuse Embarassed
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
30.04.2006, 12:31
Message : #15
 
pas grave Very Happy Very Happy Very Happy

au Sporadique: merci, c'est trop d'honneur Embarassed
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
30.04.2006, 16:13
Message : #16
 
C'est bien que les sujets anciens remontent de temps en temps, je ne l'avais pas vu celui-là et que dire si ce n'est que c'est magnifique ? Smile

La métaphore du étoiles de sang nous saisit dès le début, elle est belle et bien trouvée, et aussi celle du feu pour le Rohan, avec le soleil à sa tête. Il n'y manque qu'Eowyn, la plus rouge des flammes Smile
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.05.2006, 11:39
Message : #17
 
Très beau, très enlevé. J'aime beaucoup le passage sur Minas Tirith.

Juste un petit détail :

"Prêt à" (= disposé à) ou "Près de" (= sur le point de), mais sûrement pas "Près à" (qui ne veut rien dire). En l'occurence, "Près de" semblerait mieux convenir.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.05.2006, 14:31
Message : #18
 
J'avais marqué "près de" sur mon manuscrit... merci beaucoup d'avoir remarqué cette faute de frappe Smile
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
07.05.2006, 22:39 (Ce message a été modifié le : 11.05.2006 21:33 par Squall-Estel.)
Message : #19
 
bon... la suite est peut-être plus décousue (comme la bataille...) mais j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire. La voici.

L'éclair inattendu a secoué l'orage.

Orques et Suderons tels des fétus de paille
Sont pris au dépourvu sur leur champ de bataille
Balayés tout un coup par cette déferlante
D'hommes et de chevaux; par cette aube puissante
Qui a percé soudain le manteau de ténèbres;
Puis par ce chant beau et funèbre.

Pour l'obscur Ennemi c'est un sombre présage.

Mais l'être terrifiant qui conduit l'Armée Noire
A de l'expérience et un vaste savoir;
Ce nouvel adversaire, il saura le briser
Car jamais aucun homme ne pourra le tuer.
Le Seigneur des Nazgúl retourne sur ses pas
Pour reprendre en main le combat.

Au bord du Pelennor la bataille fait rage...

...Le Roi des Rohirrim galope sur la plaine
Cherchant des monstres à tuer;
Au loin, deux yeux perçants l'observent avec haine,
Voyant la bannière isolée,
Le chef des cavaliers ennemis se prépare
A lancer une contre-attaque;
D'un cri strident, il fait brandir son étendard
Serpent Noir sur fond écarlate...
Et la cavalerie s'agite et se déploie
Ainsi qu'une vivante toile,
Et mille cimeterres brillent avec éclat
Comme un scintillement d'étoiles.

Theoden d'un regard aperçoit la menace
Et fait virvolter son coursier,
"N'attendons pas l'assaut! Debout Eorlingas!"
Hurle-t-il a ses cavaliers!
Et Rohan de nouveau déploie ses grandes ailes
Prenant un glorieux envol,
La bannière du Roi resplendit dans le ciel
Avec une vitesse folle!

Filant l'une vers l'autre, les deux cavaleries
Galopent, enivrées de fureur infinie,
Suderons tels l'orage, Rohirrim tels l'éclair!
Dans le vent tourbillonnent cheveux comme crinières,
Et dans chaque poitrine au souffle incandescent
Un coeur cogne, rythmé par le martèlement
Des sabots... Lance au poing, sabre et épée au clair,
Serpent noir sur fond rouge, cheval blanc sur fond vert,
Mordor et Rohirrim avec rage s'affrontent!
Grand fut le choc de leur rencontre.

Les suderons étaient bien supérieurs en nombre,
Mais la furie des Rohirrim
Désarçonna bientôt les cavaliers de l'ombre;
Leur hardiesse fut sublime!
Et au milieu de tous, au sommet de sa gloire
Combattait Theoden le Grand;
Comme un dieu de jadis il brillait dans le noir
Et chantait tout en massacrant!
Il abattit lui-même leur sanglant étendard.
_Alors, tournant bride et fuyant,
Tous ceux des cavaliers restants du Serpent Noir
Disparurent en gémissant.

_Mais qu'est ce vent soudain étouffant de ténèbres?
Quel est ce souffle froid sur la plaine funèbre?
Horreur! Quel est ce cri perçant comme une lame,
Cette voix démoniaque qui lacère les âmes,
Ce sifflement mordant ainsi que du venin?
Toute étoile est noyée, toute flamme s'éteint!
O douleur, O douleur! Manteau de désespoir!
L'aurore est balayée par un vent de Nuit noire...
Le Roi des Rohirrim se dresse dans la Nuit:
"Debout Eorlingas!"... Mais tout espoir a fui,
La terreur est trop grande et l'Ombre trop glacée,
Les chevaux fous de peur, les hommes terrifiés,
Tous gémissent et tombent; Et le blanc Nivacrin
Dans sa folie chutant a scellé le Destin
De Theoden tombé au milieu de sa gloire
Vaincu par l'Epouvante Noire.

Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08.05.2006, 15:02
Message : #20
 
Quel sublime travail ......... Pfff !!! Que dire ! Que dire ! Sinon, que c'est si beau qu'il n'y a rien a dire ! L'Epique et la force de toutes les émotions si bien représentées ! C'est merveilleux .... Continues ! Y aura-t-il une suite ?
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
09.05.2006, 16:32
Message : #21
 
Il y a interêt!! Je soutiens CriCri dans sa sublime critique fort bien étalée. Very Happy

Le poème est très bien conduit. L'action passe de l'assaut à l'abîme avec merveille. Chapeau bas l'ami.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
10.05.2006, 19:50
Message : #22
 
Merci vraiment beaucoup! Il m'a donné du fil a retordre, celui-là Smile

Une suite? Shocked Very Happy peut-être... mais j'ai d'autres projets pour les jours à venir.. un projet classé X Wink Razz
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
23.05.2006, 23:41
Message : #23
 
C'est vraiment super. Fluide, léger, frémissant de création. On se sent serré entre le rangs des Rohirim.

Le dernier vers est pertinent !

Chapeau bas.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
24.05.2006, 15:40
Message : #24
 
Imrahil de Dol Amroth a écrit :Chapeau bas.
Grand Merci. Smile


Dans le récit de la bataille proprement dite, j'ai voulu terminer chaque strophe par un octasyllabe, même si c'était une strophe d'alexandrin, pour casser légèrement le rythme et accentuer ce dernier vers. C'était surtout important pour la dernière strophe, où l'ombre recouvre soudain Theoden... Le rythme est un peu "tourbillonnant" - j'ai essayé d'évoquer un cheval qui se cabre - et rompre brusquement par cet octasyllabe - aussi brusque que la chute de nivacrin.

Sur mon premier jet, le dernier vers était "Tombe Nivacrin sur son roi" , mais je trouvais qu'il laissait l'épisode inachevé: Alors j'ai préféré "transposer", c'est à dire conclure par le triomphe de l'"Epouvante Noire" en fixant définitivement le mouvement du poème, comme si l'on regardait Théoden désormais immobile sur le sol. J'ai tenu à cette rupture car on la retrouve (en tout cas elle m'a marqué) dans le livre.

Tout ça pour dire que ce dernier vers m'a demandé du temps et du boulot Very Happy
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
31.05.2006, 21:02
Message : #25
 
N'as-tu jamais pensé à publier tes oeuvres ?

Sans rigoler... c'est du sérieux
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.06.2006, 13:47
Message : #26
 
ben, j'en ai déjà publié... sisi, dans un grand magazine super bien: l'Arc et le Heaume Wink

Plus, sérieusement, j'avoue n'y avoir jamais vraiment songé. Un grand pas de franchi pour moi a été de me lancer à la publication sur internet (i.e. sur ce forum), car auparavant je n'avais même montré mes productions à personne: ce n'était qu'une distraction comme une autre, essentiellement consacrée à passer le temps pendant les heures de philo, de bio, d'anglais et d'allemand, les années où j'ai eu de mauvais professeurs.
Si vous pensez que ca intéresserait quelqu'un (ce dont je doute quand même un peu Confused), je suis prêt à tenter la grande aventure... mais après mes concours Very Happy
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.06.2006, 14:14
Message : #27
 
Squall-Estel a écrit :ben, j'en ai déjà publié... sisi, dans un grand magazine super bien: l'Arc et le Heaume Wink
Et dans les Calendriers Tolkiendil (le 2006 qui était réservés aux membres et le prochain 2007 Wink )

"L'urgent est fait, l'impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai."
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.06.2006, 14:54
Message : #28
 
c'est vrai, ça a son importance aussi: le calendrier 2006 orne fièrement la porte de ma chambre (et c'est celui sur lequel j'ai coché les jours me séparant de mes concours Very Happy)
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.06.2006, 20:18
Message : #29
 
J'aimerais juste ajouter : j'aime beaucoup ces vers tout seuls qui sont entre chaque strophe comme au bord du Pelennor la bataille fait rage ou bien encore pour l'Ennemi c'est un sombre présage mais après soudain, ils disparaissent. Avant il y en avait une entre chaque strophe puis plus aucune à mon avis (je dis bien à mon avis Smile je trouve ça un peu déséquilibré voilà.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.06.2006, 21:05
Message : #30
 
Ces trois vers constituent des ruptures volontaires, marquant le changement radical de point de vue.

Le premier poème est suivi du point de vue des Rohirrim, et s'achève sur la charge épique du Rohan et le chant des Rohirrim - qui, d'après mes souvenirs, conclut le chapitre "La chevauchée des Rohirrim" du SdA.

première rupture: on change de point de vue.

"L'éclair inattendu a secoué l'orage".

Cette fois-ci on voit les soldats ennemis massacrés et terrifiés, qui ne comprennent pas ce qui leur arrive.

Nouvelle rupture: on se retrouve brusquement dans la peau (si l'on peut dire pour un spectre) du Capitaine des Nazgùl.
"Pour l'obscur ennemi c'est un sombre présage"

L'ennemi doit modifier ses plans... et il n'est pas content.

Troisième et dernière rupture:
"Au bord du Pelennor la bataille fait rage..."

Et on retourne au combat, et on reste cette fois-ci dans la mêlée, les charges, les contre-attaques, tout s'accélère. Les rythmes alternent et s'entremêlent; j'essaie de restituer le chaos et l'ardeur de la bataille.
Il y a une rupture moins forte, car on ne change pas de point de vue; l'ombre envahit le champ de bataille et recouvre Theoden, c'est une continuité, comme un vent qui se lève progressivement... ou une caméra qui tourne sur elle-même sans changer de plan.

En résumé: les trois vers de rupture sont là au début pour "casser" un tantinet le rythme, ils ne sont plus nécéssaires après car le rythme ne cesse de s'accélérer jusqu'à la chute de Theoden.

Pardon d'avoir été un peu long Smile
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Discussions apparemment similaires...
Discussion : Auteur Réponses : Affichages : Dernier message
  Thibaud Mercier (libre inspiration) : Berceuse Rohirrim Squall-Estel 6 3 776 03.04.2007 20:55
Dernier message: Elros Tar-Minyatur
  Thibaud Mercier (libre inspiration) : Invocations Squall-Estel 5 3 280 02.12.2006 11:43
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre interprétation): Nocturne Squall-Estel 7 3 820 10.11.2006 23:46
Dernier message: Zelphalya
  Thibaud Mercier (libre inspiration): Tout doucement Squall-Estel 7 3 293 18.08.2006 13:12
Dernier message: Elros Tar-Minyatur
  Thibaud Mercier: Le Silmarillion Squall-Estel 17 6 152 11.12.2005 22:44
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration): Invitation au voyage. Squall-Estel 5 2 745 12.10.2005 18:41
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration) "à Galadriel" Squall-Estel 4 3 463 16.09.2005 17:17
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration): La Quête Squall-Estel 8 3 890 05.09.2005 20:24
Dernier message: Squall-Estel
  Thibaud Mercier (libre inspiration): la Compagnie Grise Squall-Estel 13 4 620 26.06.2005 18:46
Dernier message: May
  Thibaud Mercier (libre inspiration): Aux Paradis rêvés Squall-Estel 2 2 358 25.05.2005 18:25
Dernier message: Squall-Estel

Aller à :