Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
An Hobbit
16.11.2004, 01:54
Message : #1
An Hobbit
Je me suis décidé à lire du Tolkien autrement qu'en VO pour la première fois. Je suis en train de lire An Hobbit, le version bretonne de The Hobbit (j'en suis au chapitre "Ag ar billig en tan"). Je trouve la traduction vraiment bonne, fidèle à l'œuvre de Tolkien tout en étant bien adaptée à la culture bretonne. Le traducteur a fait un travail assez poussé : sur les cartes et dans la préface il y a du breton transcrit en runes, les traductions des chansons riment aussi, les différents niveaux de langues et les tics de langages sont retranscrits.
Quelqu'un d'autre ici l'a-t-il lu? Si oui, qu'en pensez-vous?
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
17.11.2004, 17:15
Message : #2
 
Tolkien traduit en breton ??!!
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
17.11.2004, 20:30
Message : #3
 
Oui, oui. Cf le lien que j'ai donné ( http://www.arbedkeltiek.com/brezhoneg/le...hobbit.htm ). J'ai aussi scanné les deux cartes : http://bmassot.free.fr/anHobbit1.jpeg et http://bmassot.free.fr/anHobbit2.jpeg . N'oublions pas que le breton est a priori la deuxième langue la plus proche du sindarin Wink.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
18.11.2004, 00:27
Message : #4
 
A signaler que cette version bretonnante du Hobbit est publiée aux éditions Arda, sous la houlette donc d'Edouard Kloczko (mais ce n'est pas lui le traducteur !). Au passage, on peut signaler que cette version bretonne inclut même le texte sur les runes en préambule au roman, que l'éditeur français, lui, n'a pas daigné traduire...

Bernard a écrit :N'oublions pas que le breton est a priori la deuxième langue la plus proche du sindarin Wink.

En quelque sorte. Disons que Tolkien s'est inspiré de la morphologie, de la structure et de la grammaire des langues celtiques, mais le sindarin est basé sur ses propres racines elfiques (donc pas de correspondance lexicale).

Mais c'est vrai que se familiariser avec le gallois ou le breton permet d'avoir une meilleure compréhension du sindarin (et de ces ancêtres "externes", noldorin et gnomique), mais surtout de découvrir des langues et une culture "minoritaires" et menacées (surtout pour le breton, le gallois est la plus vivante des langues celtiques).

Je suis hélas presque totalement néophyte en breton, bien que j'ai commencé une méthode et acquis une grammaire, mais je compte bien m'y remettre sérieusement un de ces quatre... Rolling Eyes
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
19.11.2004, 14:07
Message : #5
 
Lambendil a écrit :A signaler que cette version bretonnante du Hobbit est publiée aux éditions Arda, sous la houlette donc d'Edouard Kloczko (mais ce n'est pas lui le traducteur !). Au passage, on peut signaler que cette version bretonne inclut même le texte sur les runes en préambule au roman, que l'éditeur français, lui, n'a pas daigné traduire...
À en croire ce que t'en dis et ce que j'ai pu lire sur http://www.neko.com/Hobbit_BR_FR.html (passages en anglais, français et breton), la traduction bretonne semble en effet plus soignée que la traduction française.

Citation :
Bernard a écrit :N'oublions pas que le breton est a priori la deuxième langue la plus proche du sindarin Wink.

En quelque sorte. Disons que Tolkien s'est inspiré de la morphologie, de la structure et de la grammaire des langues celtiques, mais le sindarin est basé sur ses propres racines elfiques (donc pas de correspondance lexicale).

Mais c'est vrai que se familiariser avec le gallois ou le breton permet d'avoir une meilleure compréhension du sindarin (et de ces ancêtres "externes", noldorin et gnomique),
C'est vrai qu'il est un peu osé de comparer le breton et le sindarin, et c'est pour ça que j'ai utilisé un smiley. Cependant il suffit de feuilleter une grammaire sindarin pour voir qu'il y a de nombreux points communs, dont les très caractéristiques mutations consonantiques.

Citation : mais surtout de découvrir des langues et une culture "minoritaires" et menacées (surtout pour le breton, le gallois est la plus vivante des langues celtiques).

Je suis hélas presque totalement néophyte en breton, bien que j'ai commencé une méthode et acquis une grammaire, mais je compte bien m'y remettre sérieusement un de ces quatre... Rolling Eyes
Je ne peux que te conseiller de t'y mettre. Cette langue est tellement merveilleuse!
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
19.11.2004, 15:01
Message : #6
 
Hé bé si j'avais su que tant de monde s'interressait au breton ici

Personnellement mon niveau ne me permet pas de le lire (ni même de parler correctement, je pense que je m'y remettrai l'année prochaine parce que la mes études me bloquent).

Sinon ca m'avait effectivement frappé à une époque dans la musique du film certains chants écrits en sindarin m'avait fait penser à une langue celtique. Ex "O mor henion i dhû" (des ténèbres je comprends la nuit , et désolé pour les accents) mor et du étant deux mots assez familiers même quand on a un niveau comme le mien en breton.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
19.11.2004, 17:41
Message : #7
 
Bernard a écrit :Cependant il suffit de feuilleter une grammaire sindarin pour voir qu'il y a de nombreux points communs, dont les très caractéristiques mutations consonantiques.
Ah, parce que tu sais où trouver une grammaire du sindarin ? Twisted Evil
(oui, je suis taquin ! Wink )

A ma connaissance, on est loin de pouvoir tenter d'écrire une grammaire, cette langue étant pour l'instant bien mal documentée (on manque surtout de textes en sindarin et d'écrits explicites de Tolkien sur la grammaire et la syntaxe de la langue)

Mais, comme je l'ai dit plus haut, il est vrai que le sindarin est fortement influencé au niveau morphologique et grammatical par les langues celtiques, dont les mutations consonnantiques sont le point le plus marquant.

Elessar a écrit :Sinon ca m'avait effectivement frappé à une époque dans la musique du film certains chants écrits en sindarin m'avait fait penser à une langue celtique. Ex "O mor henion i dhû" (des ténèbres je comprends la nuit , et désolé pour les accents) mor et du étant deux mots assez familiers même quand on a un niveau comme le mien en breton.
Hmm... Les "reconstructions" néo-sindarines de David Salo qui abondent dans la trilogie de Peter Jackson (reconstructions parfois ineptes et inutiles, alors que de vrais échantillons de Tolkien ont été mis de côté) sont pour beacoup dans la diffusion de l'idée erronnée que les langues elfiques de Tolkien sont utilisables (si le quenya l'est en partie, ce n'est, à mon avis, certainement pas le cas du sindarin).

Pour ce qui est de la "ressemblance" entre le sindarin et les langues celtiques, elle est normale, puisque volontaire de la part de Tolkien, tant au niveau de la grammaire que de la morphologie. Mais si le sens du sindarin ("nuit") est proche du breton du ("noir"), c'est à mon avis une coïncidence. Pour ce qui est de mor, il signifie "noir" en sindarin, et "mer" en breton... Comme je l'ai dit plus haut, Tolkien s'est inspiré du gallois pour la forme des mots, mais ceux-ci dérivent de ses propres racines elfiques. Les correspondances sont donc rares et sont le plus souvent le fruit du hasard, bien que Tolkien ait fait quelques rares emprunts volontaires (comme noir parler nasg "anneau" vs. gaëlique nasc "anneau, lien").
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
19.11.2004, 20:22
Message : #8
 
"Pour ce qui est de mor, il signifie "noir" en sindarin, et "mer" en breton."

Au niveau du sens le noir et les ténèbres qui vont avec m'ont fait penser à la mer, même si chez les bretons elle n'est pas perçue ainsi.

Après effectivement il ne faut pas aller chercher trop loin : Tolkien a avant tout fait un formidable travail de création, même si il a des bases d'inspiration.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
20.11.2004, 16:19
Message : #9
 
J'ai oui dire des choses similaires entre le quenya et le finnois.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
20.11.2004, 19:34
Message : #10
 
C'est en voyant des mots en gallois sur des wagons à Birmingham que le jeune Ronald a acquis le goût des langues d'après Carpenter.

A la Toussaint je suis allé à Jérusalem (oui oui, il y en a qui y vont encore), et sur le mont des Oliviers, là où Jésus a enseigné le Notre Père à ses disciples, on a construit une église, récente, dans laquelle est affiché le Notre Père en plus de 60 langues, comme le zoulou, le futunien, l'alsacien, le breton... et le gallois. Et quand j'ai vu la version galloise, impossible de ne pas penser au sindarin... Du coup, j'ai trouvé le Notre Père en gallois sur Internet :

Ein Tad, yr hwn wyt yn y nefoedd, sancteiddier dy enw, deled dy deyrnas, gwneler dy ewyllys, megis yn y nef, felly ar y ddaear hefyd. Dyro i ni heddiw ein bara beunyddiol. A maddau i ni ein dyledion, fel y maddeuwn ninnau i'n dyledwyr. Ac nac arwain ni i brofedigaeth, eithr gwared ni rhag drwg. Canys eiddot ti yw'r deyrnas, a'r gallu, a'r gogoniant, yn oes oesoedd. Amen.

Il y a quand même des terminaisons comme "aeth" ou des mots comme "arwain" qui sont frappants, non ?
Voici le Pater en sindarin :
Ae Adar nín i vi Menel
no aer i eneth lín
tolo i arnad lín
caro den i innas lin
bo Ceven sui vi Menel.
Anno ammen sír i mbas ilaurui vín
ar díheno ammen i úgerth vin
sui mín i gohenam di ai gerir úgerth ammen.


Lambendil a écrit :Au passage, on peut signaler que cette version bretonne inclut même le texte sur les runes en préambule au roman, que l'éditeur français, lui, n'a pas daigné traduire...
Au fait, que veut-elle dire ? Confused:
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
20.11.2004, 19:39
Message : #11
 
Elessar a écrit :Sinon ca m'avait effectivement frappé à une époque dans la musique du film certains chants écrits en sindarin m'avait fait penser à une langue celtique. Ex "O mor henion i dhû" (des ténèbres je comprends la nuit , et désolé pour les accents) mor et du étant deux mots assez familiers même quand on a un niveau comme le mien en breton.
Je ne me souviens plus comment c'était prononcé dans le film, mais "dh" en sindarin doit se prononcer [ð], son qui n'existe pas en breton. Cela dit c'est vrai que ça sonne globalement assez celtique et qu'un nom comme "Arwen" passerait inapperçu dans un texte écrit en breton.

Lambendil a écrit :
Bernard a écrit :Cependant il suffit de feuilleter une grammaire sindarin pour voir qu'il y a de nombreux points communs, dont les très caractéristiques mutations consonantiques.
Ah, parce que tu sais où trouver une grammaire du sindarin ? Twisted Evil
(oui, je suis taquin ! Wink )

A ma connaissance, on est loin de pouvoir tenter d'écrire une grammaire, cette langue étant pour l'instant bien mal documentée (on manque surtout de textes en sindarin et d'écrits explicites de Tolkien sur la grammaire et la syntaxe de la langue)
En fait je me suis jamais penché sérieusement sur le sindarin, j'ai juste lu des grammaires trouvées sur le web.

Belgarion a écrit :J'ai oui dire des choses similaires entre le quenya et le finnois.
Oui, c'est écrit sur tous les documents parlant du quenya.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Aller à :