Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Différents choix des lettres tengwar
15.03.2004, 20:12
Message : #1
Différents choix des lettres tengwar
J'ai tenté de mettre "Namarië. Complainte de Galadriel en Lorien" en tengwar, mais je me demandais en fonction de quoi choisis-t'on tel ou tel symbole comme pour le "s" par exemple qui a deux formes ou les thetars...C'est comme on veut ou pas ?
Merci Wink
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
18.03.2004, 01:40
Message : #2
Re: Différents choix des lettres tengwar
Erwine a écrit :C'est comme on veut ou pas ?
Oui et non !
L'écriture elfique est une écriture phonétique, en ce sens, oui, tu écris comme tu veux pourvu que la prononciation qui en découlera ne doit pas altérer le sens des phrases et des mots.
Non, pour justement le son sifflant "S" (caractère silme) ou les double "S" (caractère áze). On emploie les caractères inversés (silme nunquerna et áze nunquerna) lorsqu'il y a des tehtar qui viennent dessus.

La transcription en caractères latins te donne pas mal d'indices pour la transcription en Tengwar. C'est une porte de sortie que Tolkien laisse grande ouverte. Par exemple dans "lassi súrinen", les deux S de "lassi" se retrouvent dans un seul caractère áze (qui représente à lui seul les deux S) renversé parce que le point du son "i" viendra se poser dessus. Par contre le S commençant le mot "súrinen" est bien un silme (normal) non renversé suivi d'une porteuse longue surmontée du son "u" (le son "u" de ce mot est un son long).

Il y a aussi la possibilité d'écrire "súrinen" débutant par un silme nunquerna surmonté du double accent "u". L'une ou l'autre option est valable mais la première est plus répandue, donc peut-être un peu plus fiable que la seconde. Les porteuses sont très fréquemment utilisées, n'hésite donc pas.
Il y a aussi une "abréviation" en compactant par exemple :
"ve fanyar máriat..." dans le mot "fanyar" (nuages) tu peux compacter le trio "nya" avec le "n" avec un double-point en-dessous et l'accent du "a" au-dessus.

Mais il me trotte une question en tête : lorsque la transcription en caractères latins utilise un "í" et lorsqu'elle utilise un "y". Tous deux sont des sons longs, quelle différence y a-t-il ? D'abord dans la prononciation puis ensuite au niveau des tengwar, parce que le "y" peut être transcrit par "anna" avec deux points en-dessous lorsque cette lettre a une valeur consonantale. Mais à quel moment est-ce qu'on peut dire que le "y" a une valeur consonantale ? Dans le mot "fanya", on peut aussi lire "fan-----ya" tout comme on peut lire "fa----ny----a".
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
28.03.2004, 15:20
Message : #3
 
'í' (le i long) et 'y' sont des sons bien distincts en quenya, 'y' n'est jamais une voyelle longue (on ne doit pas lire "fani-a" mais bien "fanya" - 'y' a toujours valeur consonantale) donc la question ne se pose pas Smile
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
28.03.2004, 17:43
Message : #4
 
Mais alors, lorsqu'un mot emploie le "y", on est "obligé" d'utiliser l'anna avec deux points en-dessous ("y" consonantal). Or dans les suffixes -lye, il y a un double point à l'intérieur du lambe, ces points doublés représentent bien le "y" ??!
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
31.03.2004, 10:57
Message : #5
 
Oui c'est bien le tehta (les deux points en dessous) qui représent le 'y'. Le tengwa anna joue simplement le rôle de porteur quand il n'y a pas d'autre tengwa disponible. Le 'y' n'est pas le seul son consonantal a être représenté par un tehta au lieu d'un tengwa: suivant les modes la nasalisation, la palatalisation, ou le doublement de consonne est représenté par un tehta!
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
31.03.2004, 12:24
Message : #6
 
Admettons. Imaginons que l'on transcrit les tengwar en caractères latins. Lorsqu'il y a les deux points : s'agit-il d'un "í" (i long) ou d'un "y" (consonne) ? Qu'est-ce qui permet de trancher la question. D'accord le cas ne se présentera jamais m'enfin, c'est plutôt la manière de différencier les 2. Dans quelles circonstances est-ce qu'il s'agit de l'un ou de l'autre ? Du coup le son transcrit par "y" n'est pas alors un song long malgré qu'il s'écrive exactement comme un "í" ? Si on écrit síla (étoile) et syla (qui ne veut rien dire) à l'aide des deux points, il n'y aura aucune différence ? Pour la phonation ça risque de compliquer. C'est dommage qu'on n'en sache pas plus sur cette distinction.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.04.2004, 17:47
Message : #7
 
On en sait un ptit peu plus Smile

Dans l'appendice E Tolkien écrit:
"Long vowels were usually represented by placing the tehta on the 'long carrier', of which a common form was like an undotted j. But for the same purpose the tehtar could be doubled. This was, however, only frequently done with the curls, and sometimes with the 'accent'. Two dots was more often used as a sign for following y."

Notez bien le "two dots was more often used as a sign for following y".

On peut en conclure que parfois les deux points sont bien utilisés pour le 'i' long. On pourrait utliser deux points au dessus du tengwa pour le 'i' long et deux points en dessous pour le 'y' (il y aurait de toute façon cette différence entre síla et **syla). Mais apparemment Tolkien pensait comme toi que la position des deux points n'était pas vraiment suffisante: dans un fragment du Namárie en tengwar utilisant un mode inhabituel (le DTS 55), Tolkien note le 'i' long par deux points, et pour le 'y' il utilise... trois points! (en dessous du tengwa, et à l'envers par rapport au tehta du 'a').
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.04.2004, 18:08
Message : #8
 
Merci bien. Je n'ai pas le Namárie fait par Tolkien lui-même, peux-tu me donner un lien qui me permet de l'avoir ? Merci 'avance. Avant de partir chez Mandos, il nous a un peu compliqué la vie, le petit Johnny !
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
01.04.2004, 20:43
Message : #9
 
Mmmm désolé je connais aucun site qui propose ça... Pour la version "classique" de Namárie (DTS 19/20 - le principal échantillon de mode quenya classique) achète The Road Goes Ever On; tu auras par la même occasion le A Elbereth Gilthoniel en tengwar. Pour le DTS 55 hum bonne chance Smile Publié dans un catalague de vente aux enchères (Eorclanstanas), il est pour autant que je sache introuvable. Mais toutes les infos données ci-dessus se trouvent sur Amanye Tenceli.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Aller à :