Widgets Amazon.fr


Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[Traduction] La Chanson de Beren et Lúthien
02.03.2004, 21:29
Message : #1
[Traduction] La Chanson de Beren et Lúthien
Chanson de Beren et Luthien

Les feuilles étaient longues, l’herbe était verte,
La Ciguë -Umbels grande et belle,
Et dans la clairière on pouvait voir la lumière,
Des étoiles scintillant dans l’ombre.
Tinuviel dansait là, sur la musique d’une flûte invisible,
Et la lumière des étoiles, dans ses cheveux,
Et ses habits scintillait.

Là Beren vint du froid des montagnes,
Et perdu, il errait sous les feuilles,
Et là ou la Rivière-Elfique s’écoulait,
Il marchait seul, accablé de chagrin.
Il regarda fixement à travers le feuillage de la Ciguë,
Et il vit, voletant, des fleurs d’or,
Sur sa cape et ses manches,
Et ses cheveux comme une ombre mouvante.

Le charme guérit ses pieds fatigués,
Qui étaient condamnés à errer par delà les collines ;
Et de l’avant il se pressa, fort et agile,
Et empoigna les rayons de lune scintillants.
A travers les bois tissés de la Demeure-Elfique,
Elle prit la fuite sur ses pieds dansants,
Et le laissa seul encore à errer,
Ecoutant, dans la forêt silencieuse.

Il a entendu là souvent le bruit fuyant,
De pieds aussi légers que des feuilles de Tilleul,
Ou de la musique venant dessous terre,
Tremblotante d’une caverne cachée.
Maintenant sont fanées les gerbes de ciguë,
Et une par une dans un bruissement,
Tombèrent les feuilles de hêtres, chuchotant,
Dans le bois hivernal, tremblantes.

Il la chercha toujours, errant loin
Ou les feuilles des années ont été semées abondamment,
A la lumière de la lune et rayons d’étoile,
Dans un ciel glacé, frissonnant.
Sa cape étincelait à la lune,
Alors que sur une haute et éloignée colline,
Elle dansait, et à ses pieds était répandue
Une brume argentée vacillante.

Quand l’hiver est passé, elle est venue de nouveau,
Sa chanson libéra le soudain printemps,
Comme alouette naissante, et pluie battante,
Et la fonte des neiges bouillonnante.
Il vit les fleurs-elfiques printanières,
A ses pieds, et de nouveau guéries.
Il eut très envie, à ses côtés de danser et chanter
Sur l’herbe, sereinement.

A nouveau elle s’enfuit, mais promptement il vint,
Tinúviel! Tinúviel!
Il l’appela par son nom elfique ;
Et là elle s’arrêta écoutant.
Un moment elle se tint là, et un sort,
Sa voix lui jeta : Beren vint,
Et ce fut la perte de Tinuviel
Qui dans ses bras brillante se coucha.

Comme Beren la regarda dans les yeux,
Dans l’ombre de ses cheveux,
La tremblante lumière des étoiles des cieux,
Il vit le miroitement là reflété.
Tinuviel, la belle Elfe,
Jeune fille immortelle Elfe sage,
Devant lui ses cheveux ombragés,
Et bras comme de l’argent scintillant.

Longue était la route que leur destin leur imposa,
Par dessus des montagnes rocheuses, froides et grises,
Par des halls de fer et des portes obscurcies,
Et des bois de Solanacée sans lendemain.
Les mers de Sundering entre eux se tenaient
Et encore par fin ils se rencontrèrent une fois de plus,
Et il y a longtemps ils sont décédés,
Dans la forêt chantant sans chagrin.

Je ne suis pars vraiment très content de ma traduction dans la mesure ou il y a quelques incohérences, mais je ne pense pas me tromper en disant que c'est une chanson au texte parfois ambigu et dont il est facile de l'interpréter de différentes façons. Je dirais même que c'est plus de l'interprétariat que de la traduction.

Celeb, ouvert à tous commentaires bien évidemment
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
02.03.2004, 23:28
Message : #2
 
Pour mémoire, le poème original

The leaves were long, the grass was green,
The hemlock-umbels tall and fair,
And in the glade a light was seen
Of stars in shadow shimmering.
Tinuviel was dancing there
To music of a pipe unseen,
And light of stars was in her hair,
And in her rainment glimmering.

There Beren came from mountains cold.
And lost he wandered under leaves,
And where the Elven-river rolled
He walked alone and sorrowing.
He peered between the hemlock-leaves
And saw in wonder flowers of gold
Upon her mantle and her sleeves,
And her hair like shadow following.<BR>

Enchantment healed his weary feet
That over hills were doomed to roam;
And forth he hastened, strong and fleet,
And grasped at moonbeams glistening.
Through woven woods in Elvenhome
She lightly fled on dancing feet,
And left him lonely still to roam
In the silent forest listening.

He heard there oft the flying sound
Of feet as light as linden-leaves,
Or music welling underground,
In hidden hollows quavering.
Now whithered lay the hemlock-sheaves,
And one by one with sighing sound
Whispering fell the beachen leaves
In wintry woodland wavering.

He sought her ever, wandering far
Where leaves of years were thickly strewn,
By light of moon and ray of star
In frosty heavens shivering.
Her mantle glinted in the moon,
As on a hill-top high and far
She danced, and at her feet was strewn
A mist of silver quivering.

When winter passed, she came again,
And her song released the sudden spring,
Like rising lark, and falling rain,
And melting water bubbling.
He saw the elven-flowers spring
About her feet, and healed again
He longed by her to dance and sing
Upon the grass untroubling.

Again she fled, but swift he came,
Tinuviel! Tinuviel!
He called her by her elvish name;
And there she halted listening.
One moment stood she, and a spell
His voice laid on her: Beren came,
And doom fell on Tinuviel
That in his arms lay glistening

As Beren looked into her eyes
Within the shadows of her hair,
The trembling starlight of the skies
He saw there mirrored shimmering.
Tinúviel the elven-fair,
Immortal maiden elven-wise,
About him cast her shadowy hair
And arms like silver glimmering.

Long was the way that fate them bore,
O'er stony mountains cold and grey,
Through halls of iron and darkling door,
And woods of nightshade morrowless.
The Sundering Seas between them lay,
And yet at last they met once more,
And long ago they passed away
In the forest singing sorrowless.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 



Discussions apparemment similaires...
Discussion : Auteur Réponses : Affichages : Dernier message
  Chanson du temps et du monde Corchalad 5 453 06.01.2017 09:46
Dernier message: Corchalad
  ♬ La chanson du ménestrel ♬ Dαεrοη 0 432 24.03.2016 16:52
Dernier message: Dαεrοη
  ~ La balade de Lúthien Et Beren ~ Dαεrοη 2 619 30.11.2015 12:26
Dernier message: Dαεrοη
  ~ La déclaration de Beren ~ Dαεrοη 1 583 27.11.2015 11:52
Dernier message: Baradon
  [Chanson] Prophecy of the Dwarven King Jayhan 4 1 680 04.08.2014 01:11
Dernier message: Taliesin
  [chanson] - C'est Khamûl, mon Nazgûl Erendis 12 5 039 21.05.2014 10:54
Dernier message: Crayon Volant
  La Geste de Beren et Luthien faerestel 0 1 432 17.11.2011 18:52
Dernier message: faerestel
  [Traduction] La chanson de bain Laegalad 5 2 990 10.05.2011 06:28
Dernier message: Elendil
  [Traduction] Une Chanson de Marche Laegalad 0 1 570 06.05.2011 10:41
Dernier message: Laegalad
  Poème pour Beren et Luthien [découpé en chapitres] Cricri 156 77 825 18.08.2009 20:43
Dernier message: Cricri

Aller à :